Partager


Utilisez les options ci-dessous pour partager votre vidéo.

Embed:

http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MTc4MXwjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBBbW91ciBkJ2VuZmFuY2U=

Iframe:

<iframe id="cacplayer" scrolling="no" style="border:none" src="http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MTc4MXwjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBBbW91ciBkJ2VuZmFuY2U=" width="100%" height="390"></iframe>

Bande-Annonce Amour d'enfance

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Un film de Sélectionné au 54eme Festival International Du Film De Cannes, dans la Catégorie Un Certain Regard. SYNOPSIS : Paul a 28 ans, il n'en finit pas de finir ses études. Il ne revient pas souvent chez lui, à la ferme familiale, et s'il revient cette fois-ci, c'est que son père est malade. Immergé malgré lui dans le monde de son enfance, Paul retrouve ceux qu'il a connus : son père et sa mère, mais aussi son meilleur copain Thierry, toujours prêt à faire les 400 coups, et Odile, une jeune voisine "amoureuse de lui quand elle était petite". Pressé de partir au plus vite, Paul ne se conduit pas toujours très bien avec ceux qu'il retrouve. Mais plus le temps passe et moins Paul se décide à partir. Peu à peu, il en arrive à se sentir coupable d'avoir abandonné les siens. Il en vient même à regretter tout ce qu'il avait quitté. Alors il tente de rattraper le temps perdu, d'être bon et généreux. Reprenant tout à zéro, comme si le temps n'avait rien changé, il se donne une deuxième chance. L’AVIS DE LA REDACTION Regard tragique sur l’exode rural, AMOUR D’ENFANCE nous invite aussi à voir la résolution d’un conflit entre un jeune homme et l’univers de son enfance, sur un ton à la fois doux amère, mélancolique et humoristique. Le cheminement psychologique de Paul est restitué avec beaucoup de vérité. Il nous apparaît d’abord comme un être antipathique, méprisant et plein d’a priori. La quiétude rurale et la dévotion à la terre l’angoissent. Il agit et s’exprime avec une brutalité et une espèce de condescendance qui semblent surtout dénoter une maladresse juvénile. Il offre un livre à son père mourant, bien que celui-ci affirme avec une spontanéité, certes déconcertante mais cependant prévisible, qu’il n’aime pas lire. Insistant lourdement pour participer aux tâches domestiques et aux travaux de la ferme il laisse sa mère totalement abasourdie. Lorsque Odile manifeste une vive émotion à l’idée de se retrouver aux côtés de celui qui a nourri ses rêves d’adolescente, Paul y répond avec une frontalité qui la déstabilise. S’il offre son appareil photo à son ami d’enfance, le geste apparaît totalement incongru. Puis, Paul se résout à comprendre son entourage. Parce qu’il avait fui, il entreprend de rattraper le temps perdu. Il devient disponible et généreux. Les interprétations étonnent et touchent par leur justesse. La mise en scène, particulièrement remarquable, laisse une grande place à l’intimité des personnages. Si les dialogues, émaillés de répliques cocasses, sont dépouillés, les regards, les attitudes, les gestes sont expressifs. Les émotions sont livrées à la caméra avec force sans que ce ne soit jamais ostentatoire. Malgré la gravité de la situation, le film ne verse jamais dans le mélodrame ni le sentimentalisme et donne ainsi beaucoup de dignité et de grandeur aux protagonistes. C’est aussi une évocation délicate, généreuse et pudique de la réconciliation avec les siens et au-delà, avec soi même avant " l’âge adulte ". Mavo RANAIVO PROPOS DU REALISATEUR : La désertification des campagnes D'une façon ou d'une autre je voulais faire un sort à la question de l'exode rural, à la désertification des campagnes, aux mutations radicales de la vie paysanne. Parce que c'est une réalité que je connais bien, et parce que je m'étonne -et d'une certaine façon je souffre- qu'on s'y intéresse aussi peu. D'un sujet si vaste, je me suis employé à faire miroiter une histoire toute simple, j'allais dire toute bête, d'amour d'enfance. Le sud-ouest J'ai tourné ce film dans le Tarn, dans un rayon de 20 kms autour de chez moi. L'essentiel du casting a été fait sur place. D'une part parce que je souhaitais travailler avec des gens de ma région, d'autre part parce que je voulais qu'en dehors de Paul, les personnages aient l'accent du sud-ouest. Parler avec cet accent, ça n'est pas seulement prononcer d'une certaine façon, c'est aussi penser d'une certaine façon. Et les dialogues avaient été écrits pour être pensés de cette façon-là. FICHE ARTISTIQUE : Michèle GARY (Odette) (Paul) Fabrice CALS (Thierry) Lauryl BROSSIER (Odile) (Aimé) Roger SOUZA (le père de Paul ) L’AVIS DE LA PRESSE : Studio Magasine : "Amour d'enfance est un premier long métrage aux silences touchants, où cohabitent gravité et légèreté." Cheze Thierry (article entier disponible dans Studio Magasine n°173, page 36) Les Cahiers du cinéma : "Amour d'enfance fait l'effet d'un film exagérément prudent, qui s'enferre dans ses oppositions binaires et privilégie la joliesse au déséquilibre sentimental." Higuinen Erwan (article entier disponible dans Les cahiers du cinéma n°562, page 86)
Remonter