Partager


Utilisez les options ci-dessous pour partager votre vidéo.

Embed:

http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MTUzMnwjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBMZSBNYXNxdWUgZGUgbCdhcmFpZ27pZQ==

Iframe:

<iframe id="cacplayer" scrolling="no" style="border:none" src="http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MTUzMnwjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBMZSBNYXNxdWUgZGUgbCdhcmFpZ27pZQ==" width="100%" height="390"></iframe>

Bande-Annonce Le Masque de l'araignée

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Un film de , avec , . SYNOPSIS : Le Dr. Alex Cross est le "profiler" vedette de la police de Washington. Psychologue renommé, ses ouvrages font autorité ; homme de terrain patient et aguerri, ses méthodes ont permis de résoudre de nombreux crimes de sang. Rien d'étonnant à ce que ses succès aient aussi fait naître des vocations criminelles et inspiré à certain le désir pervers de le battre à son propre jeu… Après avoir perdu sa jeune coéquipière à l'issue d'une traque mouvementée, Alex se met en congé, ressassant sa culpabilité durant de longues semaines. Un collègue du FBI le persuade finalement de sortir de sa retraite pour capturer le ravisseur d'une enfant de dix ans : Megan rose. Fille de sénateur, celle-ci étudiait dans un pensionnant privé, fréquenté par les rejetons des VIP's de Washington et placé sous la protection permanente de services secrets. Mais le kidnappeur, Gary Soneji, avait longuement, patiemment, tissé sa toile : enseignant depuis deux ans au sein de l'établissement, il s'y était bâti une réputation exemplaire et était virtuellement insoupçonnable. Pour l'agent Jezzie Flannigan, affecté à la surveillance de Megan, le coup n'en est pas moins rude. Accusée de négligence et désirant se racheter, la jeune femme propose ses services à Alex. Ce dernier, touché par sa détresse, en fait sa partenaire dans une enquête qui s'annonce des plus ardues. Plusieurs détails troublent en effet le "profiler". Les motivations, purement "intellectuelles", de Soneji ne cadrent guère avec son mode opératoire. Si l'objectif du ravisseur était de se mesurer avec Cross en commettant le "crime du siècle", pourquoi s'en est-il pris à la fille d'un obscur sénateur ? L'enlèvement de Megan cacherait-il un projet de plus grande envergure ? Qui sera la prochaine victime de Gary Soneji ? Le kidnappeur est-il seul dans le coup ? Ou manipulé à son insu par un rival plus retors, capable d'anticiper ses moindres gestes ? NOTES DE PRODUCTION : LE MASQUE DE L'ARAIGNEE est tiré du roman à suspense de James Patterson qui inaugura son cycle "Alex Cross". retrouve ici le légendaire "profiler" qu'il interpréta pour la première fois dans LE COLLECTIONNEUR, film inspiré du deuxième best-seller de cette série romanesque, où il avait pour partenaire Ashley Judd. Freeman, qui partage également avec Marty Hornstein les fonctions de producteur exécutif, s'est attaché à ce personnage aux qualités rares, idéalement adaptées à son tempérament d'acteur. : "Alex Cross est à la fois un homme de terrain, un policier, un écrivain et un psychologue averti. Mais c'est surtout un formidable "pisteur" qui utilise avant tout ses facultés intellectuelles, son sens de l'observation et de la déduction. Toutes choses qui le rendent particulièrement attrayant à jouer." Auteur à succès, Patterson ne pouvait être plus content du sort qu econnait sa série, et plus particulièrement de l'approche subtile et nuancée de Freeman. James Patterson : "Morgan rehausse chaque scène en virtuose et domine ses partenaires comme pouvait le faire Michael Jordan" Il s'agit de la quatrième collaboration du producteur avec l'acteur après Le Collectionneur, Deep Impact et Miss Daisy Et Son Chauffeur. L’AVIS DE LA PRESSE : Ciné Live : "Une chose est sure, on est loin de la finesse et de la force réalisatrice de L’ME DES GUERRIERS, premier long métrage de . Et si, sans être une référence, LE MASQUE DE L’ARAIGNEE se défend vaguement pendant une petite heure, la chute plombe irrémédiablement le tout, avec sa fin " multitwists " digne de " Scoubidou ". Mais problème : nous ne sommes pas dans un dessin animé et nous n’avons plus 4 ans. Il en aurait fallu un peu plus pour nous surprendre." Iris Mazzacurati (Article entier disponible dans Ciné Live N°47 p.66) Les Cahiers du cinéma : "LE MASQUE DE L’ARAIGNEE confirme la capacité du cinéaste à instaurer une tension trouble, un malaise insidieux à partir de petits détails du quotidien. Le problème, ici, vient d’un propos sous-terrain assez nauséabond qui supplante rapidement tout sur son passage. De l’enfance bafouée dont Tamahori s’est fait le chantre dans L’ME DES GUERRIERS ne subsiste qu’une pâle photocopie revue et corrigée aux canons du thriller de récupération. " Vincent Malausa (Article entier disponible dans Les Cahiers du Cinéma N°557, p.120) Voir le site officiel
Remonter