CommeAuCinema

Critiques : A Little Closer

Critiques : A Little Closer 1 étoile

  • Studio ciné live
    Studio ciné live
    3 étoiles
    " Un premier long métrage plein de promesses pour Matthew Petock qui accompagne ses personnages dans leurs maladresses et leurs envies d'encore. "
    Christophe Chadefaud (article entier disponible dans StudioCinélive n°40, page 24)
  • Positif
    Positif
    3 étoiles
    " Le film dure à peine une heure et quart et, dès la première séquence où interviennent les deux garçons et une perceuse, la mise en scène accroche l'intérêt. La direction d'acteurs est sensationnelle "
    Y.T (article entier disponible dans Positif n°620, page 51)
  • Le Monde
    Le Monde
    2 étoiles
    " Mais la générosité avec laquelle Matthew Petock filme ses acteurs, la beauté de certaines séquences, les éclats de vérité qui en jaillissent, font oublier ces résidus un peu scolaires de scénario trop bien ficelé.  "
    Isabelle Regnier (article entier disponible dans Monde du 25 juillet 2012)
  • Libération
    Libération
    2 étoiles
    " (…) Matthew Petock n’a d’autre prétention que d’observer avec une retenue honorable quelques tranches de vie caractérisées par la difficulté qu’ont les êtres à communiquer entre eux, y compris lorsque des liens a priori solides les unissent. "
    Gilles Renault (article entier disponible dans Libération du 25 juillet 2012)
  • Première
    Première
    1 étoile
    " Restent quelques belles images du quotidien sudiste filmées avec naturel, ainsi que des acteurs impeccables de simplicité. C'est déjà pas si mal. "
    Sylvestre Picard (article entier disponible dans Première n°425, page 45)
  • les fiches du cinéma
    les fiches du cinéma
    1 étoile
    " Ampoulé et plutôt raté. "
    Julien Englebert (article entier disponible dans Les Fiches du Cinéma n°2028, page 6 ou sur le site
  • Télérama
    Télérama
    1 étoile
    " Le trio de comédiens est plutôt convaincant, mais les rôles sont trop ténus, trop usés pour qu'on s'y attache."
    Cécile Mury (article entier disponible dans Télérama n°3263, page 51)