CommeAuCinema

Critiques : Black Swan

    en DVD le 29 Juin 2011

Notre critique : Black Swan

    Portman et Aronofsky dans la cour des grands

  • Comme Au Cinema
    Comme Au Cinema
    0 étoile
    Nina est danseuse au New York City Ballet. Une très bonne danseuse même, tout le monde s’accorde à le dire. Pourtant, il lui manque la flamme qui pourrait faire d’elle une ballerine inoubliable. Ça aussi, tout le monde s’accorde à le dire. Ainsi la jeune femme souffre, travaille et s’écorche pour enfin quitter sa chrysalide et devenir l’étoile qu’elle rêve d’être. Elle peut le faire, elle y est presque… mais pour réussir et toucher à la perfection, il faudrait déjà que Nina accepte d’être faillible, d’être une femme, d’être humaine en somme. Et ça, la ballerine en est incapable. Alors si la réalité ne convient pas à Nina, c’est dans la folie qu’elle effleurera la grâce.

    Derrière cette fable horrifique sur l’acharnement et le don de soi, il était évident de retrouver Darren Aronofsky – véritable cinéaste de l’obsession – tant le personnage supplicié de Nina a sa place dans la galerie de gueules cassées qu’il déroule au fil de ses œuvres. Ainsi, si on rapproche facilement la ballerine de Black Swan (une Natalie Portman au sommet) du catcheur martyr de The Wrestler (inoubliable Mickey Rourke) de part leur abnégation à leur art jusqu’à la déchirure, on aurait toutefois pu croiser Nina dans les rues de Brooklyn dans Requiem for a dream, et sa volonté enragée de refuser l’échec ferait d’elle un triste compagnon de route de Tom dans The Fountain.

    Obsession, addiction, souffrance des corps et des âmes, folie et même une certaine forme de pessimisme, tous les thèmes chers à Darren Aronofsky sont bien présents. Nous sommes en terrain connu… et lui en terrain conquis ? Pas si sûr. Car, sur le papier, Black Swan avait tout pour effrayer (les producteurs ne se sont d’ailleurs pas bousculés) : un thriller intimiste shizo dans l’univers de la danse classique saupoudré de masochisme et de saphisme ? Hum… Et pourtant… et pourtant !

    Aronofsky élabore son Cygne Noir avec une maîtrise (qu'on soupçonnait déjà très fortement) époustouflante, filmant la danse comme jamais auparavant, incarnant le ballet avec violence et grandeur, explorant au scalpel l'âme humaine, poussant ses acteurs aux limites de leur talent et offre ainsi au spectateur l'un des meilleurs films de ces derniers mois.
    Mise en scène à couper le souffle, envolées fantastico-schizophrènes géniales, bande-son impeccable, audaces scénaristiques tranchantes, … les superlatifs se bousculent face à ce monstre de cinéma qu'est Black Swan.

    Ces dernières semaines, on aura beaucoup évoqué un Oscar potentiel (et amplement mérité) pour une Natalie Portman enfin devenue adulte sous l'oeil de la caméra. On aurait toutefois tort d'oublier de préciser que Darren Aronofsky est, cette fois, véritablement entré dans la cour des grands... et ça aussi ça fait plaisir.

Critiques : Black Swan 1 étoile

  • Studio CinéLive (Pour)
    Studio CinéLive (Pour)
    4 étoiles
    " Comme une envolée lyrique de Prince répondant à une ballade de Spingsteen, Black Swan est un choc artistique et émotionnel rare. "
    T.C. (article entier disponible dans Studio CinéLive n°23, page 38)
  • Mad Movies
    Mad Movies
    4 étoiles
    " Singulier, entier et plastiquement à tomber, le film de Darren Aronofsky s'impose d'emblée comme l'une des réussites majeures de cette nouvelle année. "
    Jean-Baptiste Herment (article entier disponible dans Mad Movies n°238, page 59)
  • Première
    Première
    4 étoiles
    " Chaque scène est un morceau de bravoure où le fantastique, le cinéma indépendant et l'exercice de style forniquent jusqu'au vertige final, qui signe la libération d'un personnage, d'une actrice et d'un cinéaste, entré dans la cour des très grands. "
    Julien Welter (article entier disponible dans Première n°408, page 38)
  • Brazil
    Brazil
    4 étoiles
    " Devant nos yeux ébahis et nos oreilles conquises, s'enclenche une danse macabre qui, tour à tour, se fait sensuelle, fantastique, horrifique, magique et sexuelle. (...) Un film inclassable, brillant et noir. "
    Eric Coubard (article entier disponible dans Brazil n°37, page 25)
  • VSD
    VSD
    4 étoiles
    " Nul besoin d'aimer le ballet pour être pulvérisé par la force d'un film parfois terrifiant mais bouleversant. "
    Philippe Guedj (article entier disponible dans VSD n°1745, page 69)
  • Elle
    Elle
    4 étoiles
    " Natalie Portman déploie tout son talent sous nos yeux. (...) Vincent Cassel évolue avec beaucoup de grâce et d'élégance dans ce thriller psychologique bien plus noir que blanc. "
    Florence Ben Sadoun (article entier disponible dans Elle n°3397, page 42)
  • Le Journal du Dimanche
    Le Journal du Dimanche
    4 étoiles
    " Un thriller angoissant et à l'esthétisme ultra-maîtrisé (...) extraordinairement interprété par Natalie Portman. "
    Barbara Théate (article entier disponible dans le Journal du Dimanche du 06/02/2011)
  • Les Cahiers du cinéma
    Les Cahiers du cinéma
    4 étoiles
    " Une identification maximale et cathartique (...) un ballet de cinéma viscéral (...) le portrait, rare, d'une perfectionniste. "
    Stéphane Delorme (article entier disponible dans Les Cahiers du cinéma n°664, page 7).
  • Télérama
    Télérama
    4 étoiles
    " Un thriller gore et brutal sur la danse classique. (...) Natalie Portman captivante tout le temps, mais prodigieuse dans la dernière ligne droite, en surrégime. "
    Louis Guichard (article entier disponible dans Télérama n°3187, page 44)
  • Les Inrocks
    Les Inrocks
    4 étoiles
    " La fascination qu’exerce le film sur son spectateur et sa réussite résident dans ce paradoxe : l’adresse de saltimbanque d’Aronofsky à jongler avec de lourds symboles, avec des personnages archétypiques fortement connotés comme s’ils étaient légers comme une plume, et sa capacité à les agencer avec une étrange finesse tout en contrastes. "
    J.B. Morain (article entier disponible dans Les Inrocks n°793, page 76)
  • Technikart
    Technikart
    4 étoiles
    "Aronofsky fait du Aronofsky comme personne, avec de vraies fulgurences. Cela peut sembler normal, mais n'a rien d'anodin : il y a dans Black Swan une dimension de manifeste, la proclamation d'un Moi artistique névrotique."
    Léonard Haddad (article entier disponible dans Technikart n°149, page 84)
  • Positif
    Positif
    4 étoiles
    " L'envol de Nina affirme une valeur subversive : pour créer de la beauté, il ne va pas lui falloir obéir, mais détruire. (...) Darren Aronofsky signe un film somptueux. "
    Fabien Baumann (article entier disponible dans Positif n°600, page 25)
  • 20 Minutes
    20 Minutes
    4 étoiles
    " Pour les amateurs, les scènes de danse sont réjouissantes."
    Charlotte Pudlowski (article entier disponible dans 20 Minutes du 09/02/2011)
  • Métro
    Métro
    4 étoiles
    " Thriller hybride, Black Swan emprunte l’esthétique du documentaire et lui injecte d’inattendues bouffées de fantastique pour un maximum de frissons."
    Jérôme Vermelin (article entier disponible dans Metro du 09/02/2011)
  • Télé7Jours
    Télé7Jours
    3 étoiles
    " Un thriller psychologique qui ne fait pas toujours dans la dentelle. (...) Mais, du haut de ses pointes, Natalie Portman crève l'écran, conjuguant défi physique et prouesse d'actrice. "
    Viviane Pescheux (article entier disponible dans Télé7Jours n°2646, page 136)
  • Le Monde
    Le Monde
    3 étoiles
    " Le cinéaste est allé jusqu'au bout de ses fantasmes, de ses hallucinations. Au mépris de la bienséance et de la vraisemblance, il les agence sur un rythme exaltant et épuisant, pour la plus grande gloire de Natalie Portman, et pour la plus grande joie des amateurs de sensations fortes. "
    Thomas Sotinel (article entier disponible dans Le Monde du 10/02/2011)
  • Libération
    Libération
    3 étoiles
    " Black Swan est à lire comme le combat que livre Aronofsky avec une discipline que la survie lui impose mais qui ne lui ressemble en rien. (...) Mais un combat à l’envers du précédent. Il ne s’agit surtout plus de se freiner, comme c’était le cas dans The Wrestler, mais se faire violence pour réussir à se lâcher complètement sans tomber, sans se blesser. "
    Philippe Azoury (article entier disponible dans Libération du 09/02/2011)
  • Ouest France
    Ouest France
    3 étoiles
    " Si ça n'est pas le film qui provoquera la vocation de la danse chez les petites filles en tutu, c'est un bel exercice de cinéma qui donne le goût du spectacle à l'écran. "
    (article entier disponible dans Ouest France)
  • L'Express
    L'Express
    2 étoiles
    " un film bien emballé et qui offre à Natalie Portman son rôle à Oscar. Mais, au final, Black Swan reste trop sage. Avec enfonçage de clous sur l'opposition blanc/noir, bien/mal et sa métaphore sur le rêve américain empoisonné par son revers de médaille. "
    Eric Libiot (article entier disponible dans L'Express n°3110, page 105)
  • Paris Match
    Paris Match
    2 étoiles
    " Sublimement filmé et interprété, ce drame chorégraphique se prend malheureusement les chaussons dans le gore fantastique et finit sur les pointes du ridicule. "
    Alain Spira (article entier disponible dans Paris Match n°3221, page 12)
  • Studio CinéLive (Contre)
    Studio CinéLive (Contre)
    1 étoile
    " Une ode au surlignage. Le tape-à-l'œil érigé en art majeur. Chaque plan, chaque seconde, le film est serti d'effets narratifs et visuels. Jusqu'à l'écœurement. "
    Fabrice Leclerc (article entier disponible dans Studio CinéLive n°23, page 38)