Critiques : La Dette

Critiques : La Dette 2 étoiles

  • Positif
    Positif
    4 étoiles
    " La Dette pose la difficile question de la lustration au plan des familles, des pères et de leurs fils : là où elle fait encore mal. "
    Élise Domenach (article entier disponible dans Positif n°619, page 34)
  • Première
    Première
    3 étoiles
    " L'ensemble est décrit avec une précision héritée du documentaire. "
    G.D. (article entier disponible dans Première n°427, page 37.)
  • 20 minutes
    20 minutes
    3 étoiles
    " La Dette révèle un cinéaste prometteur qui a su utiliser son expérience de documentariste pour livrer une fiction solide. "
    Caroline Vié (article entier disponible dans 20 Minutes du 12 septembre 2012)
  • Le Monde
    Le Monde
    3 étoiles
    " Si le film est un peu trop lisible, il convainc par sa manière de ménager une complexité dans l'écheveau des motivations et des jugements. "
    Jacques Mandelbaum (article entier disponible dans Monde du 12/09/2012)
  • Le Figaro
    Le Figaro
    3 étoiles
    " Cette vérité, loin de se résumer à une réponse manichéenne, se révèle extrêmement complexe, que ce soit au moment des faits ou dans leurs conséquences actuelles. C'est ce qui captive dans La Dette. "
    Marie-Noëlle Tranchant (article entier disponible dans Le Figaro du 12/09/2012)
  • Studio ciné live
    Studio ciné live
    3 étoiles
    " Le cinéaste polonais trace pour son premier film une diagonale très soutenue, mais jamais manichéenne ni démonstrative, entre tragédie familiale et film noir. "
    X.L. (article entier disponible dans StudioCinélive n°40, page 40)
  • Les fiches du cinéma
    Les fiches du cinéma
    3 étoiles
    " Précédé d'une excellente réputation,le film bouleverse et questionne, se montrant parfaitement à la hauteur de ses espoirs placés en lui. "
    J-B.M. (article entier disponible dans Les Fiches du Cinéma n°2030, page 18 )
  • Télérama
    Télérama
    2 étoiles
    " En Pologne, le réalisateur parvient à saisir une atmosphère trouble, oppressante. "
    Frédéric Strauss (article entier disponible dans Télérama n°3270, page 51)