Bande-Annonce Mes chers voisins

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Un film d', avec , Jesus Bonilla, Eduardo Antuna.
SYNOPSIS Julia travaille dans une agence immobilière et fait visiter un appartement à vendre à des candidats. Un soir, elle l'investit en secret mais découvre, grâce une invasion de cafards, le locataire du dessus décédé. En visitant l'appartement du mort, elle y découvre par hasard une somme d'argent importante. Elle décide de fuir avec ce gain mais c'est sans compter la communauté de voisins qui va tout faire pour le récupérer... L'AVIS DE LA REDACTION Qui n'a jamais voulu s'imiscer dans la vie de ses voisins ? Avec MES CHERS VOISINS vous pouvez avec en plus la possibilité de rafler trois cents millions de pesetas. Mais cet appât du gain, Julia, l'agent immobiler de Madrid, va en subir les conséquences. Cette quatragénaire débordante de vitalité, en emmenageant en catimini dans un appartement à vendre, découvre des voisins plus bizarres et plus terrifiants les uns que les autres. Ils ont décidé de ne pas la laisser s'enfuir avec le gain qu'ils ont attendu depuis plus de vingt ans. En effet, dont c'est sa principale réalisation, part de cette situation pour en faire une comédie burlesque teintée d'humour noir. Son parti pris de filmer quasiment en huis-clos, le fameux immeuble du centre de Madrid, intensifie les moments qu'ils soient de pure comédie ou de drame macabre. Chaque scène est très bientravaillée côtés mise en scène et scènario. Rien ne lui échappe. Les personnages hauts en couleur font toujours une moue effroyable. Ramona (Terele Pavez), une des voisines, est le symbole même de la terreur. D'ailleurs, chacune de ses paroles fait froid dans le dos. Les déguisements des deux enfants, l'un en Dark Vador de la GUERRE DES ETOILES, l'autre en télétubbies ne font qu'ajouter à la drôlerie du film. Julia est donc en prise avec la Communauté. Cette dernière ne reculant devant rien afin de récupérer l'argent. Le réalisateur souligne le caractère vénal de l'espèce humaine qui n'hésite pas à espionner, chuchoter, comploter et tuer pour satisfaire leur appétit d'argent. Séquestrée dans l'immeuble, Julia, pas tout à fait innocente, décide de filer par les toits. Une course-poursuite endiablée est engagée entre elle et la Communauté assoiffée de pesetas. L'expédition s'avérera périlleuse et mortelle. Reste qu'avec MES CHERS VOISINS, on savoure cette peinture sacarstique d'une communauté effrayante et jusqu'au boutiste. Anne Le Tiec ENTRETIEN AVEC Si, comme Julia, l'héroine de MES CHERS VOISINS, trouve un magot dans un appartement. Qu'en fait-elle? "Moi, Carmen, je m'en vais...J'ai un sens plus pratique qu'elle. Contrairement à Julia, l'argent ne m'impressionne pas. Mais Julia, elle, en a besoin, pour échapper à un travail qu'elle n'aime pas. Par contre, j'aime et je partage l'optimisme de Julia, son sens de l'humour" Comment s'est faite la rencontre avec ? "Je connaissais bien son cinéma. J'ai vu son premier court-métrage et dès cet instant j'ai voulu travailler avec lui. J'aime son monde surréaliste et son sens de l'humour très spécial. J'ai reçu le scènario et trois heures après, j'acceptais. Avec Alex, ça a tout de suite été une histoire d'amour, bien plus forte que le sexe (rires)...D'ailleurs, je suis très amie avec sa femme" Y a t-il une folie communicative à travailler avec ? "Une peur physique. Il est capable de mettre vraiment un comédien en haut d'une tour et de l'y laisser.(...) Pendant le tournage, par enthousiasme, j'ai joué de sscènes physiques incroyables. En revenant chez moi, je comptais mes ecchymoses et mes écorchures" Pour la course-poursuite finale sur les toits, n'aviez-vous pas le vertige? On voit que vous n'êtes pas doublée. "Alex était très protecteur...On a tourné ces scènes en fin de tournage. Mais, là sur les toits, j'étais vraiment Carmen, morte de trouille. L'autre comédienne, Terete Pavez, avec qui je me bagarre, est géniale mais beaucoup plus forte que moi. A un moment, elle m'a pris par les cheveux et, si vous êtes attentif, vous me voyez murmurer entre mes lèvres : "Lâche-moi, lâche-moi". Croyez-moi, cette réplique n'était pas dans le scénario" MES CHERS VOISINS a certaines qualités d'un film américain: efficacité, sens du spectaculaire, humour... "Je le pense aussi: les moyens finanaciers et la qualité technique du film peuvent lui ouvrir le marché américain. Mais chaque pays doit défendre la spécificité de son cinéma. Je suis très fière d'être une actrice espagnole. J'ai un cinéma à défendre. L'Europe est en train de découvrir le cinéma espagnol..; de plus, tu as plus de chance de rencontrer un metteur en scène fou en Espagne que partout ailleurs. Et, moi, j'adore ça" L’AVIS DE LA PRESSE : Première : " Après être allé de haut en bas avec des films qui démarraient sur des chapeaux de roue pour finir quasiment en eau de boudin (ACTION MUTANTE ; LE JOUR DE LA BETE, etc.), inverse la manœuvre et renverse la vapeur : MES CHERS VOISINS commence tout mou sur un perron, pour s’achever tout fou sur les toits." Christophe Carrière (article entier disponible dans Première n°305, page 36.) Studio Magazine : " A mi-chemin entre le burlesque et l’épouvante, MES CHERS VOISINS est l’œuvre d’, un passionné du cinéma de genre, déjà auteur, il y a dix ans, d’ACTION MUTANTE, un film de science-fiction décalé." T.B. (article entier disponible dans Studio Magazine n°180, page 25) CinéLive: " Avec MES CHERS VOISINS, il s’affirme enfin pleinement, quittant par la même occasion les ornières du fantastique déjanté, son genre de prédilection, pour donner dans le thriller parodique, à mi-chemin entre le classicisme ironie d’un Hitchcock et le liseré fantastique façon Polanski." Marc Toullec (article entier disponible dans Cinélive n°59, page 48)
Remonter