Bande-Annonce L'Empire du milieu du Sud

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Les premières images nous entraînent des chaînes montagneuses qui au nord marquent la frontière avec la Chine vers le delta du Fleuve Rouge. Ici, depuis des temps immémoriaux, l’homme, pour subsister, s’acharne à domestiquer le cours des eaux, des digues gigantesques aux plus infimes levées de terre. Berceau de l’âme vietnamienne, c’est derrière la haie de bambou du village que s’est écrite l’histoire du peuple viet et de ses royaumes. Puis, les Européens sont arrivés ; le Vietnam, le Cambodge et le Laos deviennent l’Indochine française. Rencontre brutale dont personne ne sort indemne. Tandis que convaincus des vertus civilisatrices de leur modèle de colonisation, les Français, tout en s’adonnant aux charmes équivoques de l’exotisme tropical, se découvrent bâtisseurs, archéologues, administrateurs, défricheurs, les indigènes lèchent leurs plaies dans l’attente de jours meilleurs. Entre-deux guerres, à la perle de l’Empire français, à l’Indochine heureuse des blancs, répondent la vacuité de la cour impériale, le désespoir populaire et bientôt les premières révoltes. Avec l’effondrement de la lointaine métropole en 1940, puis l’invasion des troupes japonaises, le destin de la colonie bascule. Le 9 mars 1945, les forces nipponnes décapitent l’administration. Les Vietnamiens, conduits par le front vietminh et le vieux révolutionnaire Ho Chi Minh, saisissent enfin l’occasion favorable pour se soulever. Le 2 septembre 1945, la République du Vietnam est proclamée à Hanoï. Profondément marquée par sa défaite, la France, avant toute négociation, entend d’abord rétablir sa souveraineté, gage de sa gran- deur passée. Le 19 décembre 1946, une longue guerre se déclenche. D’un conflit colonial, elle devient bientôt un des enjeux de la guerre froide jusqu’à la chute du camp retranché de Dien Bien Phu, en mai 1954, qui sonne le glas de près d’un siècle de présence française et voit le Vietnam coupé en deux. Sans plus attendre, hantés par la propagation du communisme, les Américains prennent le relais. À coup de guerres électroniques, de tonnes de bombes au napalm, de milliers de litres de défoliant et surtout de centaines de millions de dollars, l’US Army tente, sans succès, de faire ployer le nord Vietnam. Elle se retire en 1970 et en avril 1975, les troupes du Nord investissent Saïgon, la capitale du Sud, mettant ainsi fin à ce long Nam Tien, la Marche vers le Sud, débutée dans les montagnes du Nord des siècles plus tôt....
Remonter