Partager


Utilisez les options ci-dessous pour partager votre vidéo.

Embed:

http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MTQxMzZ8IyMjfDB8IyMjfEJhbmRlIEFubm9uY2UgTGEgYm9pdGUgbWFnaXF1ZQ==

Iframe:

<iframe id="cacplayer" scrolling="no" style="border:none" src="http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MTQxMzZ8IyMjfDB8IyMjfEJhbmRlIEFubm9uY2UgTGEgYm9pdGUgbWFnaXF1ZQ==" width="100%" height="390"></iframe>

Bande-Annonce La boite magique

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Un film de avec Abdelatif Kechiche, et . Selection Officielle 59ème Mostra de Venise SYNOPSIS : En Tunisie, de nos jours... Cinéaste reconnu, Raouf vit avec douleur et incompréhension la dégradation des relations avec son épouse française. Elle rejette le confinement dans lequel elle se sent depuis trop longtemps maintenue loin de son pays. Pleine de rancoeur, elle semble lasse. Dans ce climat tendu, la commande d'une télévision européenne d'un film sur ses rapports d'enfant avec le cinéma, conduit Raouf à une évocation intense et nostalgique de son passé d'enfant dans sa ville natale, Kairouan. Tiraillé entre la présence oppressante de son père, personnalité religieuse, autoritaire sans concession, et son irrésistible découverte du cinéma, univers de rêve et de liberté, Raouf éprouve ses premières émotions et construit ses premières rébellions. Il sera soutenu et accompagné par son oncle maternel Mansour, un projectionniste ambulant qui loge au bordel de la ville. C'est lui qui initiera le jeune Raouf à l'amour ... à la vie. L'AVIS DE LA REDACTION : Raouf est un cinéaste tunisien aguerri et reconnu. Meurtri par la relation qui l’unit à son épouse Lou (qui plonge dans l’alcool pour oublier son éloignement de la France), il est chargé de revenir sur ses premiers rapports d’enfants avec le cinéma. LA BOITE MAGIQUE, ce sont les souvenirs d’un petit garçon, et sa fascination pour l’objet de tous ses désirs. Brimé par son père, qui s’enfonce de plus en plus vers l’intolérance et le fanatisme, Raouf est fasciné par son oncle, projectionniste bohème qui lui insufflera l’amour du grand écran. Devenu adulte, Raouf recherche ses saveurs perdues qu’il ne parvient pas à revivre et qui lui échappent un peu plus chaque jour. De façon lyrique et avec quelques touches d’humour enfantin, parvient à recréer à travers un flash-back subtil, la recherche pour un petit garçon de sa passion et de son mode d’expression et de libération profonde. Sans chercher de coupables trop facile aux erreurs de Raouf, le réalisateur propose une plongée intimiste dans une Tunisie chaleureuse et festive. Entre interdit et fascination, le jeune garçon développera seul sa passion et finira par se l’approprier. Ce film est une quête de l’enfance, d’un monde perdu dont on ne peut plus retrouver le goût. Cette douloureuse traversée est un passage obligé pour mieux accepter son présent parfois trop douloureux à vivre et qui n’a laissé la place qu’à l’amertume et à la fadeur. Claire Salères L'AVIS DE LA PRESSE : CinéLive: " Le metteur en scène livre une ballade mélancolique teintée de tous les ocres tunisiens, mais un peu terne et dénuée de l’éxubérance et de la fantaisie propres au film de Giuseppe Tornatore." Sandra Benedetti (article entier disponible dans Cinélive n°70, page 66) Première : " (…) Ne faisant que survoler les différentes pistes réflexives de son sujet, se protège d’une redoutable lourdeur didactique et confère à sa chronique une forme d’évanescence poétique teintée de nostalgie douce-amère. Avec naturel et retenue, le petit Mehdi Rebii fait beaucoup pour le charme de ce film, paresseux par moments. " Nicolas Schaller (article entier disponible dans Première n°316, page 56.) Studio Magazine : " C’est tendre,mais un peu déjà vu.Là où leréalisateur est plus percutant, c’est dans sa description de la Tunisie au lendemain de son indépendance, prise entre un rêvede liberté et un islamisme montant. Malheureusement, l’ensemble souffre d’inégalités de rythme. Dommage. " Sophie Benamon (article entier disponible dans Studio Magazine n°190, page 40) Télérama : " Un film attachant, sentimental, sincère, mais sans grande personnalité. " Isabelle Fajardo (article entier disponible sur le site de Télérama) Le Monde : " (…) Le film prend une dimension historique et émotionnelle qui lui manque par ailleurs. Prisonnier d'un scénario narcissique, trop souvent soucieux de joliesse et d'anecdotes piquantes plutôt que de vérité des personnages, ne réussit pas à faire de cette enfance tunisienne vouée au cinéma l'élégie dont il a rêvé. " Thomas Sotinel (article entier disponible sur le site de Le Monde) Libération : " Académisme et nostalgie nunuche: une ode au cinéma façon "Cinema Paradiso ". " Antoine de Baecque (article entier disponible sur le site de Libération) NOTES DE (réalisateur) : "Raouf, le héros du film, pense t-il avoir forgé son chemin contre son père ? il l'admire pour sa rectitude. Mais à travers la perte de sa "boîte magique", lui reproche-t-il d'avoir tenté d'assassiner son rêve ? Il est en train d'éprouver rudement les imperfections de son parcours : l'échec de son mariage, les limites de son expression artistique. N'est-il pas tenté d'en imputer une part de responsabilité à son père ? Ce père… cette autorité qui n'offre d'autre recours que la résistance silencieuse et qui, déjà, enseigne, par réaction tant d'orgueil que de survie, à ne pas transiger, à ne pas concéder. Une autorité qui exprime si lourdement la difficulté de changer de temps, et que l'on conteste et respecte tout à la fois précisément pour cela." "Réflexe déchirant, mais positif : le constat est douloureux mais il peut aller plus loin, plus haut. Et c'est l'objet de sa quête vers son enfance. Il n'y tente pas un retour. Il est en train de comprendre que revenir à la vérité de l'enfance est un chemin que l'on doit gravir." "Ce film doit être perçu comme le témoignage d'un réalisateur maghrébin qui s'épuise à la sincérité sur la difficile traversée de la création… surtout lorsque cette traversée s'inscrit naturellement et nécessairement dans la fidélité à soi-même, à ce que l'on croit essentiel." FICHE ARTISTIQUE : : Lou Abdelatif Kechiche : Raouf adulte : Mansour : Le père : Raouf enfant FICHE TECHNIQUE : Scénario & Réalisation : Photo : Yorgos Arvanitis Décors : Taoufik Behi Musique : Montage : France Duez Son : Faouzi Thabet Mixage : Philippe Baudhuin Producteurs délégués : / Producteurs associés : ; & Producteur exécutif : Directeur de production :
Remonter