Bande-Annonce Vertiges de l'amour

Vos avis sur ce film

Exprimez-vous

Résumé

Un film de , avec , et Sophie-Charlotte Husson. SYNOPSIS : Comment peut-on être sûr d'aimer la femme de sa vie toute sa vie? C'est la question que se pose bien malgré lui Vincent la veille de son mariage. Vincent qui, durant une longue nuit, échafaude des hypothèses toujours plus saugrenues quant à son statut de futur homme marié. Rapidement, le doute cède la place à la panique qui cède à son tour la place aux vertiges de l'amour... L’AVIS DE LA REDACTION : Quel homme ne s’est jamais demandé, la veille de son mariage, si la femme qu’il allait épouser était vraiment la bonne ? Soyons honnêtes, il est normal de douter, d’avoir des appréhensions avant de signer pour la vie. Mais soyons encore plus honnêtes, tout le monde n’a pas été subitement attiré par une belle inconnue le jour même de la cérémonie, prêt ainsi à tout remettre en cause... Ce futur (?) marié nous plonge, grâce à l’usage de la voix off, dans ses pensées (et surtout ses arrières-pensées !), ses commentaires sur lui-même, ses doutes et ses craintes. Il nous donne à voir l’image d’un homme lâche et pourtant attachant, tout en même temps séducteur et trompeur, amoureux et menteur, tellement homme, en un mot ! Phillipe Torreton, habitué à des rôles plus " classiques " (tel le Capitaine Conan du film de Tavernier), incarne cet éternel indécis, mal dans sa peau, en proie à la culpabilité et à l’hésitation, qui nous berce des flux de ses humeurs, face à une mystérieuse et inaccessible, image même du fantasme inavoué. La construction du film, très originale, permet d’entrevoir les diverses possibilités du scénario, rejouant les scènes à l’infini suivant les divers choix du protagoniste. Comédie à la fois drôle et sensible, légère et pimentée sur la vie de couple, VERTIGES DE L’AMOUR est le premier long-métrage de . Auteur de nombreux scénarios pour la télévision, celui-ci a également co-signé l’écriture du dernier film d’Etienne Chatilliez, TANGUY, en salles le 21 novembre. Un film à voir avant de se marier, car il vaut mieux prévenir que guérir... ! Sarah Beaufol ENTRETIEN AVEC : VERTIGES DE L'AMOUR, c'est un conte de fées cynique ? Non. Ce qui me plaît avant tout, c'est distraire. Ecrire une comédie, - en l'occurrence sur le mariage – c'est imaginer le meilleur du meilleur, comme les pires horreurs. Les contes de fées se terminent généralement par "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants". J'ai simplement balayé le spectre de tout ce qui pouvait arriver, du plus beau au plus noir, dans la vie d'un couple, avant de finir par cette heureuse conclusion. Votre héros, Vincent, est pris d'un terrible "wedding blues"… Quand on se marie, c'est généralement sur les bases du "meilleur". Le "pire" n'existe pas. Mais peut-on s'empêcher de phosphorer ? Peut-on savoir ce que sera la vie dans cinq, dix, quinze ans ? C'est entre autres, ce type d'angoisse qui hante la nuit de Vincent. Vincent qui envisage différents scénarios. Qui voit son avenir toujours plus sombre. Et qui finit par se dire qu'"ailleurs l'herbe est plus verte". Mais comme dit une phrase célèbre : "Quand on se marie, c'est pour ne former plus qu'un. La première difficulté est de savoir lequel". Vincent peut toujours imaginer, regretter, fantasmer pour deux, il n'est pas maître des pensées d'Hélène. Pourquoi avoir choisi de donner cette construction à votre récit ? J'adore des films comme Le Magnifique ou Un Jour Sans Fin qui sont dans la lignée de la nouvelle de James Thurber LA VIE SECRETE DE WALTER MITTY. J'avais envie de montrer le cheminement de la pensée de quelqu'un. Avec ce qui peut parasiter cette pensée, la bloquer, la forcer à peser le pour et le contre avant de prendre une décision. Ainsi, Vincent avance, recule, fait un pas de côté à chaque fois qu'un alternative se présente et sse projette dans toutes sortes de situations qui le font passer par tous les états possibles et imaginables. FICHE ARTISTIQUE : Scénario de : Produit par : Frédéric Brillion, Directeur de la photographie : Denis Rouden Montage : Anne Lafarge Décors : Aline Bonetto Costumes : Fabienne Katany FICHE TECHNIQUE : Son : Laurent Poirier Nationalité  du  film : Française Langue : Français Format Image : 1.85 Format son : dolbysrd Versions disponibles : française Durée : 83 min Métrage : 2 283 mètres L’AVIS DE LA PRESSE : CinéLive: " Déclinant à l'infini le thème du" je rêve que je rêve que je rêve", une comédie romantique azimutée sur les doutes de l'engagement conjugal " (article entier disponible dans Cinélive n°53, page 56) Les Cahiers du cinéma : " Vertiges de l'amour s'épuise en contorsions et en oublie purement et simplement d'être drôle " (article entier disponible dans Les cahiers du cinéma n°563, page 91) Télérama : "ces Vertiges de l'amour sont bien anodins. Mais pendant une heure, on s'est laissé prendre au jeu... Extrait d’article – un e ou deux phrases " Nom et prénom du journaliste (article entier disponible sur le site de Télérama)
Remonter