Genre : Drame - Durée : 1H35 mn
Sortie en salles le 11 Septembre 2002 - en VOD/DVD le 09 Avril 2003
Spectateurs ★★★★

Bande-Annonce Filles perdues, cheveux gras

Résumé

Un film de , avec , Marina Fois, , , . SYNOPSIS
Itinéraire croisé de trois jeunes femmes perdues : Elodie veut retrouver sa fille, Natacha son chat et Marianne son âme. Elles finiront par trouver l'amitié et l'amour non sans avoir rencontré sur leur route un méchant séducteur, un ethnologue accueillant, un thérapeute musclé, un guerrier Massaï, un aborigène, des Incas, des femmes girafes, des animaux et quelques chansons... L’AVIS DE LA REDACTION : FILLES PERDUES CHEVEUX GRAS. Le titre lui-même nous met en joie, et nous donne l’eau à la bouche. Comme avant de goûter à un mets raffiné, on salive d’avance à la possible découverte d’une perle rare. Il traduit aussi d’emblée le ton de ce premier long-métrage. Un ton unique et décalé, original et surprenant. Malheureusement, le réalisateur ne tient pas toutes ses promesses et nous laisse sur notre faim. Certes, le côté « fou », le regard pastiche et la volonté de détourner des genres existants sont immédiatement détectables : nous n’avons pas affaire à un film classique. Mêlant comédie, comédie musicale et comédie dramatique, FILLES PERDUES CHEVEUX GRAS est un véritable patchwork de styles revisités. Cependant il donne trop souvent l’impression de n’être qu’une succession de sketches, parfois très drôles, parfois un peu moins, mais sans véritable scénario. Et l’on comprend rapidement que le ressort dramatique qui donne un but au film (l’une des héroïnes veut récupérer la garde de sa fille) n’est finalement que le prétexte permettant aux trois actrices de se retrouver, tombant comme un cheveu sur la soupe dans un ensemble où il n’a pas sa place. Ce lien semble en effet forcé, et ne sonne pas juste. C’est le défaut principal de l’œuvre : la faiblesse de son scénario, qui s’égare et s’éparpille sans cesse, alors qu’une histoire bien construite aurait rendue encore plus percutantes les trouvailles de son auteur. La fin du film, qui s’achève en queue de poisson, semble même quelque peu bâclée, comme si le réalisateur peinait à conclure. C’est dommage, car FILLES PERDUES CHEVEUX GRAS est quand même un film prometteur, bourré d’énergie, qui mise son va tout sur le trio explosif d’héroïnes, toutes extraordinaires dans leurs genres, sans oublier les personnages secondaires, dont un irrésistible. La personnalité est là, l’envie et le talent aussi. Il manque un zeste de cohérence, de lien, surtout un scénario solide, et on attend donc le prochain avec impatience. Sarah Beaufol L’AVIS DE LA PRESSE : Chronic’art : "Est-on vraiment là pour rire ? C’est la question qu’on se pose tout au long de ce Filles perdues, cheveux gras, comédie musicale a priori super fun (le générique est bourré de couleurs fluos) mais dont la pseudo-drôlerie se délite rapidement pour aboutir cahin-caha à un patchwork balourd, l’humeur changeante au gré des séquences, mi-film gadget mi-drame de la misère (sociale, sentimentale, intellectuelle, tout ce qu’on voudra)." Yann Gonzalez (article entier disponible sur le site de Chronic’art) Libération : " continue dans la lignée de ce qu'elle faisait avec la troupe des Robins des Bois, c'est-à-dire beaucoup trop. Avec ses compères, elle passe son temps à vomir. , en fille désespérée, n'est pas touchante pour un sou. Quant à , tout droit sortie d'un concert des Fischerspooner, son jeu est aussi blafard que son teint. Les dialogues lourdauds et les jeux de mots ringards vous feront rarement rire. Un film perdu, un humour gras." Frédéric Pruchon (article entier disponible sur le site de Libération) Télérama : " Le scénario accuse quelques coups de pompe, sauf quand il filme Natacha. Natacha, c'est , découverte dans la troupe des Robins des Bois et au sommet de La Tour Montparnasse infernale, la plus incroyable des gourdes croisées sur les écrans depuis un bail, à qui l'on doit les deux pics - imbibés et chantés - du film. Grâce à elle et à une sympathique énergie générale, on gommera les imperfections de ces Filles perdues, cheveux gras." Guillemette Olivier (article entier disponible sur le site de Télérama) FICHE TECHNIQUE : Réalisation : Scénario : , Jean Philippe Barrau, Pascale Faure Photo : Bruno Romiguiere Son: Cyril Moison Décors : Jean Pierre Cleche Montage : Agnès Mouckel Musique : Valmont, Parole: D-P Burgaud FICHE ARTISTIQUE : : Marianne : Natacha : Elodie : Arnaud : Philippe : Coraline Esse Lawson : Cindy

Avis

    Remonter