Critiques : Les Contes de la nuit

    en DVD le 22 Novembre 2011

Notre critique : Les Contes de la nuit

    L'ombre et la morale

  • Comme Au Cinema
    Comme Au Cinema
    0 étoile
    Michel Ocelot est décidément un infatigable conteur. Si beaucoup ne le connaissent « que » pour son attachant Kirikou et la sorcière (sorti il y a tout de déjà quinze ans), le réalisateur fourmille pourtant d’idées narratives et visuelles. Ainsi, après l’oriental Azur et Asmar et avant Kirikou, les hommes et les femmes, Ocelot a usé de son temps pour s’offrir une nouvelle petite incartade du côté du théâtre d’ombres dans Les Contes de la nuit. Six contes – parfois terribles comme Le Garçon qui ne mentait jamais - mêlant aventure, bravoure, amour et magie…

    Comme pour Princes et Princesses et Dragons et princesses (dont il reprend d’ailleurs certains contes), le dernier recueil du cinéaste joue sur l’équilibre entre une esthétique a priori simpliste (des personnages en ombres chinoises prenant vie « sur » des décors chatoyants… mais littéralement sublimés par une 3D léchée) et des histoires courtes à la morale humaniste. Le tout saupoudré d’une touche de merveilleux… Difficile de faire plus efficace, surtout auprès des spectateurs les plus jeunes qui apprécieront qu’un film s’adresse autant à leurs mirettes qu’à leur matière grise. Le public adulte (et féminin) risquera, en revanche, de s’irriter d’un message par moment un peu trop manichéen voire même à la limite du sexisme (les héroïnes étant soit en danger, soit le danger lui-même).

Critiques : Les Contes de la nuit 1 étoile

  • Le Figaro
    Le Figaro
    4 étoiles
    " Ocelot ensorcelle une fois encore (...) Un feu d'artifice de couleurs, un pur concentré de beauté. "
    Emmanuèle Frois (article entier disponible dans Le Figaro du 20/07/2011)
  • Les Cahiers du cinéma
    Les Cahiers du cinéma
    3 étoiles
    " Michel Ocelot fait du recueil de contes animés un florilège précieux dont il devrait être interdit de réserver la jouissance aux jeunes enfants et à leurs parents. "
    Thierry Méranger (article entier disponible dans Les cahiers du cinéma n°669, pages 52/53)
  • Première
    Première
    3 étoiles
    " Ocelot ne prend surtout pas les enfants pour des imbéciles.(…) Emmenez vos enfants voir le film, débattez avec eux… La discussion prônée par le réalisateur, celle qui désamorce les conflits et ouvre les coeurs, commence après la projection. "
    C. N. (article entier disponible dans Première n°413, page 34)
  • Le Parisien
    Le Parisien
    3 étoiles
    " Le merveilleux petit théâtre d’ombres de Michel Ocelot nous balade de la France au Tibet, en passant par l’Afrique ou l’Amérique du Sud. Somptueux."
    M.S. (article entier disponible dans Le Parisien du 20/07/11)
  • Ouest France
    Ouest France
    3 étoiles
    " Le contraste des silhouettes en noir évoluant au premier plan sur un fond de tonalités luxuriantes compose un univers esthétique d'une riche originalité. Un régal pour tous. "
    (article entier disponible dans Ouest France du 20/07/11)
  • L'express
    L'express
    3 étoiles
    " A la pertinence des messages sous-jacents s'ajoute un graphisme somptueux, ombres découpées sur des décors flamboyants de couleurs. Du coup, pour une fois, la 3D relief apporte un indéniable plus. Ocelot ne cède pas à la mode, mais à l'esthétique de sa poésie. "
    Christophe Carrière (article entier disponible dans L'express Mag n°3133, page 80)
  • Télérama
    Télérama
    3 étoiles
    "En six contes autour du monde, l’auteur de Kirikou crée un ensorcelant théâtre d’ombres chinoises. Un voyage humaniste magnifié par la 3D."
    Cécile Mury (article entier disponible dans Télérama n°3210, page 45)
  • Le Journal du Dimanche
    Le Journal du Dimanche
    2 étoiles
    "Un divertissement de qualité, intelligent, plein de fantaisie, qui milite pour la diversité."
    S. B. (article entier disponible dans le Journal du Dimanche du 17/07/2011)
  • Studio CinéLive
    Studio CinéLive
    2 étoiles
    "(...) la succession des tableaux est un tantinet répétitive et a tendance à disperser l'intérêt. Cependant, Ocelot dote ses récits d’une belle démarche esthétique qui ne fait qu’ajouter de la valeur à ces Contes de la nuit. "
    C. S. (article entier disponible dans Studio CinéLive n°28, page 40)
  • le monde
    le monde
    2 étoiles
    " Les Contes de la nuit nous baladent aux quatre coins de la culture mondiale. Jouant avec les accents de ses personnages, le style graphique, les musiques, Ocelot façonne un exotisme décoratif mais dépourvu de saveur."
    Isabelle Regnier (article entier disponible dans Le Monde du 19/07/2011)
  • Libération
    Libération
    2 étoiles
    "Les structures narratives, la faute au conte, sont assez répétitives, et l’esprit plus près d’une exposition coloniale que de celui de Charles Perrault, la faute à on ne sait qui."
    (article entier disponible dans Libération du 20/07/2011)
  • les Inrocks
    les Inrocks
    2 étoiles
    " La beauté des décors foisonnants, des enluminures d'Ocelot issues de l'imagerie traditionnelle des contes folkloriques, s'en trouve rehaussée. "
    jean-Baptiste Morain (article entier disponible dans Les Inrocks n°816, page 76)
  • VSD
    VSD
    2 étoiles
    " C'est souvent beau, certes mais aussi un brin monotone et sentencieux. "
    (article entier disponible dans VSD n°1769, page 67)
  • TéléCinéObs
    TéléCinéObs
    2 étoiles
    "(…) ces six courts-métrages d’animation en ombres chinoises confirment le génie de plasticien et de coloriste de Michel Ocelot."
    B. A. (article entier disponible dans TéléCinéObs n°2437, page 14)
  • Le Journal du Dimanche
    Le Journal du Dimanche
    2 étoiles
    "Un film enchanteur, qui utilise la technique épurée de la silhouette noire, avec des décors foisonnants et colorés."
    S. B. (article entier disponible dans le Journal du Dimanche du 24/07/2011)
  • Télé7Jours
    Télé7Jours
    1 étoile
    " Le théâtre d'ombres chinoises pour petits et grands de Michel Ocelot n'avait nul besoin de la 3D qui, paradoxalement, affadit les couleurs et n'apporte aucun relief à l'histoire. "
    V.P. (article entier disponible dans Télé7Jours n°2669, page 124)