CommeAuCinema

Ah ! Si j'étais riche

    en DVD le 07 Août 2003
La vérité si j’étais riche..
Un film de et , avec , , (France)
Genre : Comedie - Duree : 1H40 mn
Distributeur : UGC - Editeur DVD : TF1 Vidéo
Sortie à la Vente en DVD le 07 Août 2003
Sortie à la Location en DVD le 11 Juin 2003
Sortie en salles le 27 Novembre 2002
Année de production : 2002
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.85/5(162 notes)

Résumé du film Ah ! Si j'étais riche

Le film retrace la mauvaise période qu'endure un modeste employé de bureau, interprété par .
Alors que sa femme lui annonce le divorce, que son nouveau patron menace de le licencier, cet homme sans histoire, qui croule sous les dettes, gagne soudain au loto. Il prévoit alors de se venger de son entourage...

Bande annonce

Galerie Photos ( 7 photos )

  • Ah ! Si j'étais riche
  • Ah ! Si j'étais riche
  • Ah ! Si j'étais riche
  • Ah ! Si j'étais riche
  • Ah ! Si j'étais riche
  • Ah ! Si j'étais riche
  • Ah ! Si j'étais riche

Les avis sur le film Ah ! Si j'étais riche

 

    Notre critique : Ah ! Si j'étais riche

      La vérité si j’étais riche..

    • Comme Au Cinema
      Comme Au Cinema
      0 étoile
      Ah… Si j’étais riche… Je m’achèterais tout ce dont j’ai envie… Plus besoin de travailler… Adieu métro/boulot/dodo… Toutes les filles [garçons] de mes rêves à ma disposition… Qui ne s’est jamais dit cela un jour en cochant les six numéros sur sa grille de Loto "Super Gagnotte" ?
      Aldo (Jean-Pierre Darroussin) lui ne se pose aucune question jusqu’au jour où… il gagne ! Et, comme on dit, "heureux aux jeux malheureux en amour". Il n’excepte pas à la règle : sa femme, Alice (devenue par ailleurs la maîtresse de Gérard (Richard Berry), le patron d’Aldo) demande le divorce…
      Là où beaucoup de cinéastes auraient été tenté par le classique ticket perdu ou volé, ou toutes autres situations classiques du gagnant au loto, Michel Munz et Gérard Bitton (scénaristes de LA VERITE SI JE MENS 1 et 2, qui signent là leur première réalisation), s’en sortent avec les honneurs, optant à chaque fois pour un point de vue différent.

      Le thème de l’argent facile engendre inévitablement des situations assez clichées au cinéma comme la séance de shopping à la Pretty Woman, le dîner dans un grand restaurant ou la petite morale "l’argent ne fait pas le bonheur… mais c’est quand même mieux d’en avoir", etc. Incontestablement, il y a de ça dans ce film, mais pas seulement. Les réalisateurs ont su trouver des angles d’attaque différents, plus ou moins intéressants. Ainsi, Aldo préfère cacher à son entourage sa nouvelle fortune. Non pas par égoïsme, mais par fierté : il refuse qu’Alice reste avec lui pour son argent.

      Le scénario, bien que sans grande originalité, est bien ficelé et le spectateur le suit avec plaisir. Il n’y a pas, ou peu, de temps mort, ce qui favorise l’appréciation du film. Ainsi, de bonnes répliques ("Alors, quand on est riche, ça ne s’arrête jamais ?" demande Darroussin à son banquier qui lui répond : "Rassurez-vous, c’est pareil quand on est pauvre" !) en agréables surprises (Darry Cowl, Henri Guybet ou encore Jean Dujardin), AH SI J’ETAIS RICHE ne vous donnera ni envie de jouer au loto, ni le désir soudain de jeter toutes vos maigres économies par les fenêtres, mais vous ferra passer un agréable moment, sans leçon de morales affligeantes, trop souvent liés à ce style de sujet…

    Caractéristiques du DVD

    Image : DVD 9 - 16/9 compatible 4/3 – Format 1.85
    Son : Dolby Digital 5.1 et DTS Français
    Sous-titres : Français pour sourds et malentendants.

    Bonus :
    - Commentaire audio des réalisateurs
    - Bêtisier
    - Making of
    - Interviews de l'équipe du film : , , , , et
    - Bande-annonce et teasers
    - Partie Rom : Lien internet, 2 fonds d'écrans, scénario intégral du film.


    NOTRE AVIS :


    AH SI J’ETAIS RICHE, la première réalisation de et , scénaristes de LA VERITE SI JE MENS 1 et 2, s’offre un passage en dvd plus réussi du point de vue technique que de celui des suppléments.
    Le premier disque propose le film et un bêtisier. Des fous rires aux habituels ratés des comédiens, ce dernier ne présente guère d’intérêt, si ce n’est les bégaiements et improvisassions de . Les images et la bande-son, livrées telles qu’elles, sont très médiocres… pensez à monter le volume. Heureusement, le film rattrape la qualité déplorable de ce bonus. En effet, les images sont propres, les couleurs bien contrastées. Côté son, on peut se demander si la présence d’un 5.1 et d’un DTS était réellement nécessaire au vue de la bande-son du film, sans grands effets. Mais, on ne peut pas nier les qualités de compression et la très bonne répartition du son sur les différentes enceintes.
    Le second disque, entièrement consacré aux suppléments, vous propose une interview de et . Ces derniers reviennent sur leurs débuts, leurs carrières de scénariste de télévision puis de cinéma, leur rencontre et leur complicité, le travail en commun, le passage à la réalisation, l’idée du film, les personnages, le ton choisi, le casting et enfin le tournage. Idéale pour tout savoir de l’histoire de ce film, cette interview est malheureusement un peu longue à regarder, bien que ponctuée d’interventions des comédiens.
    Le second bonus de ce disque est un making of, divisé en cinq parties (intérêt ?), où les réalisateurs et comédiens reprennent largement ce qu’ils nous ont déjà raconté dans les interviews. Un peu redondant donc, mais bien plus sympa à regarder car plus court et alternant avec des images du tournage.
    Un dvd de qualité, mais l’on peut se demander s’il était utile de faire un coffret double dvd pour finalement si peu de bonus qui en valent vraiment la peine.

    Amélie Chauvet.

    Notes Techniques

    SonImagePackagingMenuBonus
    4/54/52/53/52/5

    Notes de Prod.

    Notes de l'équipe


    "Nous avions commencé à travailler sur le thème des start-up. Après avoir pas mal enquêté, nous nous sommes rendu compte, au bout de trois mois, que le vent tournait, que cela ne tiendrait plus la route et que le phénomène était en train de s'effondrer. Peu à peu nous en sommes venus à nous raconter l'histoire de ce type, Aldo () qui devient subitement milliardaire en jouant au loto, et non pas en bourse, mais qui le cache parce qu'il ne veut pas que sa femme, dont il va divorcer, en profite. Nous nous sommes inspirés, comme souvent, de gens que nous connaissions et dont le cas était pour le coup véritablement tragique."

    L'Avis de la presse

    Première :
    " (…)avec une idée de départ plutôt original on s'attendait à plus de férocité. Reste , toujours intéressant, mais qu'on préfere, définitivement, pauvre que riche."
    G.L (article entier disponible dans Première n°309, page 66)