Partager


Utilisez les options ci-dessous pour partager votre vidéo.

Embed:

http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=ODc1NXwjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBCaWVudmVudWUgY2hleiBsZXMgUm96ZXM=

Iframe:

<iframe id="cacplayer" scrolling="no" style="border:none" src="http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=ODc1NXwjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBCaWVudmVudWUgY2hleiBsZXMgUm96ZXM=" width="100%" height="390"></iframe>

Bande-Annonce Bienvenue chez les Rozes

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Un film de , avec , , , , SYNOPSIS : Deux dangereux repris de justice qui n’ont plus rien à perdre s’évadent durant un transfert de prison. A bout de souffle et de force, traqués par la police, ils trouvent une planque dans une charmante maison toute en meulière, habitée par une sympathique famille, les Rozes. Tant pis pour les noces d’argent qu’on doit fêter ce soir, toute la famille, parents et ados, est prise en otage, le temps de voir venir. Seulement voilà, les gangsters ne se révèlent pas si menaçants et surtout la famille pas si charmante que ça. Plus exactement, de moins en moins charmante, de plus en plus dangereuse et prête à tout. Qui n ’a jamais eu l ’intention un jour de céder à ses mauvais penchants ? Pris dans une spirale vertigineuse, grisés par le danger, les Rozes vont peu à peu profiter de cette situation extrême dans laquelle tout devient permis puisqu’on n’est plus responsable. En moins de vingt-quatre heures, cette famille si aimable va succomber avec de plus en plus de délectation à ses instincts les plus bas. De la cupidité au cynisme, en passant par la trahison, le meurtre et la lubricité... Les deux types en cavale, eux, s’avèreront finalement n’être que de pauvres rêveurs qui se retrouvent être les vrais otages. Vraies victimes, ils tentent désespérément de limiter les dégâts et de ramener tout le monde à la raison. L'AVIS DE LA REDACTION Présenté comme un petit film dopé à un humour corrosif BIENVENUE CHEZ LES ROZES s’avère en réalité une comédie légère et un peu fade baignée dans un décor de catalogue, mais qui réussit à nous divertir avec quelques gags et dialogues bien sentis. En réalité, c’est surtout les personnages qui manquent de profondeur malgré des acteurs épatants notamment dans un rôle inhabituel et , parfait en gangster sensible. Le huit clos présente ainsi une famille qui est en apparence modèle mais qui va profiter de la présence de deux malfrats réfugiés dans leur maison pour libérer ses pulsions meurtrières, réglant ainsi ses comptes avec son entourage. La subversion attendue n’est pas au rendez-vous, le réalisateur n’exploitant pas tout le potentiel satirique de ses scènes. Le film aurait ainsi gagné en dynamisme et en force si le réalisateur avait poussé jusqu’à l’extrême ses personnages. Ces derniers, bien que libérés de leur prison dorée, ne réussisent pas à convaincre, de même que tous les meurtres froidement exécutés. BIENVENUE CHEZ LES ROZES reste donc une petite comédie parfois savoureuse dans ses dialogues mais souvent irritante et déroutante dans sa manière de casser le rythme et de retenir ses situations pour ne pas tomber dans un absurde réellement déjanté. Une option de mise en scène qui laisse un goût d’inachevé. NOTES DU REALISATEUR : Une comédie sur les apparences… BIENVENUE CHEZ LES ROZES, c’est un jeu sur la respectabilité et le politiquement correct. Une charmante maison en meulière n’abrite pas forcément une charmante famille. Si on ne dit plus “la bonne ” mais une employée de maison, on ne la maltraite pas moins pour autant. Le rire est un bon outil pour gratter le vernis social. La famille Rozes… Une famille de la moyenne bourgeoisie satisfaite d’elle-même et de sa réussite. La mère “se dévoue” comme assistante sociale pour enfants autistes. Le père est négociant en vin. Quelqu’un qui s’occupe de vin ne peut pas être foncièrement mauvais. Ils s’aiment depuis vingt ans. Leurs enfants sont brillants. Seulement, ils s’ennuient profondément. Ils sont prisonniers de leur cage dorée dans laquelle ils tournent en rond. Un fauve sommeille en eux... qui va se réveiller. Les personnages de et de agissent comme des révélateurs de la vraie nature des Rozes... L’intrusion de ces faux durs dans leur vie permet à cette famille de libérer toutes ses frustrations. À partir du moment où ils peuvent agir en toute impunité, en faisant porter la responsabilité de leurs méfaits aux deux évadés, ils n’ont plus aucune retenue. Leur attitude est révélatrice de notre société, qui repose sur des codes moraux devenus des habitudes sans véritable sens. Le passage à la réalisation… La possibilité d’aller jusqu ’au bout de son rêve. Avec à ses côtés, tout paraît plus facile. C ’est un enthousiaste qui vous transmet sa confiance. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi gonflé, qui ne se satisfait pas des recettes toutes faites. Il sait vous entourer tout en vous laissant carte blanche. Mon seul souci fut de conserver une ligne directrice cohérente. Le jardin des Rozes… Il s’agit d’une vision de Gilbert, joué par Lorànt. Un reflet de son état d’esprit. Ce jardin n’est pratiquement jamais vu d’un autre point de vue. Il n’est pas réaliste, plutôt virtuel. Quand Gilbert l’observe la première fois, le jardin est très ordonné. Ensuite, il s’épanouit et déborde comme les Rozes qui perdent toute retenue. Puis, il ressemble à une friche où prolifèrent les mauvaises herbes. Enfin, le jardin devient une vraie jungle qui correspond à la dégénérescence de la nature humaine de ses propriétaires. NOTES DE : Votre arrivée sur le projet… À la lecture du scénario, mon enthousiasme a été immédiat. J’ai effectivement rappelé rapidement. L’histoire a été la base de tout dans cette aventure. Quand j’ai commencé à lire le scénario, je ne m ’attendais vraiment pas à être aussi surprise. Et puis, j’adore l’humour noir. Quelquefois, il peut être glaçant, mais là c ’est tout le contraire car il est utilisé avec légèreté. Votre première rencontre avec Après avoir donné ma réponse, il est venu me voir à Nice où je jouais Phèdre au théâtre. Sa générosité et sa curiosité m’ont séduite. Francis est quelqu’un de très communicatif. Cette rencontre m’a confortée dans ma décision d’accepter le rôle. vous aurait décrit votre personnage comme une femme rêvant d’être , mais restant irrémédiablement en dessous d ’elle … Madame Rozes C’est une femme très enthousiaste. Elle est gaie comme un pinson. Elle met de la gaieté partout dans sa vie comme en témoignent l’intérieur de sa maison et ses chemisiers : Madame Rozes est vraiment rose ! FICHE TECHNIQUE : Réalisateur Scénario &dialogues Image et Cadre Romain Winding Son Brigitte Taillandier Montage VÉRONIQUE PARNET Assistant réalisateur LOUNA MORARD Décors JEAN-MARC KERDELHUÉ Costumes Jacqueline Bouchard Casting Philippe Page Montage son FRÉDÉRIC DUBOIS Mixage GÉRARD LAMPS Musique Serge Perathoner ET Jannick Top Producteur Executif JACQUES HINSTIN Directeur de production DANIEL CHEVALIER Une production TELEMA & TF1 FILMS PRODUCTION Produit par Avec la participation de TPS STAR Distribution TFM DISTRIBUTION Ventes Internationales TF1 INTERNATIONAL FICHE ARTISTIQUE : Béatrice : MG : Gilbert : Daniel : Jean-Louis : Magali : Marsanne Le lieutenant Le voisin Louis CLÉMENT VAN DEN BERGH L’AVIS DE LA PRESSE : Studio Magazine : " (…) Ce premier long métrage de manque,hélas, sa cible (...) Toutefois, livre ici une performance savoureuse (...) et la jeune se révèle " T.C. (article entier disponible dans Studio Magazine n°188, page 36) CinéLive: " (…)Pour maximiser les contrastes, on a laqué le décor, rosi les joues de la jeune fille et farci le film d’intermèdes " rigolos " où quatre randonneurs, tels un chœur antique, apparaissent à l’écran et font " badoum-badoum " pour signifier que c’est pour rire. Sauf que personne ne rit. Regrets éternels, on vous dit." Emmanuel Cirodde (article entier disponible dans Cinélive n°67, page 62)
Remonter