L'Amant Double
Genres : Drame, Thriller, Erotique - Durée : 1H47 mn
Sortie en salles le 26 Mai 2017 - en VOD/DVD le 27 Septembre 2017
Presse
Spectateurs

Critiques

  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★

Critiques : L'Amant Double 3 étoiles

  • L'Obs
    L'Obs
    4 étoiles
    Jamais le cinéaste de "Sous le sable" et de "Dans la maison" n'a mieux exprimé que dans ce film horrifique sa propre dichotomie et stigmatisé sa personnalité multiple. Ozon le diabolique.
    Jérôme Garcin (article entier disponible dans l’Obs du 24 mai 2017)
  • 20 Minutes
    20 Minutes
    4 étoiles
    "Erotique, le film séduit par le jeu de miroir entre les deux Jérémie Renier et Marine Vacth, dans une mise en scène d'une rigueur implacable."
    Stéphane Leblanc (article entier disponible dans le 20 Minutes du 31 mai 2017)
  • Studio CinéLive
    Studio CinéLive
    3 étoiles
    "Marine Vacth et Jérémie Rénier brillent dans ce thriller psychologique troublant."
    T.C. (article entier disponible dans Studio CinéLive n°89, page 101)
  • Télérama
    Télérama
    3 étoiles
    François Ozon est l'un des rares cinéastes actuels — le seul, peut-être — à distiller, de film en film, l'idée déconcertante que ses images mentent. Qu'elles peuvent tromper, en tout cas. Au spectateur de sortir de la passivité que le cinéma exige le plus souvent pour les ­déchiffrer, les questionner.
    Pierre Murat (article entier disponible dans le Télérama du 24 mai 2017)
  • Les Inrocks
    Les Inrocks
    3 étoiles
    Il y a chez Ozon cette dimension de disciple génial, qui digère très vite le travail des maîtres – parfois trop – pour arriver à un collage un peu superficiel (par manque de temps) mais bourré de visions brillantes et fantastiques.
    Emily Barnett (article entier disponible dans Les Inrocks du 24 mai 2017)

Critique Cannoise : L'Amant Double 3 étoiles

  • Le Monde
    Le Monde
    3 étoiles
    "François Ozon s’est lancé dans la mise en scène d’un paysage mouvant et insaisissable, un inconscient féminin. Il le fait avec sa virtuosité habituelle."
    Thomas Sotinel (article disponible dans Le Monde)
Remonter