Partager


Utilisez les options ci-dessous pour partager votre vidéo.

Embed:

http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MjA0MTF8IyMjfDB8IyMjfEJhbmRlIEFubm9uY2UgQXR0ZW50aW9uIGRhbmdlciB0cmF2YWls

Iframe:

<iframe id="cacplayer" scrolling="no" style="border:none" src="http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MjA0MTF8IyMjfDB8IyMjfEJhbmRlIEFubm9uY2UgQXR0ZW50aW9uIGRhbmdlciB0cmF2YWls" width="100%" height="390"></iframe>

Bande-Annonce Attention danger travail

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Un film de , , . SYNOPSIS : Une dizaine de chômeurs et de chômeuses racontent pourquoi et comment ils ont décidé de ne plus aller travailler. Après avoir fréquenté plus ou moins longtemps le monde du travail, ces hommes et femmes ont fui l'usine, l'entrepôt ou le bureau, bien décidés à ne plus accepter les règles de la guerre économique contemporaine. Loin de l'image du chômeur accablé et déprimé, ces "sans-emplois qui n'en demandent pas pour autant" expliquent ouvertement pourquoi ils cherchent à s'épanouir en dehors du monde du travail, avec peu de ressources mais en disposant de temps à profusion. L’AVIS DE LA PRESSE : CinéLive: "Le soucis de complétude rend parfois le fil un peu brouillon, mais est traversé d’une conscience politique, qui, bien que de parti pris, reste plutôt bonne à entendre." Xavier Leherpeur (article entier disponible dans Cinélive n°72, page 74) Première : "(…) Peut-être faut-il parfois être un peu caricatural pour être entendu." O.L. (article entier disponible dans Première n°320, page 42) Télérama : "(…) pointe sa gueule enfarinée sur le chantier du travail et, comme dit l'autre, il y a du boulot. (…) La valeur du film est aussi dans le débat qui devrait suivre. " François Gorin (article entier disponible sur le site de Télérama) Libération : "Donnant la parole à une dizaine de chômeurs ayant décidé de ne plus travailler, le film est un éloge du temps libre et de l'accomplissement de soi en dehors des geôles salariales." Didier Peron (article entier disponible sur le site de Libération) Le Monde : " L'ex-journaliste de l'émission Strip-tease devenu pourfendeur en chef des médias, ces chiens de garde du patronat, y découvrait non sans humour (pour une fois tourné vers lui-même) que le plus intéressant dans sa croisade était peut-être la quête de lui-même, de sa propre vérité" (article entier disponible sur le site du Monde) ENTRETIEN AVEC , Réalisateur : DANGER TRAVAIL circulait depuis plus d’un an, sous différentes moutures, et maintenant sort ATTENTION DANGER TRAVAIL… Il y a autant de versions que de projections ? Il s’agit de la même enquête, mais d’une enquête en mouvement qui n’a cessé d’évoluer, d’intégrer de nouveaux éléments, de se pencher sur ses propres effets, de s’enrichir au point d’offrir une multitude de visages et aujourd’hui une version définitive, plus longue d’environ 25 minutes, avec une réflexion, je crois, plus aboutie. On an notamment ajouté plusieurs séquences tournées au Medef, qui mettent mieux en évidence la mécanique actuelle de glorification du travail. Le culte qui lui est rendu est un des traits majeurs du discours politique ambiant, de droite comme de gauche. Quelle était votre intention de départ, en choisissant un tel sujet ? Les films que nous faisons relèvent d’une même logique : faire entendre un autre discours que celui véhiculé par les médias dominants. Ici, en l’occurrence, il s’agit de donner la parole à des personnes qui préfèrent être des chômeurs pauvres plutôt que d’occuper les "emplois de merde payés des miettes" qu’on leur propose, dans un climat de dégradation générale des conditions de travail. Le postulat selon lequel les gens qui ont du boulot doivent s’estimer heureux fonctionne-t-il encore ? l’idée du film est aussi partie de là : combattre cette idée, reçue ou non, qui fait du travail l’une des conditions essentielles du bonheur et de la dignité, et de celui qui en est privé un être humilié, socialement mutilé. En somme, vous faites l’apologie de la glande… Il est certain que beaucoup se porteraient mieux q’ils exerçaient pus souvent le droit à la paresse. Mais ce film ne peut être réduit à une apologie de la fainéantise, pas plus qu’à une entreprise simpliste de diabolisation du travail. FICHE TECHNIQUE : Réalisation : , , . Production : C-P Productions Montage : Virginie Charifi, Youssef Charifi et Bernard Sasia
Remonter