Takara, la nuit où j'ai nagé
Genre : Drame - Durée : 1h19 mn
Sortie en salles le 02 Mai 2018
Presse

Critiques

  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★★
  • ★★★

Critiques : Takara, la nuit où j'ai nagé 1 étoile

  • Première
    Première
    3 étoiles
    "Le temps se dilate, paraît parfois un peu long. Mais, pour peu qu'on accepte ce rythme, s'offre à nous une micro-odyssée stimulante, sensitive, truffée d'astuces de mise en scène (flash-back intégré au récit, ellipses visuelles et sonores pour tenir le pari zéro mot audible pendant 1h18), à la fois cocasse et mélancolique."
    E.V (article entier disponible dans Première n°483, page 103)
  • Le Monde
    Le Monde
    3 étoiles
    "Takara, film sans parole, consiste en une trajectoire somnolente et sinueuse, à mi-chemin entre songe et réalité, sans pour autant se substituer au ressenti de l’enfant ni prêter le flanc à un quelconque onirisme."
    Mathieu Macheret (article entier disponible sur le site internet du Monde, publié le 02/05/2018)
  • Les Fiches du Cinéma
    Les Fiches du Cinéma
    3 étoiles
    "(...) Takara prolonge l’un des beaux soucis du Parc : le soleil se lève, puis se couche (ou le contraire), et nous croyons vivre nos vies dans un réel qui, toujours, serait le même, sans chausse- trappes ni chemins de traverse."
    T.F. (article entier disponible sur le site internet des Fiches du Cinéma, publié le 02/05/2018)
  • Le Nouvel Observateur
    Le Nouvel Observateur
    2 étoiles
    "On pense à Albert Lamorisse (le Ballon rouge) pour la manière d'évoquer poétiquement les audaces, les craintes et les déterminations de l'enfance face à un monde qu'elle tente d'appréhender."
    Xavier Leherpeur (article entier disponible sur le site internet du Nouvel Observateur, publié le 14/03/2018)
  • Le Journal du Dimanche
    Le Journal du Dimanche
    1 étoile
    "Limité aux humeurs de l’enfant, agrémenté de quelques gags et rencontres bien trop furtifs, ce dispositif ouvertement zen reste mince, si agile et charmant soit-il."
    AL.C. (article entier disponible sur le site internet du Journal du Dimanche, publié le 01/05/2018)
Remonter