CommeAuCinema

Critiques : Good Bye Lenin !

    en DVD le 21 Avril 2004

Critiques : Good Bye Lenin ! 2 étoiles

  • Libération
    Libération
    4 étoiles
    " Good Bye Lenin ! mérite mieux : être vu pour ce qu'il est : un modeste essai sur un destin collectif, un regard décalé sur le sentiment d'être exclu de son siècle, un "film d'histoire" comme on ne sait plus en faire en France. "
    Antoine de Baecque (article entier disponible sur le site de Libération)
  • Studio Magazine
    Studio Magazine
    3 étoiles
    "Oeuvre politique juste, légère et brillante, GOOD BYE LENIN ! s'envisage aussi comme un magnifique film sur l'amour filial. "
    T.C. (article entier disponible dans Studio Magazine n°192, page 27)
  • Télérama
    Télérama
    3 étoiles
    " Good Bye Lenin ! est d'abord une belle démonstration de l'art et la manière de mêler avec légèreté l'intime et l'universel, le destin d'un peuple déboussolé et celui, tout aussi problématique, d'une famille aux abois... "
    Jean-Claude Loiseau (article entier disponible sur le site de Télérama)
  • Chronic'art
    Chronic'art
    3 étoiles
    " Good bye Lenin ! joue, sur le mode comique et avec une fraîcheur bienvenue, de l’effet avant / après de l’événement de 1989."
    Charlotte Garson (article entier disponible sur le site de Chronic’art)
  • Le Monde
    Le Monde
    3 étoiles
    " Servie par de bons acteurs et par l'ingéniosité de son scénario, cette farce désillusionnée pose, en termes philosophiques, la question de savoir s'il vaut mieux vivre du fol espoir d'obtenir un jour la commande d'une Trabant, ou assouvir sans délai son désir de conduire une Mercedes. "
    Jacques Mandelbaum (article entier disponible sur le site de Le Monde)
  • CinéLive
    CinéLive
    2 étoiles
    " Le concept, intégralement basé sur le quiproquo, est amusant mais manque de doigté. "
    Grégory Alexandre (article entier disponible dans Cinélive n°71, page 60)
  • Première
    Première
    2 étoiles
    " La mise en scène est purement fonctionnelle et la prédilection de Becker pour la caricature empêche le film d'atteindre une dimension réellement corrosive. "
    Olivier de Bruyn (article entier disponible dans Première n°319, page 40.)