Partager


Utilisez les options ci-dessous pour partager votre vidéo.

Embed:

http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MjA1M3wjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBUb2dldGhlcg==

Iframe:

<iframe id="cacplayer" scrolling="no" style="border:none" src="http://www.commeaucinema.com/embedded.php?v=MjA1M3wjIyN8MHwjIyN8QmFuZGUgQW5ub25jZSBUb2dldGhlcg==" width="100%" height="390"></iframe>

Bande-Annonce Together

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Un film de . Prix Spécial du Jury au Festival Du Film De Paris 2001 SYNOPSIS :
Stockholm 1975. Une communauté hippie vit dans une promiscuité insouciante et joyeuse où les couples se font et se défont, ne mangent jamais de viande et ont juré la perte du Grand Capital. Un beau jour, une jeune femme, lassée des violences répétées de son mari, débarque avec ses deux enfants. Son arrivée impromptue va bouleverser la vie des uns et des autres. ENTRETIEN AVEC : Vous aviez 6 ans en 1975, que représentent pour vous les années 70 ? Je me souviens de l'école maternelle. Je me souviens des appartements que j'habitais. Deux appartements identiques. Dans l'un, je vivais avec mon père et dans l'autre, avec ma sœur, ma mère et son nouveau mari. Je me souviens qu'en rentrant de l'école, j'écoutais les Rolling Stones, Alice Cooper, les Sparks. Je me souviens même avoir cru fermement (mais très momentanément) que le nouveau mec de ma mère était David Bowie ! Dans la Communauté "Tillsammans", quel est l'enfant dont vous vous sentez le plus proche ? Probablement Stefan. Il est totalement perdu. Ses parents viennent de se quitter, il est un peu mauvaise tête, un peu anti-tout, mais il adore son père et sa mère… Et quel est l'adulte dont vous vous sentez le plus proche ? Parfois, je me dis que je suis proche d'Erik, ce révolutionnaire infantile et colérique qui veut transformer le monde ! Le reste du temps, je suis plutôt proche de Göran. Il m'arrive d'être comme lui : un grand naïf, un incorrigible idéaliste. Pour moi, il est le héros du film, un vrai gentil. Quelqu'un qui change, qui évolue, mais sans jamais se renier ou renier ses idéaux. Par exemple, à la fin du fil, lors de la partie de football, il continue à d'enthousiasmer lorsqu'un but est marqué, même si c'est l'équipe adverse ! FICHE ARTISTIQUE : Lisa Lindgren : Elisabeth Michael Nyqvist : Rolf Gustav Hammarsten : Göran Anja Lundkvist : Lena Jessica Liedberg : Anna Ola Norell : Lasse Shanti Roney : Klas Sam Kessel : Stefan Emma Samuelsson : Eva Lars Frode : Sigvard Cecilia Frode : Signe Henrik Lundström : Fredrik Thérèse Brunnander : Margit Claes Hartelius : Ragnar Olle Sarri : Erik L’AVIS DE LA PRESSE : Ciné Live : "(…) A vue de nez, l'argument ne va guère plus loin qu'un "téléfilm-des-familles-éclatées-post-soixante-huitardes" made in TF1. En réalité, par sa palette de personnages savoureusement croqués sans être caricaturaux et sa richesse de notation, Moodysson évite tout récupération. Son film n'est pas une ode béate à l'esprit libertaire, et condamne même le sectarisme qui en découle." Julien Vernor (Article entier disponible dans Ciné Live N°47 p.64) Première : " Alors que le destin baba suédois pourrait laisser indifférent, Moodysson réussit à passionner grâce à son humour qui fait mal (les hypocrisies et la mauvaise conscience présentement mises en scène sont toujours d'actu) et son instinct de cinéaste pointilleux qui relève toujours le détail qui tue, comme dans cette scène effrayante où une fille se met complètement toute nue pour évoquer les problèmes lancinants de répartition de tâches ménagères." Olivier de Bruyn (Article entier disponible dans Première N°292, p.67) Chronic’art: " Oserons nous y voir une roublardise marketing (voir l'affiche au design tendance déconnade rosbif second degré) qui lorgne vers le succès commercial des récurrentes âneries anglaises ? Together prend d'ailleurs lui-même des airs d'outre-Manche par son ton populaire et son humour à la fois cynique et compatissant. Comme si on n'avait déjà pas assez des Anglais sur le créneau des comédies prolos lourdingues. Un ton qui fini par être franchement agaçant tant les échecs répétés du genre semblent le condamner sans appel." Etienne Laurent (Article entier disponible sur le site de Chronic’art)
Remonter