CommeAuCinema

A perdre la raison

    en DVD le 23 Janvier 2013
Un film de , avec , et (France)
Genre : Drame - Duree : 1H51 mn
Sortie à la Vente en DVD le 23 Janvier 2013
Sortie en salles le 22 Août 2012
Année de production : 2011
Présenté en Sélection Officielle, Un Certain Regard au Festival de Cannes le 22 Mai 2012
Avis spectateurs : 2 étoiles 2.39/5 (115 notes)
Prix d'interprétation féminine Un Certain Regard du 65ème Festival International Du Film De Cannes 2012 pour

Nommé au César du Meilleur Film Étranger à la 38e Cérémonie Des César 2013

Prix du Meilleur film, de la Meilleure Actrice pour et du Meilleur montage aux 3èmes Magritte Du Cinéma 2013

Résumé du film A perdre la raison

Murielle et Mounir s'aiment passionnément. Depuis son enfance, le jeune homme vit chez le Docteur Pinget, qui lui assure une vie matérielle aisée. Quand Mounir et Murielle décident de se marier et d'avoir des enfants, la dépendance du couple envers le médecin devient excessive. Murielle se retrouve alors enfermée dans un climat affectif irrespirable, ce qui mène insidieusement la famille vers une issue tragique.

Acteurs et Actrices : A perdre la raison

Bande annonce

Galerie Photos ( 12 photos )

  • A perdre la raisonA perdre la raisonA perdre la raison
  • A perdre la raisonA perdre la raisonA perdre la raison
  • A perdre la raisonA perdre la raisonA perdre la raisonA perdre la raisonA perdre la raison
  • A perdre la raison

Entretien avec Joachim Lafosse (Réalisateur)

D’où vient cette histoire ? Vous ne l’avez pas inventée !

Je me suis librement inspiré d'un fait divers survenu en Belgique en 2007. J’étais dans ma voiture, quand j’ai entendu parler de ce drame à la radio, l’histoire d’une femme qui avait assassiné ses cinq enfants. J’ai pensé tout de suite que cela renvoyait à la tragédie antique, et que ce fait divers m’offrait la possibilité d’approfondir ce dont je parlais dans mes films précédents : le trop plein d’amour, ses conséquences, la dette, le lien pervers, les dysfonctionnements familiaux, la question des limites... D’emblée, des choix se sont imposés : ne pas illustrer ou documenter le fait divers, mais m'en emparer avec ma subjectivité, mon point de vue d’artiste. Intégrer l’idée que dans toute histoire familiale, la vérité de l’un n’est pas la vérité de l’autre. Mon travail n'est pas de rechercher la vérité judiciaire, de m’y conformer, ni de la raconter avec une objectivité journalistique. Ces démarches ont déjà été entreprises, et elles illustrent leurs propres vérités, parmi d'autres.

Critiques : A perdre la raison 3 étoiles

  • Télérama
    Télérama
    4 étoiles
    " Une tension est savamment entretenue, qui contracte le coeur, du début à la fin. "
    Jacques Morice (article entier disponible dans Télérama n°3267, page 43)
  • le journal du dimanche
    le journal du dimanche
    4 étoiles
    " En s'inspirant d'un fait divers belge, le metteur en scène tente de nous faire comprendre, sans jamais porter de jugement,ce qui conduit des êtres humains à se comporter comme des monstres. "
    Barbara Theate (article entier disponible dans le Journal du Dimanche du 20 août 2012)
  • Première
    Première
    3 étoiles
    " Un scénario qui, telle une plante carnivore à la séduction trompeuse, laisse entrevoir le meilleur à son personnage avant de le vider goutte à goutte de son suc viatl. "
    Bernard Achour (article entier disponible dans Première n°425, page 52)
  • Libération
    Libération
    3 étoiles
    " La mise en scène est limpide, sans jeu d’ombre ni de suspense "
    Ondine Millot (article entier disponible dans Libération du 22 août 2012)
  • Le Monde
    Le Monde
    3 étoiles
    " A perdre la raison en est une excellente, et redoutable, illustration. "
    Jacques Mandelbaum (article entier disponible dans Monde du 22 août 2012)

Critique Cannoise : A perdre la raison 3 étoiles

  • Les Inrocks
    Les Inrocks
    3 étoiles
    " On ne dira rien donc, si ce n'est qu'il y a du Chabrol dans l'art de Lafosse d'allier critique sociale, analyse politique (…), comédie de moeurs cruelles et suspense policier. "
    J.-M.L (article entier disponible dans

Caractéristiques du DVD

Bonus:
Le Focus sur le réalisateur :
- , une interview (16 min)
- Folie privée : moyen métrage (1h01)
- Avant les mots : court métrage (25 min)
- La Bande-annonce

Notes de Prod.

Entretien avec Joachim Lafosse

D’où vient cette histoire ? Vous ne l’avez pas inventée !
Je me suis librement inspiré d'un fait divers survenu en Belgique en 2007. J’étais dans ma voiture, quand j’ai entendu parler de ce drame à la radio, l’histoire d’une femme qui avait assassiné ses cinq enfants. J’ai pensé tout de suite que cela renvoyait à la tragédie antique, et que ce fait divers m’offrait la possibilité d’approfondir ce dont je parlais dans mes films précédents : le trop plein d’amour, ses conséquences, la dette, le lien pervers, les dysfonctionnements familiaux, la question des limites… D’emblée, des choix se sont imposés : ne pas illustrer ou documenter le fait divers, mais m'en emparer avec ma subjectivité, mon point de vue d’artiste. Intégrer l’idée que dans toute histoire familiale, la vérité de l’un n’est pas la vérité de l’autre. Mon travail n'est pas de rechercher la vérité judiciaire, de m’y conformer, ni de la raconter avec une objectivité journalistique. Ces démarches ont déjà été entreprises, et elles illustrent leurs propres vérités, parmi d'autres. Mon rôle de cinéaste est différent. Il s’agit d’offrir un regard intérieur et interrogateur sur ce qui, quelles que soient les responsabilités, reste un drame humain. Mon rôle, c'est de faire partager au spectateur la vie des personnages que j'ai mis en scène et de leur permettre d'appréhender le drame à travers un autre prisme. Je voulais montrer qu’un tel acte, dépeint comme « monstrueux », ne peut pas être le fruit du hasard. On dit que le crime infanticide est « impensable » : mon objectif est d'amener le spectateur à réfléchir sur ce qu'on qualifie trop souvent d'inexplicable, à poser un autre regard en me servant de l’outil fictionnel pour susciter un questionnement sur la perception de la réalité, tant par mon propre regard que par celui des spectateurs qui voient le film.

Notes de Tournage...

23 Mai 2011 - et se retrouvent dans Nos Enfants

et se donneront à nouveau la réplique, deux ans après la sortie d'Un Prophète de Jacques Audiard, indique Lefilmfrancais.com. Les acteurs débuteront le 23 mai prochain le tournage de Nos Enfants, cinquième film du réalisateur belge (Elève Libre).

Les avis sur le film A perdre la raison