Partager


Utilisez les options ci-dessous pour partager votre vidéo.

Embed:

http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MTg2OTkwfCMjI3wwfCMjI3xCYW5kZSBBbm5vbmNlIExhIFDpcGluaehyZSBkdSBk6XNlcnQ=

Iframe:

<iframe id="cacplayer" scrolling="no" style="border:none" src="http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MTg2OTkwfCMjI3wwfCMjI3xCYW5kZSBBbm5vbmNlIExhIFDpcGluaehyZSBkdSBk6XNlcnQ=" width="100%" height="390"></iframe>

Bande-Annonce La Pépinière du désert

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Ce film raconte comment deux hommes, l'un paysan dans le désert marocain, et l'autre, immigré en banlieue parisienne, se battent ensemble pour que leur rêve se réalise : faire sortir du désert une pépinière. Leur but à terme est de vendre leurs arbustes et de pouvoir embaucher les fils des fellahs très pauvres de cette région pour les empêcher de partir vers les paradis illusoires de l’Europe . L’histoire se déroule au Sud-Est du Maroc, à quelques kilomètres de la frontière algérienne, dans le désert du Mengoub. Les deux personnages principaux du film sont tous les deux originaires de Bouarfa, la ville la plus proche de ce désert. L’un a décidé d’y rester et d’y vivre, l’autre a émigré en France depuis 30 ans et y vient chaque année avec femme et enfants. Ils s’appellent tous deux El Mostafa, ce qui veut dire l’élu en arabe. Pour les distinguer on les a surnommé Mostafa le vieux et Mostafa le jeune, même si le premier n'a qu'une cinquantaine d'années et le second déjà 35 ans. Mostafa le vieux a décidé d’aider Mostafa le jeune à réaliser son rêve en l’aidant depuis la France avec ses moyens à lui. Il a crée une association de soutien à la pépinière, Solidamoun. Depuis Mostafa le vieux va et vient entre Evry et le désert de Mengoub dans une camionnette prêtée par son fils, chargée de matériel de récupération pour la pépinière. Mostafa le jeune, lui, est revenu de ses rêves d’exil après quelques années de galère hors des frontières du Maroc. Ancien soudeur, il a finalement choisi son désert natal pour, dans l’ordre, bâtir une maison, créer une ferme, et fonder un foyer. Mais Mostafa le jeune n’a pas choisi la difficulté pour la difficulté. Il s’est donné une mission : montrer aux fils des fellahs très pauvres de la région que l’on pouvait s’en sortir même avec très peu de moyens. « Il y a quelque chose de plus grand que l’argent, c’est l’espoir. » aime t-il à répéter. Pour commencer lui et sa femme leur apprennent à lire dans la petite mosquée qu’il a construite au bout de son terrain. Ensuite il a eu cette idée de la pépinière. Depuis, Mostafa le jeune se bat contre le vent, le sable, le gel, les invasions de crickets pour protéger ses premières plantations. Dans les moments de découragement, Mostafa le jeune se demande s’il n’est pas fou mais il est porté par sa foi en Dieu et par le soutien indéfectible de son ami Mostafa le vieux. A travers les tribulations de Mostafa le vieux entre la France et le Maroc et les péripéties que connaît Mostafa le jeune sur place, le film suit ces Don Quichotte des temps modernes qui n’ont pour lutter contre un problème d’économie mondiale que leur amour du travail de la terre, leur foi en l’homme et leur optimisme. Le film raconte l’histoire que se sont inventés ces deux hommes, une histoire utopique autant que réalisable, concrète autant que poétique, avec des personnages aussi généreux que philosophes, aussi inventifs que courageux, dans des lieux aussi beaux qu'hostiles. C’est l'histoire des deux Mostafa, le déraciné et le paysan, qui voulaient faire reverdir leur désert.
Remonter