CommeAuCinema

Critiques : Insensibles

    en DVD le 13 Février 2013

Notre critique : Insensibles

    Insensibles. À fleur de peau.

  • Comme Au Cinema
    Comme Au Cinema
    0 étoile
    Insensibles est le premier long-métrage du réalisateur franco-espagnol Juan Carlos Medina. Présenté lors de la 5ème édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, ce film n'est malheureusement pas resté longtemps en salle et est donc passé un peu inaperçu au moment de sa sortie en Octobre dernier.

    Sa sortie en DVD est donc une bonne occasion de faire connaissance avec ce film hors norme, qui ne laissera pas grand monde indifférent.

    Le film relate l'histoire de David, un neuro chirurgien espagnol à la recherche de la vérité sur ses origines qui va, sans le savoir, se retrouver confronté à une période sombre de l'histoire de son pays.


    Juan Carlos Medina a relevé le pari difficile d'entremêler le passé et le présent dans ce film qui relève plus du drame que du film d'horreur. On est ainsi confronté à la barbarie de la guerre civile espagnole (1936-1939) et aux enlèvements massifs d'enfants insensibles à la douleur qui font ici évidemment écho aux enfants volés du franquisme.
    Ces magnifiques séquences filmées dans la région de l'Aragon dans les Pyrénées flirtent avec les séquences modernes de la vie de David. L'alternance en est parfois frustrante, tant l'énigme autour de ces enfants est passionnante et la vie de David un peu moins.

    Mais le clivage entre les deux périodes se fait de moins en moins important au fur et à mesure que les pièces du puzzle s'imbriquent et bientôt le passé et le présent ne font plus qu'un pour arriver à un dénouement prévisible certes mais pourtant réussi.

    Les jeunes enfants sont épatants , en particulier Llias Stothard, représenté sur l'affiche du film. Son personnage, Benigno, ne ressent pas la douleur mais dégage, paradoxalement, une grande sensibilité. Il permet d'ailleurs de donner au film quelques scènes magnifiques, qui atteignent le coeur du spectateur et excusent (presque) les petits faux pas du réalisateur.

Critiques : Insensibles 1 étoile