Bande-Annonce La maîtresse en maillot de bain

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Un film de , avec Lyèce Boukitine, Frank Gourlat, SYNOPSIS Trois amis d’enfance jeunes trentenaires, Jean, Eric et Karim, vivent dans une petite ville de province où ils s’ennuient ferme. Un jour, ils sont témoins d’un événement extraordinaire et dangereux. Ils se retrouvent alors plongés dans une aventure qui va changer pour toujours le cours de leur vie… L’AVIS DE LA REDACTION : Si vous vous attendez à une comédie ensoleillée de bord de plage avec une jeune et jolie maîtresse en maillot de bain, eh bien... passez votre chemin ! Car le titre de ce film est trompeur, et ce qu’il suggère n’a rien, mais alors rien à voir avec son contenu. Cette maîtresse en maillot de bain, c’est en fait un fantasme d’enfance, un graffiti dessiné sur un mur par trois gamins, qui sont maintenant devenus adultes, et ne savent pas trop quoi faire de leur peau. Le vol d’une caméra, puis un événement inattendu dont ils seront témoins bousculera un peu leur train-train quotidien, leur ennui, pimentera leur vie, mais les fera se confronter. Nous suivons donc ces trois personnages, dans le gris d’une ville de province, cadre sinistre et glauque qui renforce leur désœuvrement. LA MAITRESSE EN MAILLOT DE BAIN est un film d’hommes, où tout est fragile et précaire, même leur amitié. En fait, leurs liens voleront en éclats lorsque l’un aura trouvé une femme et du travail, et lorsque l’autre partira travailler avec des gens douteux. filme une classe sociale moyenne, une génération d’adulte perdue dans ce monde de chômage et d’intérim, incapable de s’adapter à la demande, et surtout sans envie. Ce mode de pensée, dans lequel les valeurs d’antan ont disparues, s’oppose fortement à la génération précédente, pour laquelle le travail était la clé d’une vie. Il manque à ce film, au titre pourtant original et accrocheur, un côté attractif, particulier, qu’on n’oublie pas. Un intérêt. Car une fois sorti de la salle, il ne laisse aucune trace. Est-ce vraiment pour cela qu’on fait du cinéma ? Sarah Beaufol
Remonter