Au bout du conte
Genre : Comedie Dramatique - Durée : 1H52 mn
Sortie en salles le 06 Mars 2013 - en VOD/DVD le 06 Juillet 2013
Presse
Spectateurs

Résumé du film

Il était une fois une jeune fille qui croyait au grand amour, aux signes, et au destin ; une femme qui rêvait d’être comédienne et désespérait d’y arriver un jour ; un jeune homme qui croyait en son talent de compositeur mais ne croyait pas beaucoup en lui. Il était une fois une petite fille qui croyait en Dieu. Il était une fois un homme qui ne croyait en rien jusqu’au jour où une voyante lui donna la date de sa mort et que, à son corps défendant, il se mit à y croire.
Nationalité : France
Duree : 1H52 mn
Sortie à la Vente en VOD/DVD le 06 Juillet 2013
Sortie en salles le 06 Mars 2013
Année de production : 2012
Votre avis sur ce film ?
Ma note :
Exprimez-vous

Critiques

  • ★★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★

Actu à propos de Au bout du conte

Benjamin Biolay chez Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri

Benjamin Biolay chez Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri

D'après Le Parisien / Aujourd'hui en France, daté du 14 février, Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri ont recruté l'acteur et chanteur Benjamin Biolay pour leur prochain projet, Au bout du conte. (14/02/2012) > Suite

En savoir plus sur Au bout du conte

Entretien avec Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri

Quel est le point de départ de AU BOUT DU CONTE ?

J.-P. B. : On est parti de la conclusion classique des contes : “Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants...” Vivre heureux et avoir beaucoup d’enfants, ça nous paraissait aller un peu vite en besogne : il y a toute la vie à faire... Et dans la réalité, une fois que tu as rencontré ton prince ou ta princesse charmant(e), il se passe quoi ? Il se passe quoi une fois le livre refermé... ? On voulait une sorte de variation sur le couple tel qu’il est ou tel qu’il devient, et sur l’amour en général.

Agnès Jaoui est Marianne, la fée, la marraine et la grand-mère

Quel est votre conte préféré ?

Peau d’Ane, à cause du film de Jacques Demy et parce que je me sens très concernée par le complexe d’Œdipe.

Quel personnage de conte êtes-vous dans Au Bout Du Conte ?

Au départ, ma référence était la fée Lila de Peau d’Ane justement - Marianne habite d’ailleurs Villa des lilas. Au bout du compte, je suis tour à tour fée, marraine et grand-mère.

Jean-Pierre Bacri est pierre, l'anti Gepetto

Quel est votre conte préféré ?

J.-P. B. : Tu n’en as pas un pour moi, Agnès ?
A. J. : Ah tu vois bien que les garçons sont moins concernés que les filles par les contes !
J.-P. B. : Si, moi j’aime bien... Allez, dis-en un pour moi, Agnès.
A. J. : Non, je t’ai dit, c’est normal que tu n’en trouves pas.
J.-P. B. : En fait, je n’aime pas les contes au premier degré... Bon, je dirais Le Petit chaperon rouge, parce que j’aime bien le cynisme du loup !

Agathe Bonitzer et Laura, le petit chaperon rouge et la belle au bois dormant

Quel est votre conte préféré ?

J’en ai deux : un gai et un triste. Le gai, c’est Boucle d’or, à cause des illustrations de l’album du Père Castor dans lequel je le lisais, et la dimension sensorielle du conte : Boucle d’or essaye les chaises, goûte les soupes, touche les lits... Et puis cette petite fille blonde et bouclée était un fantasme pour moi, qui étais rousse aux cheveux courts. Le triste, c’est La Petite fille aux allumettes. Ce conte est atroce, cette longue agonie d’une petite fille me terrifiait et me fascinait à la fois. Je la vois encore bleuie de froid, puis resplendissante comme un ange à l’approche de la mort. Son destin me désespérait et en même temps, j’étais jalouse de son courage, de son endurance.

Benjamin Biolay est Maxime, le grand méchant loup

Quel est votre conte préféré ?

Rapunzel, j’aime la parabole.

Quel personnage de conte êtes-vous dans Au Bout Du Conte ?

Le grand méchant loup.

Arthur Dupont est Sandra, Cendrillon et le prince

Quel est votre conte préféré ?

Enfant, mis à part la maison en pain d’épices d’Hansel et Gretel qui me faisait rêver, j’étais peu sensible à l’univers des contes. Mais il y a quelques années, une amie m’a dit que ce serait bien pour moi de lire Le Chevalier à l’armure rouillée de Robert Fisher... Ce conte récent raconte l’histoire d’un chevalier qui n’enlève jamais son armure, même pour dormir, car il est tout le temps sur le qui-vive. Et le jour où il veut enfin l’enlever, elle est rouillée et il ne réussira à la faire tomber que morceau par morceau, en se confrontant à plusieurs épreuves. Ce livre fait penser au Petit Prince dans sa manière de nous ramener à l’essentiel : la vie, l’amour, la mort... Aujourd’hui, j’ai pris conscience de mon armure, même si je n’ai pas encore réussi à l’enlever complètement. Ce n’est pas facile de traduire l’impact tangible dans ma vie de cette armure symbolique...

Didier Sandre est Guillaume Casseul, le roi

Quel est votre conte préféré ?

Évidemment, c’est un souvenir d’enfance : La Chèvre de Monsieur Seguin d’Alphonse Daudet. Je l’écoutais racontée par Fernandel. Cette petite chèvre attachée à son piquet, attachée aussi à l’amour de son Monsieur Seguin, mais qui ne rêve que de rompre sa longe, s’évader dans les montagnes, découvrir le monde... Je l’admirais, je comprenais son désir de liberté, et aussi le déchirement de désobéir et quitter l’homme qui la soi- gnait avec amour. L’écho sans doute à un désir de s’affranchir de l’autorité parentale et du milieu familial. Je pleurais beaucoup à la mort de la petite chèvre blanche qui s’était battue toute la nuit avec le loup et j’étais troublé par la morale du conte. J’ai mis longtemps à comprendre que le combat pour la liberté ne se terminait pas forcément aussi tragiquement. Comme la chèvre, je me suis détaché de mon piquet mais le loup ne m’a pas mangé, juste quelques morsures et j’ai beaucoup appris !

Béatrice Rosen est Fanfan, la belle-mère de Blanche Neige

Quel est votre conte préféré ?

La Belle au Bois dormant, pour des raisons très personnelles : mon père était absent, ma belle-mère était pas facile et trois figures féminines ont compté pour moi comme les trois fées du conte : ma mère, ma grand-mère et ma tante. Le dragon que doit tuer le prince symbolise les peurs émotionnelles que nous devons tous combattre et selon moi, le sommeil de la belle symbolise une forme de déni durant lequel elle projette ses propres névroses sur le prince. Selon moi, elle n’est pas sauvée littéralement par le prince. Celui-ci est juste la projection de la part masculine de la belle. Comme le dit Brigitte Bardot : « Je suis l’homme de ma vie. » Comme les comédiens qui jouent un rôle, la belle délocalise ses peurs pour se trouver elle-même.

Dominique Valadié est Jaqueline, la bonne mère et l'enfant abandonnée

Quel est votre conte préféré ?

Hansel et Gretel des frères Grimm et Le Petit Poucet de Perrault, qui déclinent le même thème des enfants abandonnés qui arrivent à combattre l’injustice, à retourner le destin. Ces enfants sont invincibles, c’est ça qui est formidable dans les contes ! Dans Hansel et Gretel, j’adore le merveilleux propre à Grimm. La maison en pain d’épices, c’est le rêve absolu pour un enfant ! Le conte de Perrault est plus élaboré et Le Petit Poucet finira en héros qui sauve son pays. J’aime l’idée que cet enfant maltraité par sa famille sera celui-là même qui lui apportera le salut. Je garde aussi un souvenir précis du Petit Chaperon rouge car mon père me le racontait en imitant très bien les voix, notamment celle du loup déguisé en grand-mère. C’était à la fois terrifiant et délicieux, il terminait l’histoire en me mangeant les oreilles !

Laurent Poitrenaux est Eric, le néo Prince

Quel est votre conte préféré ?

Le Vilain petit canard, parce qu’il aborde la question de la différence, de la peur de l’autre, de l’ostracisme, de la mise à l’écart. C’est très troublant quand on est enfant de se dire que ce qui nous différencie des autres peut de- venir notre force, qu’il faut avoir confiance. Comme le dit René Char : « Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. » Cette morale me parle aussi beaucoup en tant qu’acteur habité de pleins de choses parfois jugées étranges jusqu’au jour où on arrive à les imposer et qu’elles deviennent une force.

Valérice Crouzet est Eléonore

Quel est votre conte préféré ?

La Petite sirène. Je me souviens de mon livre d’enfant, violet et noir, à l’esthétique très années 70. La sirène avait une longue chevelure brune, elle était allongée sur le côté. Ce conte était très cruel, notamment le passage où elle se transforme en femme, qui occasionne des souffrances terribles, comparées à la douleur de marcher sur des lames de rasoirs ou des bris de verre. Et puis il y a aussi le moment où, devenue muette, elle ne peut exprimer son amour au prince. Je me souviens aussi de son regard posé sur les humains. Elle s’éblouit de cette chose banale qui consiste à marcher sur le sable, alors que nous humains, c’est la beauté des sirènes qui nous éblouit...

Nina Meurisse est Clémence, un genre de Chaperon rouge

Quel est votre conte préféré ?

Les Contes d’Humahuaca écrits et lus par Bernard Giraudeau. Ils m’ont bercée durant les longs trajets en voiture de mon enfance, je les ai écoutés des centaines de fois. Ces contes font voyager dans le monde entier, et abordent les thèmes habituels du partage ou du courage, mais avec tellement de poésie... Je me souviens notamment de L’Ane et la grenouille, où Giraudeau prend des voix incroyables, et très drôles.

Clément Roussier est Julien, l'ami Du Prince

Quel est votre conte préféré ?

Riquet à la houppe, l’histoire d’un petit garçon difforme mais plein d’esprit. Amoureux d’une fille belle et stupide dont il parviendra à se faire aimer, il héritera d’elle la beauté et lui transmettra son intelligence. Enfant, Riquet me plaisait d’abord pour son nom. Le fait qu’il soit un garçon laid mais sensible, et surtout la forme allongée de son crâne, ont aussi, sans doute, contribué à ce que je m’identifie à lui. Contrairement à ce qu’indique son nom et à ce que montre la plupart des illustrations, Riquet n’est pas un deuxième Tintin affublé d’une houpette. Non, il a la tête déformée, il est ce que les médecins appelleraient un hydrocéphale, et c’est justement le souvenir que je garde de mon livre d’enfant : le dessin de sa grosse tête. Quelques années plus tard, ma mère, qui est médecin, m’a d’ailleurs raconté qu’un de ses professeurs s’était servi du personnage de Riquet à la houppe pour illustrer un cas clinique d’hydrocéphalie.

Quel personnage de conte êtes-vous dans Au Bout Du Conte ?

Il me semble qu’enfant, on est d’abord marqué par les héros des contes que l’on lit. Julien, lui, est un person- nage plutôt secondaire, et j’ai donc du mal à voir une figure précise se dessiner. Mais s’il fallait le placer dans une lignée, je dirais qu’il est l’ami du prince, l’ami fidèle et effacé. Il est aussi celui qui comprend Sandro, celui qui pardonne et demeure le même quoi qu’il arrive. Le bon camarade, quoi !

Notes de Production

14 Février 2012 - Agnès Jaoui et Jean-pierre Bac > Plus
Remonter