Partager


Utilisez les options ci-dessous pour partager votre vidéo.

Embed:

http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MTA2N3wjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBNZXJjcmVkaSBmb2xsZSBqb3VybullICE=

Iframe:

<iframe id="cacplayer" scrolling="no" style="border:none" src="http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MTA2N3wjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBNZXJjcmVkaSBmb2xsZSBqb3VybullICE=" width="100%" height="390"></iframe>

Bande-Annonce Mercredi folle journée !

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Le mercredi, c’est le jour des enfants, c’est-à-dire le jour où les enfants sont à la maison et où les parents ont autre chose à faire que de s’occuper d’eux. Comme dit une petite fille, “heureusement qu’il y a les enfants pour s’occuper des enfants”. Le mercredi, parents et enfants se croisent. Le film montre qu’ils ne se connaissent pas ou trés peu. Ce mercredi-là commence le mardi soir à la porte de l’école. un mercredi aussi riche que toute une existence. C’est un instituteur, Agenore Esposito (), qui libère les enfants pour les reprendre 36 heures après. Il est le témoin lucide des boulversements qui vont s’opérer pendant ce drôle de mercredi, ce mercredi folle journée !. “Dans quel état les parents vont-ils nous rendre les enfants ?” se demande-t-il à la fin des cours. Mais se pose-t-il la bonne question ? N’aurait-il pas dû plutôt se demander : “Dans quel état les enfants vont-ils nous rendre leurs parents ?” Le Mercredi, les enfants sont les maîtres du jeu. Ils forment une communauté solidaire, une planète qui a ses propres lois à l’ombre des adultes. Le personnage principal du film s’appelle Martin Socoa (). Séparé de son épouse (), il se retrouve en charge de sa fille Victoria (). Ce mercredi qui commence comme un jour ordinaire. Martin Socoa, singulier mélange de force et de fragilité, est un tendre qui ne sait pas quoi faire de sa tendresse. Un délicat qui s’ignore. Sans qu’il s’en rende compte, Victoria va le mener par le bout du nez. Elle va surtout en faire quelqu’un d’autre. Au départ, entre cette enfant et ce père loitain, c’est la rencontre de deux étrangers. Socoa a une compagne aux réactions explosives (). Il est accaparé par un métier aléatoire en proie à la passion dévorante des cartes et des chevaux (“des brèmes et des bourrins”). Victoria va entrer avec autorité dans le monde compliqué de son père. Entre eux, la ville de Nantes, au ciel aussi imprévisible que le destin, est un personnage plus qu’un décor. Une ville océane où, pendant tout ce mercredi, les destins s’entrecroisent, où les parents vivent dans leurs rêves et où les enfants livrés eux-même se perdent dans d’autres rêveries, fuguant à bord d’un bateau le long de l’Erdre ou en adoptant un petit garçon perdu. Une jeune femme va mourrir en gardant son mystère et un enfant va naître dans un train stoppé en rase campagne. Ainsi va la vie, la ligne de force de la vie, le mercredi quand les écoles sont fermées. A la fin, tout rentrera dans l’ordre, mais ce sera un ordre différent.
Remonter