Partager


Utilisez les options ci-dessous pour partager votre vidéo.

Embed:

http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=ODYxM3wjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBPIGludmFzb3IgKGwnaW50cnVzKQ==

Iframe:

<iframe id="cacplayer" scrolling="no" style="border:none" src="http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=ODYxM3wjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBPIGludmFzb3IgKGwnaW50cnVzKQ==" width="100%" height="390"></iframe>

Bande-Annonce O invasor (l'intrus)

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Un film de Beto Brant, avec , Malu Mader, Paulo Miklos, Marco Ricca SYNOPSIS : Sao Paulo. Deux hommes sortent vivement d'une voiture. Quelqu'un les attend dans un bar. Ils échangent avec lui quelques mots, il est question d'argent à verser. Les deux hommes repartent : Giba et Ivan, amis et partenaires dans une entreprise de construction, viennent d'engager un tueur à gages, Anisio, et de condamner à mort le troisième associé qui fait obstacle à leur ambition. Une décision qui va transformer leur vie. Ivan va progressivement s‚opposer aux pratiques troubles et à la cynique détermination de Giba. De son côté, Anisio, issu des favelas de Sao Paulo, va devenir incontrôlable. Il s'immisce peu à peu dans la vie des deux partenaires et, irrémédiablement, prend les choses en main. Désemparés, perdant toute prise sur lui et sur une violence qu‚ils pensaient pouvoir contrôler, Ivan et Giba sont entraînés dans la spirale de la peur, de la culpabilité et de la trahison. L'AVIS DE LA REDACTION : Belle performance que celle d’O INVASOR (L’INTRUS) du Brésilien Beto Brant. Loin des stéréotypes et en même temps assez proche d’une réalité quotidienne, celle d’une des villes les plus peuplées au Monde, Sao Paolo. Certes, le film est une fiction et espérons que les faits narrés ne soient que très marginaux dans la vie réelle, mais on le sent, sans le voir, la violence est omniprésente. Le véritable miroir de cette violence et par conséquent déclencheur d’une critique sociale importante, est la musique. Non pas ce qu’on appelle, de ce côté de l’océan, la musique brésilienne, non ! De la vrai musique locale, celle qu’ils écoutent certainement dans les "favelas" : rock, hard rock, rap, hip hop, techno. Du vrai, du bon et qui a du sens. Ceci dit l’intrigue de O INVASOR est présente et bien ficelée. Ce n’est pas une simple excuse pour faire un film contestataire. Le film passe bien, l’histoire est prenante et les acteurs tous très bons. Ils jouent pourtant des personnages très troubles pas toujours simples à faire avancer. Des personnages qui parfois semblent être les principaux du film et qui d’un coup deviennent secondaires, ce qui permet la narration de diverses histoires entremêlées. Seule ombre au tableau, et pas des moindres, la fin. Le dénouement de cette histoire ne permet pas d’éclaircir toute la trame et laisse au spectateur comme un mauvais goût d’inachevé. Dommage. Heureusement, cela ne gâche pas toutes les qualités du film. Pablo Chimienti LE REALISATEUR: Biographie : Beto Brant est né à Sao Paulo en 1964. Il réalise trois courts-métrages : AURORA (1987), DOV'E MENEGHETTI (1989), ETERNIDAD (1993). Son premier long OS MATADORES (1997), a reçu de nombreux prix. Il a ensuite réalisé AçAO ENTRE AMIGOS qui fût sélectionné à Venise, Sundance et Rotterdam et récompensé par le prix du meilleur film au festival du film Latin-Américain, à Providence. O INVASOR a reçu le prix du meilleur film latin-américain à Sundance en 2002. Propos : Sur la violence traitée dans le film, le réalisateur nous dit : "la violence présente dans le film n'est pas explicite, mais, au Brésil, l'exclusion sociale chronique est comme une fracture ouverte. Ce n'est pas l'adrénaline dégagée par l'acte d'agression qui nous intéresse, c'est ce qui motive l'agresseur." Sao Paulo, "métropole cosmopolite", est filmée avec détails : "En résumé, c'est l'empire du pouvoir économique soumis à l'instabilité des marchés internationaux et à la bienveillance des institutions fiancières des pays développés." "Des concepts comme l'intolérance, l'exclusion, l'éthique, l'hédonisme et la déchéance morale ont été des stimulateurs quant à ma décision de faire ce film. J'avais peur d'une mauvaise interprétation. Ca n'a pas eu lieu. A la sortie du film au Brésil, les critiques ont mis l'accent sur la confrontation et la lutte des classes, et sur l'instabilité de la conscience bourgeoise." FICHE ARTISTIQUE : : Gilberto/Giba Malu Mader : Claudia/Fernanda Paulo Miklos : Anísio Marco Ricca : Ivan Mariana Ximenes : Marina Sabotage : Sabotage Chris Couto : Cecília FICHE TECHNIQUE: Réalisation : Beto Brant Producteurs : Bianca Villar et Renato Ciasca Scénario : Marçal Aquino, beto Brant et Renato Ciasca D'après l'œuvre "O Invasor" : de Marçal Aquino Directeur de la photographie : Tosca Seabra Décors : Yukio Sato Costumes : Juliana Prysthon Casting : Deborah Carvalho Montage : Manga Campion Son : Louis Robin et Roberto Ferraz L'AVIS DE LA PRESSE : Studio Magazine : " Récompensé lors du dernier Festival de Sundance O INVASOR, du brésilien Beto Brant, séduit par son énergie et sa liberté de ton (…) Ce film aux allures de polar avance à une cadence soutenue, mais sans jamais sombrer dans l'excès." T.B. (article entier disponible dans Studio Magazine n°183, page 38) Première : " Une fois encore, les moyens limités sont compensés par l'ingéniosité et l'inventivité d'un réalisateur qui tire le meilleur parti d'une fable ironique et cruelle, et dresse au passage un état des lieux varié et documenté d Brésil contemporain. " G.D. (article entier disponible dans Première n°308, page 52) CinéLive: " Un salmigondis nébuleux sur la trahison et la corruption, qui se veut gorgé d'adrénaline et ne parvient qu'à susciter l'ennui à force d'être énigmatique. " Sandra Benedetti (article entier disponible dans Cinélive n°62, page 60)
Remonter