Theeb

Theeb

Un film de
Genres : Aventure, Western, Drame - Durée : 1H40 mn
Sortie en salles le 23 Novembre 2016
Presse

Critiques

  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★★
  • ★★★★

Critiques : Theeb 2 étoiles

  • Première
    Première
    4 étoiles
    " Gunfight étouffant, grands espaces majestueux et territoires à conquérir : si les montures des desperados n’étaient pas des chameaux, on se croirait en plein western américain. "
    Éric Vernay (article entier disponible dans Première n°474, page 138.)
  • Le Nouvel Observateur
    Le Nouvel Observateur
    4 étoiles
    " Tous les acteurs sont des non-professionnels, et le réalisateur, Naji Abu Nowar, fait ici ses débuts : récit d’apprentissage, épopée mineure, fable morale sur les conséquences de la guerre, le film (nommé pour l’oscar) est, selon le réalisateur, le premier "western arabe". Une réussite. "
    François Forestier (article entier disponible dans Le Nouvel Observateur du 23 novembre 2016)
  • Studio CInéLive
    Studio CInéLive
    3 étoiles
    " La beauté des paysages impressionne autant qu’elle confère une âpreté à ce récit initiatique aux allures de western. "
    L.D. (article entier disponible dans Studio CinéLive n°84, page 96)
  • Les Fiches du Cinéma
    Les Fiches du Cinéma
    3 étoiles
    " Un premier film superbe, qu’il faut suivre avec la curiosité d’un touriste désireux de découverte.»
    G.To. (article entier disponible dans Les Fiches du Cinéma n°2100, page 45).
  • Libération
    Libération
    2 étoiles
    " Ce que le film perd en lisibilité à adopter le point de vue enfantin dans sa peinture d’un basculement historique et culturel de la région et dilue dans la tiédeur de sa mise en scène, il le contrebalance par l’attention assez sensible avec laquelle il dépeint un à un les rites tels qu’ils sont transmis au gosse (…) "
    Julien Gester (article entier disponible dans Libération du 23/11/2016)
  • Télérama
    Télérama
    2 étoiles
    " Pour son premier long métrage, le cinéaste délocalise habilement les codes du western en Jordanie. Il signe un récit d'apprentissage d'une rare âpreté (fusillades et blessures par balles, filmées frontalement), qu'il tourne dans les paysages arides et majestueux utilisés, jadis, par David Lean dans ­Lawrence d'Arabie. "
    Nicolas Didier (article entier disponible dans le Télérama du 23 novembre 2016)
Remonter