CommeAuCinema

Critiques : Conversation(s) avec une femme

    en DVD le 13 Décembre 2006

Notre critique : Conversation(s) avec une femme

    Un huis clos touchant et vrai

  • Comme Au Cinema
    Comme Au Cinema
    0 étoile
    Elle fume une cigarette dans sa robe de demoiselle d’honneur. Il la regarde depuis l’autre bout de la pièce, deux coupes de champagne à la main. Ils sont sur deux planètes différentes. L’écran est partagé en deux, il ne s’unira qu’une fois, au moment de leur séparation.

    Conversation(s) avec une femme est une histoire simple : un homme et une femme se retrouvent après des années de séparation. Ils ont été amants… Mais le film d’Hans Canosa est aussi une histoire compliquée : celle de la complexité des sentiments, des va-et-vient naïfs ou cruels de l’amour, du décalage des relations humaines.
    En s’appuyant sur un couple d’acteurs excellents - Helena Bonham Carter magnifique en femme fatiguée et Aaron Eckhart attachant en homme épris d’un souvenir - Canosa offre un huis clos « amoureux » extrêmement touchant et vrai. L’exercice, qui aurait pu se résumer à de simples bavardages, est littéralement sublimé par l’utilisation ambitieuse du « split screen » (double cadre). L’écran divisé permet l’insertion de flashbacks ou d’incursions dans l’esprit des protagonistes et dynamise incroyablement la psychologie de cette soirée si banale et pourtant cruciale dans la vie des deux amants. En toute discrétion, le « split screen » souligne progressivement le décalage de ces deux amoureux : pratiquement jamais réunis dans le même plan, tout en étant toujours ensemble, ils n’ont jamais été aussi seuls…
    Un film vrai, à ne pas rater.

Critiques : Conversation(s) avec une femme 1 étoile

  • Elle
    Elle
    4 étoiles
    " (…) De la première à la dernière image, il impose une vision en diptyque, avec un écran coupé en deux, pour nous raconter la même histoire d’amour vécue simultanément par les deux personnages. "
    Florence Ben Sadoun (article entier disponible dans Elle n°3153, page 44)
  • Studio Magazine
    Studio Magazine
    3 étoiles
    " Ecrit avec délicatesse et piquant, Conversation(s) avec une femme se singularise pare sa mise en scène et le choix du split-screen comme procédé de visualisation de l'intrigue (…). "
    T.C. (article entier disponible dans Studio n°224, page 40)
  • Score
    Score
    3 étoiles
    " Il y a bien un air de chabadabada qui ronronne en fond d’écran, mais l’osmose qui lie ces tourtereaux renaît de ses cendres avec un arrière-goût de désillusion (…)."
    Audrey Zeppegno (article entier disponible dans Score n°6545, page 112)
  • 20 Minutes
    20 Minutes
    3 étoiles
    " Comédiens et réalisateurs se sont mis au diapason pour explorer des sentiments complexes où l’humour grinçant et les révélations cruelles se taillent la part du lion."
    Caroline Vié (article entier disponible sur le site de 20 Minutes).
  • Metro
    Metro
    3 étoiles
    " Un marivaudage ludique mais surtout sensible."
    I.V (article entier disponible sur le site de Metro).
  • Télérama
    Télérama
    3 étoiles
    " La grande originalité formelle de ce film intimiste peut sembler, au début, un peu artificielle (…). Peu à peu, le procédé trouve sa justification, épouse avec délicatesse cette histoire de malentendus, de regrets et de solitude."
    Cécile Mury (article entier disponible sur le site de Télérama)
  • Zurban
    Zurban
    3 étoiles
    " (…) mêlant un travail original sur l’image (en split-screen), Conversaton(s) avec une femme jouit surtout d’une écriture formidable. "
    Véronique Le Bris (article entier disponible dans Zurban n°302, page 46)
  • Le Figaro
    Le Figaro
    3 étoiles
    " Cette joute amoureuse est essentiellement verbale, même si le metteur en scène la soutient par le procédé visuel de l'écran partagé (…). "
    Marie-Noëlle Tranchant (article entier disponible sur le site du Figaro).
  • Figaroscope
    Figaroscope
    3 étoiles
    " Une jolie réussite que ce film tourné en treize jours et projeté en « split screen »."
    Emmanuèle Frois (article entier disponible sur le site de Figaroscope).
  • le Point
    le Point
    3 étoiles
    " (…) On pourrait s’ennuyer mais on s’occupe avec les visages, les regards et les émotions de ces deux-là exposés en pleine lumière. "
    F.-G. L. (article entier disponible dans Le Point n°1760, page 112)
  • L'express
    L'express
    3 étoiles
    " Le slpit screen (…) Une technique qui transforme cette histoire minimaliste en une truculente joute séductrice. "
    C. Ca. (article entier disponible dans L'express Mag n°2866, page 95)
  • TéléCinéObs
    TéléCinéObs
    3 étoiles
    " Helena Bonham Carter et Aaron Eckhart sont formidables. "
    E. L. (article entier disponible dans TéléCinéObs)
  • CinéLive
    CinéLive
    2 étoiles
    " Le hic, (…), c’est l’insupportable procédé de mise en scène consistant en division de l’écran (…)."
    Philippe Paumier (article entier disponible dans Cinélive n°102, page 57)
  • Ouest France
    Ouest France
    2 étoiles
    " Deux acteurs de charme dans une comédie sentimentale qui vaut surtout par sa forme. "
    (article entier disponible sur le site de Ouest France).
  • Paris Match
    Paris Match
    2 étoiles
    " Son dispositif de « split-screen » (…) augmente la puissance émotionnelle de ce huis clos. "
    Christine Haas (article entier disponible dans Paris Match n°2977, page 34)
  • Les Cahiers du cinéma
    Les Cahiers du cinéma
    2 étoiles
    " Le huis clos se déroule dans un décor délibérément abstrait, à peine bruité, où la parole envois balader tout écrin (…). "
    Charlotte Garson (article entier disponible dans Les cahiers du cinéma n°614, page 41).
  • Première
    Première
    1 étoile
    " Par crainte, sans doute, de tomber dans le théâtre filmé, le réalisateur observe cet échange plutôt joliment écrit (…) à travers un split image (…). Inutilement compliqué, ce dispositif n'apporte rien et agace l'œil. "
    Gérard Delorme (article entier disponible dans Première n°352, page 68.)
  • Le Monde
    Le Monde
    1 étoile
    " Un défi visuel qui nie l'art du cadre, parasite l'image, tue l'émotion plus qu'elle ne la préserve."
    Jean-Luc Douin (article entier disponible sur le site du Monde)