CommeAuCinema

Critiques : La Dame de Fer

    en DVD le 20 Juin 2012

Notre critique : La Dame de Fer

    Meryl m'a sauver

  • Comme Au Cinema
    Comme Au Cinema
    0 étoile
    Il n’est pas donné à tout le monde de passer de la comédie musicale romantique pop au biopic politique. Phyllida Lloyd l’a fait. Mais non sans embûches. Car c’est encore une overdose de bons sentiments déjà subie dans Mamma Mia ! que l’on retrouve cette fois dans le film consacré à la vie de Margaret Thatcher, La Dame de Fer.


    Bien sûr, cette candeur était excusable pour le film musical hommage au groupe ABBA (qui y était quelque peu maltraité, selon mon humble avis), pur objet de divertissement. Ici, on s’intéresse à quelque chose de, tout de même, plus important, mais surtout plus intéressant. Quel dommage d’être passé à côté de la carrière fulgurante de cette « Dame de fer » en produisant une œuvre aussi creuse, qui frôlerait limite le téléfilm si Meryl Streep n’en était pas la figure centrale.

    Parce qu’il faut le dire, sans la reine multi-oscarisée, le film serait certainement passé inaperçu. On l’a bien assez répété mais oui, l’actrice est sidérante, touchante, et ne perd jamais sa personnalité et sa beauté derrière les postiches pour interpréter l’ex premier ministre britannique qu’elle ne caricature jamais.
    On pourra d’ailleurs souligner le superbe travail fait sur le maquillage, faisant passer l’actrice par tous les âges avec beaucoup de réalisme, tout comme le soin apporté aux costumes et aux décors.


    Visuellement le film est d’ailleurs très beau, mais le récit, lui, manque réellement de subtilité et, curieusement, de simplicité. Façon La Môme (d’ailleurs, les mimiques de Meryl Streep en mamie Thatcher rappellent celles de Marion Cotillard en Piaf à la fin de sa vie), on va et vient entre différentes étapes de sa vie. On commence donc par la fin, soit Margaret Thatcher, à soixante-dix/quatre-vingt ans, sénile et qui échange encore des conversations avec son mari défunt. Elle doit pourtant se débarrasser des affaires de ce dernier, afin de réellement faire son deuil. L’ouverture des placards sera aussi le prétexte du retour aux souvenirs.

    Par le biais d’allers et retours assez hachés, on passe ainsi de la jeunesse de Thatcher à sa décadence, de son accès au parti conservateur puis au poste de premier ministre et aux évènements marquants de son mandat (les attentas de l’IRA, la guerre des malouines, la guerre froide, etc.). Le problème est qu’à vouloir parler de tout, Lloyd nous propose un catalogue d’épisodes qui n’ont pas le temps d’être approfondis.


    En outre, la réalisatrice a, semble-t-il, davantage voulu mettre l’accent sur la personnalité et la témérité de la dame dans un monde gouverné par les hommes, et sur la relation tendre et complice qu’elle avait avec son mari.
    En ressort un film plutôt bancal, qui alterne moments d’émotion grossièrement mis en scène et faits historiques succinctement relatés, ayant simplifié une personnalité dont les agissements et les décisions, dans une société en pleine évolution, étaient bien plus complexes qu’il nous est donné de voir ici.
    Bref, merci Meryl - qui éclipse d’ailleurs les autres personnages plutôt creux - pour son interprétation impeccable (espérons que ses chevilles n’éclatent pas), qui donne tout de suite plus de profondeur à cette vision de la vie de la célèbre Dame de Fer.

Critiques : La Dame de Fer 1 étoile

  • Le Journal du Dimanche
    Le Journal du Dimanche
    3 étoiles
    " Meryl Streep mériterait un oscar pour sa subtile composition d'une Maggie Thatcher intransigeante certes, mais aussi drôle et émouvante. "
    B.T. (article entier disponible dans le Journal du Dimanche du 12/02/2012)
  • Metro
    Metro
    3 étoiles
    "Avec brio, la réalisatrice Phyllida Lloyd parvient à maintenir l’empathie pour un personnage ambigu, tout en mettant en scène un pan de l’histoire du Royaume-Uni comme un drame de Shakespeare où flotterait un air de comédie musicale. "
    Jennifer Lesieur (article entier disponible dans Metro du 15/02/2012)
  • Le Figaro
    Le Figaro
    3 étoiles
    " La Dame de fer est une fiction dans laquelle Margaret Thatcher, affaiblie par la maladie d'Alzheimer, erre à la poursuite de ses souvenirs, sous l'œil bienveillant du fantôme de Denis, son mari décédé en 2003. À coups de flash-back, la carrière de Maggie s'y dessine en fines touches impressionnistes. "
    Jean-Louis Thiériot (article entier disponible dans Le Figaro du 15/02/2012)
  • Elle
    Elle
    2 étoiles
    " On n'a qu'une envie en entrant dans la salle, c'est d'aimer La Dame de Fer, avant tout parce qu'on admire l'actrice qui incarne le personnage de la racine de sa mise en plis à son accent anglais si maîtrisé. "
    Florence Ben Sadoun (article entier disponible dans Elle n°3450, page 44)
  • Première
    Première
    2 étoiles
    " La structure se révèle primitive (...) Accessoirement, le procédé est fatiguant et répétitif (...) Quant à son parcours politique, il est présenté sans aucune subtilité (...) "
    G.D. (article entier disponible dans Première n°420, page 36)
  • Libération
    Libération
    2 étoiles
    " Dans une succession de grands numéros d’émotion où Meryl Streep donne le meilleur d’elle-même, le spectacle consiste à exposer la larmoyante déchéance d’une femme d’exception, jadis dirigeant le monde et incapable désormais de suivre une conversation, (...) et tentant de combler ses trous de mémoire à grandes lampées de gin-tonic. "
    Bruno Icher (article entier disponible dans Libération du 15/02/2012)
  • 20 minutes
    20 minutes
    2 étoiles
    " Curieuse idée que d'avoir confié ce biopic à Phyllida Lloyd, réalisatrice de Mamma Mia ! Son absence de point de vue sur la politique de la Dame finit par taper sur les nerfs malgré le talent de Meryl Streep. "
    Caroline Vié (article entier disponible dans 20 Minutes du 15/02/2012)
  • Télé7Jours
    Télé7Jours
    2 étoiles
    " Aussi bluffante soit-elle, la performance de Meryl Streep (...) n'offre donc qu'une vision partielle de cette femme puissante. "
    Julien Barcilon (article entier disponible dans Télé7Jours n°2699, page 136)
  • Le Point
    Le Point
    1 étoile
    " Meryl Streep impériale (...). Hélas, la qualité de cette interprétation ne suffit pas à sauver La dame de fer. "
    Florence Colombani (article entier disponible dans Le Point n°2056, page 114 )
  • Metro
    Metro
    1 étoile
    "Décriée par les uns, adulée par les autres, “Maggie” méritait un portrait bien plus incisif que ce produit compassé, où les étapes les plus passionnantes et contestables de la carrière de son héroïne sont survolées, voire carrément oubliées. Dommage. "
    Mehdi Omaïs (article entier disponible dans Metro du 15/02/2012)
  • Le Monde
    Le Monde
    1 étoile
    " Certes, Meryl Streep a été nommée à l'Oscar. Bien sûr, sa coiffure dans La Dame de fer est une copie exacte de celle de Margaret Thatcher, ce casque blond et laqué qui fit que la révolution conservatrice fut aussi une révolution permanente. Il n'y a pas que la coiffure : l'accent, le registre si particulier de la voix sont là aussi. Manque Margaret Thatcher."
    Thomas Sotinel (article entier disponible dans Le Monde du 15/02/2012)
  • Télérama
    Télérama
    1 étoile
    " C'est [l]a performance la plus spectaculaire, mais aussi la plus absurde. Dame de fer, film de plomb. "
    Louis Guichard (article entier disponible dans Télérama n°3240, page 43)
  • Les Inrocks
    Les Inrocks
    1 étoile
    " Et le film est vite sénile comme Maggie, un tourbillon-brouillon de saynètes inégales faisant le va-et-vient entre heures de gloire et présent. Seul le regard de Thatcher y compte (...) Rien ici, ou peu, sur les damnés des années 80 (chômeurs, mineurs, syndicalistes, gréviste de la faim de l'IRA). "
    Leo Soesanto (article entier disponible dans Les Inrocks n°846, page 75)
  • VSD
    VSD
    1 étoile
    " Faire de Miss Thatcher un symbole du combat féministe pour faire passer discrètement sur les conséquences de sa politique (...) rend sa projection difficilement supportable. "
    O.B. (article entier disponible dans VSD n°1799, page 55)
  • Studio Ciné Live
    Studio Ciné Live
    1 étoile
    " La seule chose qui surnage au milieu de cette inondation de complaisance, c'est l'interprétation habitée de Meryl Streep. "
    Sophie Benamon (article entier disponible dans Studio Ciné Live n°35, page 30.)
  • Les Fiches du Cinéma
    Les Fiches du Cinéma
    1 étoile
    " Etrange film que ce portrait émouvant de Mrs. Thatcher (...) En fait, cet efficace biopic fait juste semblant de démystifier le personnage. "
    M.B. (article entier disponible dans Les Fiches du Cinéma n°2021, page 05 ou sur le site