Partager


Utilisez les options ci-dessous pour partager votre vidéo.

Embed:

http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MzAwNHwjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBHb3Nmb3JkIFBhcms=

Iframe:

<iframe id="cacplayer" scrolling="no" style="border:none" src="http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MzAwNHwjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBHb3Nmb3JkIFBhcms=" width="100%" height="390"></iframe>

Bande-Annonce Gosford Park

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Un film de , avec , , Sir , Découvrez notre Dossier Special GOSFORD PARK. SYNOPSIS : Londres - Novembre 1932. Dans leur somptueuse propriété Gosford Park, Sir William Mc Cordle (Sir ) and Lady Sylvia () ont organisé une partie de chasse à laquelle est convié un groupe très éclectique d'invités. Noblesse et pairs du royaume y côtoient roturiers et personnalités en vogue. Tous se retrouvent au 1er étage de la vaste demeure dans les salons aux riches dorures tandis que s'affairent dans les cuisines et couloirs du rez-de-chaussée la nombreuse domesticité de la maison et celle des serviteurs de leurs invités. Tout n'est pourtant que trompeuses apparences chez les invités richement parés de leurs bijoux et atours alors que le célèbre Ivor Novello () chante pour eux au cours d'une réception. Trompeuses apparences également sous les combles et dans les chambres de service, chez les domestiques qui s'agitent et veillent au confort de leurs maîtres. Pourquoi les sœurs de Lady Sylvia sont-elles si malheureuses et qu'est-ce qui peut bien tracasser à ce point leurs époux ? Quel secret cache donc Isobel () la fille de Sir William et Lady Sylvia ? Que savent au juste les domestiques qui vaquent en silence à leurs tâches respectives dans la vaste demeure ? Quelqu'un peut-il vraiment être assassiné deux fois ? C'est seulement lorsque la mort intervient dans l'étrange ronde des passions, des apparences mensongères, des petites vengeances que se révèlent peu à peu les mystères de Gosford Park. L'AVIS DE LA REDACTION : Gosford Park, un somptueux manoir anglais, des invités prestigieux réunis pour un week-end de chasse, thé à quatre heures, dîner a huit heures, meurtre à minuit… Le film de enferme trente personnages, invités et domestiques, dans cette histoire où les vies et destins vont s’entrecroiser autour d’un meurtre. Le point de vue choisi par le réalisateur, celui des domestiques, donne au film un aspect inédit et très intéressant. Les "gens d’en bas" nous guident dans Gosford Park, où nous suivons l’histoire à travers leur regard, plus particulièrement celui de Mary (la femme de chambre de Constance) pour qui c’est, tout comme nous, le premier week-end du genre. Tout au long du film, met l’accent sur le contexte social, les relations entre cette aristocratie anglaise et les domestiques, plutôt que sur l’identité du coupable. Ainsi, durant toute la première moitié du film, le spectateur découvre Gosford Park, ses habitants et leurs invités. Au rez-de-chaussée, une véritable micro-société, celle des domestiques, nous attend, régie par des codes bien précis et une hiérarchie très stricte. Toujours en compagnie d’un majordome ou d’une femme de chambre, nous passons à l’étage, dans un autre univers, tout aussi codé et hiérarchisé, où chacun joue un rôle. Après le meurtre, place à l’enquête, ou plutôt aux révélations. La complexité des liens entre les protagonistes est peu à peu révélée, les masques tombent. Les intrigues vont alors s’entrecroiser d’un personnage à l’autre, chacun ayant des secrets à dévoiler. Le meurtre est en fait utilisé par comme une excuse nous permettant d’aller plus loin dans cette analyse de la société anglaise de 1932. Avec près de trente personnages principaux, la mise en scène de s’apparente à une véritable chorégraphie, dans laquelle le réalisateur mélange allègrement les genres : du policier au théâtral, en passant par le comique (avec le producteur de films hollywoodien ; et l’inspecteur directement inspiré de Monsieur Hulot), réussit remarquablement son "énigme policière à l’anglaise". Amélie Chauvet.
LE DVD : Image : 16/9 compatible 4/3 – Format 2.35 Son : Dolby Digital 5.1 Anglais, Français. Sous-titres : Français. Bonus : - Commentaire audio du réalisateur, du chef décorateur et du producteur - Comentaire audio du scénariste - 15 scènes coupées (20 minutes) - Making-of (20 minutes) - Documentaire "Le réalisme dans GOSFORD PARK" (9 minutes) - Interviews "Après la projection" (25 minutes) - Interview de (11 minutes) - Portrait de (59 minutes) - Bandes-annonces - 23 filmographies Découvrez notre Dossier Special GOSFORD PARK.
Remonter