CommeAuCinema

Tarak Ben Ammar saisit la justice contre Technicolor pour comportement déloyal

Le producteur et financier Tarak Ben Ammar a saisi la justice pour comportement déloyal contre le groupe Technicolor, repreneur d'une partie de ses actifs en janvier, a appris vendredi l'AFP de sources concordantes.
Selon l'arrêt de la cour d'appel de Versailles, daté du 12 juin, Quinta Communication, la société de M. Ben Ammar, "reproche à Technicolor d'avoir refusé de se porter acquéreur de Quinta Industries dans des conditions loyales, (...) ce qui a conduit Quinta Industries à la liquidation judiciaire pour ensuite racheter ses actifs les plus stratégiques pour une faible somme".

La justice a donc ordonné la saisie conservatoire de documents, d'ordinateurs et de fichiers informatiques, sur trois sites de Technicolor, les 15 et 17 juin, "afin de conserver ou d'établir avant tout procès la preuve de faits dont pourrait dépendre la solution du litige avec Technicolor", précise l'arrêt.

Technicolor, actionnaire minoritaire (17%) mais partenaire de plein droit de Quinta Industries au côté de Tarak Ben Ammar, l'actionnaire majoritaire (83%), a été désigné en janvier 2012 par le tribunal de commerce de Nanterre comme repreneur principal de trois filiales du groupe Quinta Industries, alors en liquidation.

Tarak Ben Ammar, débouté à deux reprises par le tribunal de commerce de Nanterre, s'est tourné vers celui de Versailles.

Sollicitée par l'AFP, la direction de Technicolor a fait valoir que "la cour d'appel de Versailles a mandaté un huissier en vue d'une simple recherche documentaire, sur la base des seules allégations de M. Ben Ammar, sans que Technicolor soit associé à cette procédure".

Dans un communiqué, Technicolor "rappelle que la reprise des actifs de Quinta Industries s'est opérée dans la plus stricte légalité, dans le cadre de la liquidation judiciaire de cette société conduite par le tribunal de commerce de Nanterre, et se réserve de faire valoir ses droits à l'encontre de Quinta Communications et de M. Ben Ammar par tous moyens judiciaires".

Selon l'avocat de ce dernier, Me Edouard De Lamaze, "Technicolor qui avait pris des engagements auprès de Quinta s'est défilé et a récupéré à vil prix le meilleur élément de Quinta".

De son côté, Tarak Ben Ammar, interrogé par l'AFP, a reproché à Technicolor d'avoir "dissimulé" au tribunal de Nanterre la réalité des liens avec Quinta Industries, alors que le groupe siégeait de plein droit à son conseil d'administration.

Il lui reproche également d'avoir refusé de jouer son rôle d'actionnaire en injectant les fonds nécessaires à la poursuite de l'activité de Quinta -malgré les sollicitations de Bercy- pour ensuite se porter acquéreur pour 1 million d'euros.

"Ils nous ont laissé tomber pour nous récupérer au tribunal de commerce", a dénoncé Tarak Ben Ammar en rappelant que Quinta était intervenu en 2002 pour aider Thomson -futur Technicolor- à s'implanter sur le marché français.

(22 Juin 2012 - AFP)

© 2012 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Gratuit. Recevez l'essentiel de l'actualité Cinéma chaque semaine



Sélection d'articles sur le même thème :

Vos commentaires

 

    A la une

    A la une actuellement