Partager


Utilisez les options ci-dessous pour partager votre vidéo.

Embed:

http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=OTg5M3wjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBMYXN0IFBhcnR5IDIwMDA=

Iframe:

<iframe id="cacplayer" scrolling="no" style="border:none" src="http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=OTg5M3wjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBMYXN0IFBhcnR5IDIwMDA=" width="100%" height="390"></iframe>

Bande-Annonce Last Party 2000

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Un film de et , avec , , , Rosie O'Donnell, , Bill Maher, Noam Chomsky, , Bianca Jagger SYNOPSIS : L’année 2000 fut une année critique pour le système démocratique des Etats-Unis : Après huit ans régis par le parti démocrate, l’Amérique est le témoin d’un spectaculaire retournement. Le parti républicain remporte la présidence sans avoir obtenu la majorité des voix. Suite à des irrégularités de vote dans l’Etat de Floride et à un nombre astronomique de bulletins non valides, la Cour Suprême intervient et décide de trancher. C’est une mesure sans précédent. Tout le pays, aussi bien dans les rues que devant les tribunaux, tandis que le monde entier observe. LAST PARTY 2000 retrace ce moment unique de l’Histoire. Le documentaire LAST PARTY 2000, tout en faisant la chronique de l’incroyable élection présidentielle, analyse l’état de la démocratie en Amérique 2000 aux Etats-Unis. Avec tour à tour questionneur candide, observateur curieux mais dans tous les cas citoyen en quête d’informations, le film nous entraîne dans les méandres d’un phénomène nommé "politique américaine". Plus qu’un simple reportage sur les campagnes menées par les principaux partis et leurs différents candidats ; le film soulève des questions importantes et donne la parole aux minorités souvent ignorées par la classe politique. Donovan Leitch et , proposent une vision nouvelle, souvent impertinente des événements qui se sont déroulés, à l'opposé des comptes-rendus classiques. En juxtaposant les évènements qui se sont déroulés dans les rues et la scène politique, LAST PARTY 2000 révèle le gouffre qui sépare la rhétorique des campagnes électorales de la réalité. L'AVIS DE LA REDACTION : Les documentaires semblent revenir à la mode. L’année 2002 en aura vu un grand nombre dans les salles obscures recevoir l'adhésion du public, de la presse et de toute la profession. La sortie de LAST PARTY 2000, peut faire continuer cette renaissance du documentaire pour cette nouvelle année. Le film montre avec des yeux nouveaux, par rapport entre autres aux télévisions, l’élection présidentielle américaine de l’an 2000. Ces yeux nouveaux sont ceux des apolitiques, des laissées pour compte, qu’ils votent ou pas. et Donovan Leitch révèlent intelligemment le fossé qui existe entre les dirigeants, dans ce cas les prétendants à la présidence américaine, et le simple peuple. Ce constat, fait avec l’aide de est flagrant. Souvent les images parlent d’elles-mêmes, d’autres fois le montage les fait parler, quand ce ne sont pas les "gens normaux" qui s’expriment ouvertement. En effet LAST PARTY 2000 donne la parole à ceux qui ne l’ont pas d’habitude, ce qui devrait être fait plus souvent pour que les gens d’en bas soient plus souvent écoutés par ceux d’en haut. LAST PARTY 2000 est donc un documentaire Américain intelligent, dans la veine de BOWLING FOR COLOMBINE, qui mérite d’être vu, pour son fond et la réflexion qu’il peut engendrer. Pablo Chimienti ENTRETIEN AVEC : Dans le film, s’entretient avec Michael Moore que l’on voit également à la convention de Ralph Nader, le candidat écologiste. En France, Michael Moore est " LA " référence en matière de documentaire critique sur l’Amérique. Comment situez-vous votre travail par rapport au sien ? "Michael Moore est évidemment un réalisateur important, il dénonce les hypocrisies du système américain, nous avons beaucoup de respect et d’admiration pour son travail. C’est un cinéaste percutant. Notre approche pour Last party 2000 est très différente des méthodes qu’il emploie. Quand on a commencé à tourner, Phil ne savait pas grand- chose de la politique. Il tenait absolument à parler avec des gens d’opinions diverses et à les écouter vraiment. Ça ne l’intéressait pas de les interroger juste parce que leurs opinions differaient des nôtres. D’ailleurs, il était parfois difficile de deviner leurs tendances. Notre but était de recueillir les différents points de vue de personnes à qui le film donnait l’occasion d’exprimer leurs idées avec leurs mots. À mon sens, c’est un des points forts de Last party 2000. Nous n’avons pas cherché à faire un film didactique, nous avons volontairement choisi d’être dans le questionnement plutôt que dans l’affirmation. Last party 2000 n’est pas un film dénonciateur ou analytique. Nous pensons que c’est au spectateur de mener sa propre réflexion." Last party 2000 aborde un grand nombre de thèmes sociaux et politiques : l’armement, la pauvreté, l’éducation... Chacun d’eux pourrait faire l’objet d’un documentaire. Ne craignez-vous pas qu’on vous reproche d’avoir abordé ces sujets de façon trop superficielle ? "C’est vrai, le film aborde de nombreux problèmes, qu’on ne pouvait pas traiter en profondeur dans un seul film. On a voulu présenter une sorte d’état des lieux de la démocratie américaine, on a essayé de faire en sorte que le spectateur se sente impliqué et qu’il ait envie, après avoir vu le film d’en savoir plus. Notre but était de déclencher la curiosité. Il faut savoir qu’en Amérique - ce qui n’est pas le cas en France si on se réfère aux manifestations entre les 2 tours des présidentielles - que les jeunes gens se désintéressent de la politique. Pour eux, tous les politiciens sont les mêmes, cette résignation est dangereuse. En tant que cinéastes, on a voulu montrer qu’il est important que les jeunes Américains s’informent, qu’ils comprennent qu’ils sont concernés par ce qui se passe dans le monde, qu’ils n’oublient pas de s’intéresser à leurs voisins et qu’ils votent ! Ils pourraient faire de ce monde un monde bien meilleur." Nous avons assisté au triomphe des Républicains lors des dernières élections législatives, que pensez-vous de ce résultat ? "Le résultat des législatives a été terriblement éprouvant pour nombre d’entre nous. Une fois de plus, la grande majorité des Américains n’a pas voté. Le gouvernement actuel constitue un danger pour la sécurité mondiale et ronge petit à petit les principes démocratiques sur lesquels repose l’Amérique. Il est capital, aujourd’hui plus que jamais, que les jeunes s’engagent plus et qu’ils essaient d’arrêter les actions du gouvernement." Last party 2000 sortira aux Etats-Unis au printemps 2003. Pourquoi si tard ? "Plusieurs facteurs ont contribué à retarder la sortie de Last Party 2000. C’est toujours difficile de présenter un documentaire en salles, aux Etats-Unis. C’est un genre qui n’est pas suffisamment commercial ! De plus, il est particulièrement ardu de sortir un film politique qui montre le contrôle exercé par l’argent sur notre façon de penser et sur nos aspirations. Mais nous avions quand même réussi à caler une date, le film devait sortir début novembre 2001. Puis il y a eu le 11 septembre. On a senti que les gens n’étaient pas prêts à voir un film affichant autant de mépris pour la politique américaine. On ne voulait pas qu’il y ait de malentendus et l’on a préféré retarder la sortie. Cela nous a pris du temps de caler une autre date. Le film sortira au printemps 2003, on est tous persuadés que le moment sera beaucoup plus approprié, nous sommes moins sous le choc des attentats et le gouvernement Bush a montré son vrai visage." Pensez-vous avoir réalisé un film militant ? "Oui." Quels sont vos projets ? "Je travaille actuellement sur deux projets de documentaires. L’un d’eux a pour sujet la récente affaire de l’anthrax. Qui se cachait derrière ces lettres contaminées ? Le second l’exécution d’un jeune homme que je crois innocent. Le gouverneur George W. Bush a ordonné son exécution malgré les preuves irréfutables qui innocentent ce jeune homme du crime dont il est accusé." A PROPOS DE LAST PARTY 2000, Note d’Intention : Quand nous avons entrepris de réaliser Last party 2000, notre projet était d’explorer le paysage politique américain, et de le présenter sous la forme d’un documentaire qui parle aux jeunes de notre pays et leur donne envie de réfléchir et discuter. Nous avons demandé à d’animer ce documentaire, d’en être le fil conducteur, non seulement parce que son talent dynamiserait le projet, mais aussi parce qu’il partageait cette sensation de malaise général qu’éprouvent la plupart des jeunes Américains pour la politique. A ce moment-là, Philip ne savait pas grand-chose du paysage politique américain. Il ne s’y était jamais vraiment intéressé et était convaincu que les politiciens sont malhonnêtes par nature. Il partageait ce sentiment qu’ont les Américains de ne pas avoir leur mot à dire dans ce domaine. Mais Phil avait envie d’apprendre. il voulait découvrir ce qui se passe dans la tête et le coeur du peuple américain. Pourquoi la politique rebute-t-elle les jeunes d’Amérique ? Le meilleur moyen de le découvrir était d’explorer les entrailles de la bête ! C’est pourquoi nous avons décidé de suivre la campagne électorale 2000 des présidentielles américaines. Nous espérions avoir une vision interne de la machine politique, apprendre ainsi, comment quelqu’un, n’importe qui peut devenir président des Etats-Unis. En suivant la campagne, nous avons rapidement découvert plusieurs choses. La première, c’est que devenir président suppose d’avoir des sommes d’argent incroyables. Même avec les intentions les plus honorables, il faut faire de nombreuses promesses pour rassembler les fonds nécessaires à une campagne compétitive. C’est pourquoi même les meilleurs candidats finissent par se compromettre. La deuxième, c’est que la vie d’un candidat à la présidence n’est pas aussi palpitante que nous l’espérions. Chaque jour, les candidats sont traînés un peu partout pour la tournée électorale et les collectes de fonds. Lorsqu’ils arrivent dans une ville, des assistants les précipitent sur une scène où ils récitent encore et encore le même discours sur la même rengaine musicale. Puis les voilà en route vers la prochaine ville, le prochain meeting, pour une journée de plus. Les candidats sont tellement occupés à réunir autant d’argent qu’ils n’ont plus le temps de s’arrêter pour écouter les Américains exprimer leurs préoccupations. En tant que réalisateurs, nous nous sommes vite aperçus qu’il fallait repenser notre projet sous peine de faire un film extrêmement ennuyeux se contentant de montrer les raisons du désintérêt des jeunes pour la politique ! Nous avons donc changé de cap et embarqué Phil pour mener notre propre campagne à travers l’Amérique. Notre route a parfois croisé celle des candidats. Nous avons rencontré des étudiants, des politiciens, des activistes, des artistes et des gens ordinaires, et ce dans tout le pays. Nous sommes allés partout à travers le pays pour écouter les questions qui préoccupent vraiment les Américains. Nous nous sommes aperçus qu’il existe en fait, un grand nombre de jeunes gens politiquement actifs, très intéressés par ce qui se passe dans le pays et concernés par l’avenir du monde. Nous nous sommes immergés dans ce pays immense et d’une grande diversité. On y rencontre tant de groupes d’opinions, de besoins différents que " représenter le peuple " est une tâche bien plus difficile que nous l’avions imaginé. Il s’est avéré que cette campagne fut l’une des plus marquantes de l’histoire des élections américaines. Malgré les erreurs des candidats et la complexité du système politique qui les soutient, malgré le résultat controversé des élections et le grabuge qui a suivi, nous nous sommes sentis encore plus déterminés quant aux raisons premières qui nous ont incités à réaliser ce film. Pourtant, à cause de la politique politicienne, des scandales, des manifestations de protestation, des ralliements et du résultat final des éléctions, la réalité est extrêmement troublante : une grande majorité de jeunes ne vote pas et très peu s’intéressent à la politique. Cela menace le fondement même du " système démocratique ". Nous avons réalisé ce documentaire qui explore la décomposition de la politique en Amérique, qui donne la parole à ceux qui ne l’ont jamais, espérant inciter le spectateur à s’informer et à s’impliquer, et ce, quelles que soient ses opinions. Nous espérons que notre film portera ce message pour la démocratie : Ensemble, on peut faire bouger les choses. L’AVIS DE LA PRESSE : Première : "Malgré des défauts patents (trop de thèmes survolés, Hoffman sans ressorts, montage clippesque inapproprié), LAST PARTY 2000 apporte à sa façon brouillonne des réponses aux questions posées dans BOWLING FOR COLUMBINE " C.N. (article entier disponible dans Première n°311, page 40) CinéLive: " D'autopsie d'une démocratie à l'agonie, refusant l'analyse pour laisser place au questionnement, LAST PARTY 2000 devient alors document historique. Saisissant." Sandra Benedetti (article entier disponible dans Cinélive n°65, page 51) Télérama : " La course à la Maison Blanche filmée loin des sentiers balisés de la politique officielle. Un docu tonique. " Jean-Claude Loiseau (article entier disponible sur le site de Télérama) Studio Magazine : " Un doc édifiant sur l'Amérique." P.F. (article entier disponible dans Studio Magazine n°186, page 26)
Remonter