Albert Londres - Prix 2011

    en DVD le 08 Novembre 2011
Les lauréats 2011 du prestigieux prix : David André pour le 27e Prix audiovisuel (consacré à la peine de mort aux Etats-Unis) et Emmanuel Duparcq pour le 73e Prix de la presse écrite (reportages sur les talibans et la population afghane).
Genre : Documentaire
Editeur DVD : Édition Montparnasse
Sortie à la Vente en DVD le 08 Novembre 2011
Année de production : 2011
Avis spectateurs : 2 étoiles 1.74 / 5 (27 notes)

Résumé de Albert Londres - Prix 2011

En primant un film bouleversant de David André (réalisateur et producteur indépendant, ex-rédacteur en chef-adjoint pour l’agence Capa) consacré à la peine de mort aux Etats-Unis, Une peine infinie. Histoire d’un condamné à mort, et les reportages sur les talibans et la population afghane écrits entre août 2010 et mars 2011 par Emmanuel Duparcq (correspondant de l’AFP en Afghanistan et au Pakistan), les jurés du Prix Albert Londres nous donnent une fois encore à voir et à lire, le meilleur du grand reportage. Qu’il soit sociétal, humain, via le prisme d’un homme et sa famille face à la peine capitale aujourd’hui dans l’Amérique profonde, ou politique via les réseaux – toujours très vivaces – des Talibans et son impact toujours plus grand sur la population afghane . Le sort des hommes sous toutes les latitudes, avec cette idée propre à Albert Londres que « la liberté d’expression ne se négocie pas ».

Une Peine Infinie. Histoire D’un Condamné À Mort

Un film de David André – 2010 – 80 min

En 1999, Sean Sellers, condamné à mort à l’âge de 16 ans, est exécuté en Oklahoma malgré les nombreuses protestations internationales. Quelques jours avant, le réalisateur David André le filme dans les couloirs de la mort. Il rencontre également, lors de l’audience du recours en grâce, la famille de ses victimes qui réclame l’exécution, devant le condamné suppliant qu’on l’épargne.

Dix ans après sa mort, hanté par le souvenir de cette histoire, le réalisateur retourne en Oklahoma à la recherche des protagonistes qu’il a filmés. Procureur, gardiens qui ont exécuté le condamné, famille qui réclamait vengeance…

La route des talibans

Reportages pour l’AFP d’Emmanuel Duparcq – 2010-2011 – Livre de 36 pages

Les talibans, moribonds en 2005, ont aujourd’hui infiltré les 2/3 de l’Afghanistan. Qui sont les rebelles, et comment fonctionnent-ils ? Quels sont les réseaux qui leur ont permis de tenir tête à une force internationale de plus de 40 pays et 130.000 hommes ? Les sept premiers articles présentés leur sont consacrés. Du Pakistan à l’Afghanistan, des opportunistes mafieux à l’écolier idéaliste, de l’ancien du jihad à l’ingénieur rasé de près, la nébuleuse des néo talibans frappe par sa diversité, la force de ses réseaux et sa capacité à s’immerger dans la société afghane, remplissant un vide que ni les Occidentaux ni leur allié du gouvernement n’ont su combler.

Les quatre dépêches suivantes présentent d’autres visages de l’Afghanistan d’aujourd’hui, passagers anonymes d’une société tourmentée par l’incertitude et balayée par des vents contraires. Il y est question de chrétiens persécutés, d’une élection qui sent l’argent, de clowns désabusés, de burqa sur des skis. Instantanés d’une société qui n’attend pas la résolution du conflit pour évoluer, vers des horizons que l’on pourra juger effrayants ou porteurs d’espoirs.

Photos de Albert Londres - Prix 2011 (25)

Avis des Spectateurs

Moyenne : 2 étoiles (1.74 / 5)
2 avis 4 étoiles
1 avis 3 étoiles
12 avis 2 étoiles
12 avis 1 étoiles

Notes de Prod. de Albert Londres - Prix 2011

Le Prix Albert Londres

Le Prix Albert Londres a été créé par Florise Martinet-Londres à la mémoire de son père, disparu le 16 mai 1932, lors du naufrage du paquebot Georges Philippar au large de Gadarfui, dans la Mer Rouge.

Ce prix, décerné pour la première fois en 1933, couronne chaque année à la date anniversaire de la mort d’Albert Londres, le meilleur grand reporter de presse écrite et depuis 1985, le meilleur grand reporter de l’audiovisuel. Florise a consacré sa vie au souvenir de son père. Elle a légué tous ses biens à l’Association du Prix Albert Londres, reconnue d’utilité publique, afin de perpétuer la récompense annuelle accordée à un jeune journaliste francophone de moins 40 ans.

Réagir sur Albert Londres - Prix 2011