CommeAuCinema

Blanche Neige et le chasseur

    en DVD le 23 Octobre 2012
Blanche Neige se prend pour Jeanne d'Arc
Un film de , avec , , et
Titre original : SNOW WHITE AND THE HUNTSMAN (Etats-Unis)
Genre : Fantastique - Duree : 2H6 mn
Sortie à la Vente en DVD le 23 Octobre 2012
Sortie Blu-Ray le 23 Octobre 2012
Sortie en salles le 13 Juin 2012
Année de production : 2012
Film à partir de 12/14 ans
Avis spectateurs : 3 étoiles 3.08/5(203 notes)

Résumé du film Blanche Neige et le chasseur

La beauté d'une jeune fille vient entacher la suprématie de l'orgueilleuse Reine Maléfique et déclenche son courroux. Mais la cruelle marâtre ignore que sa seule et unique rivale a été formée à l'art de la guerre par le chasseur que la Reine elle-même avait envoyé pour la supprimer.

Bande annonce et vidéos (14 vidéos )

Galerie Photos ( 79 photos )

  • Blanche Neige et le chasseur
  • Blanche Neige et le chasseur
  • Blanche Neige et le chasseur
  • Blanche Neige et le chasseur
  • Blanche Neige et le chasseur
  • Blanche Neige et le chasseur
  • Blanche Neige et le chasseur
  • Blanche Neige et le chasseur
  • Blanche Neige et le chasseur
  • Blanche Neige et le chasseur
  • Blanche Neige et le chasseur
  • Blanche Neige et le chasseur
  • Blanche Neige et le chasseur
  • Blanche Neige et le chasseur
  • Blanche Neige et le chasseur

Les avis sur le film Blanche Neige et le chasseur

 

    Notre critique : Blanche Neige et le chasseur

      Blanche Neige se prend pour Jeanne d'Arc

    • Comme Au Cinema
      Comme Au Cinema
      0 étoile
      Il serait logique de penser, à juste titre, "encore une adaptation du conte de Grimm", dont la dernière en date était celle (ratée) de Tarsem Singh, avec Julia Roberts et Lily Colins.
      Sauf que pour Blanche Neige et le Chasseur, Rupert Sanders, jusqu'à présent inconnu au bataillon, a osé s'aventurer là où aucun autre réalisateur n'était jamais allé. De même, il n'était pas chose aisée de proposer (enfin) une version originale du célèbre conte, maintes fois adapté, et dont la plus connue demeure encore aujourd'hui celle de Walt Disney, sortie en 1937.

      Blanche Neige et le chasseur


      Si on retrouve dans le film tous les éléments principaux du conte (la pomme, le miroir, le chasseur, les nains et la méchante reine), Rupert Sanders a offert à l'héroïne une toute nouvelle image, à mille lieues de la Blanche-Neige imaginée par Disney.
      Ici, elle ne porte pas (vraiment) de robe, monte à cheval comme un homme, se bat et mène sa propre armée au combat. En fait, elle ressemble plus à Jeanne d'Arc qu'à une princesse empotée de conte de fées.
      L'univers est quant à lui assez semblable au conte, puisqu'il regroupe les deux mondes totalement opposés : la forêt maléfique, ensorcelée par la méchante Reine, et l'univers féerique dans lequel évoluent les nains.
      La dimension épique, très Seigneur des anneaux, trouve bien sa place et la bataille du prologue est assez remarquablement exécutée, avec notamment de très beaux plans en slow motion. Les effets spéciaux sortent également du lot, avec une mention spéciale au traitement du visage de Charlize Theron qui vieillit et se flétrit à vue d'oeil.

      Blanche Neige et le chasseur


      Côté casting, Rupert Sanders n'a par contre pas trop pris de risque puisqu'il a offert le rôle de l'héroïne à la belle Kristen Stewart, mondialement connue pour son rôle de Bella Swan dans Twilight. La jeune actrice, très crédible dans son rôle de guerrière, nous démontre encore une fois, l'étendue de sa palette de jeu.
      Mais celle qui a l'habitude de crever l'écran se fait cette fois-ci reléguer au second plan par la très charismatique Charlize Theron, époustouflante dans son rôle de la méchante reine Ravenna qui insuffle une dimension angoissante au film.
      "Plus réussi est le méchant, plus réussi sera le film" disait Alfred Hitchcock. Voilà une phrase qui est capable de résumer tout le film, car c'est finalement elle, Charlize Theron, qui porte le film et nous permet de ne pas trouver le temps (trop) long.

      Toute la difficulté était en effet bien là : pouvoir garder le spectateur attentif pendant plus de deux heures. Mission à moitié accomplie pour le réalisateur, car arrivé à mi-film, on commence un peu à décrocher, la faute à un manque d'enjeux narratifs (même si on connaît l'histoire, on aimerait être un peu surpris), voire à des raccourcis paresseux (tout semble trop à la portée de l'héroïne et le Bien finit par triompher sur le Mal) alors qu'on aurait aimé passer un peu plus de temps du côté obscur. On ne s'attache pas non plus aux personnages, qui, traités de manière assez artificielle, ne nous embarquent pas avec eux dans leur quête.
      Le problème du film est finalement un peu le même que pour le Alice au pays des merveilles de Tim Burton qui avait, à l'époque, également choisi l'option de l'héroïne guerrière.
      Il n'y a pas suffisamment d'enjeux pour que le spectateur ait réellement envie de se laisser entraîner dans la quête de l'héroïne, jamais confrontée à des péripéties capables de la détourner de son objectif.
      Tous les ingrédients étaient pourtant réunis. Dommage.

    Critiques : Blanche Neige et le chasseur 3 étoiles

    • Le Parisien
      Le Parisien
      4 étoiles
      " Le conte de Grimm sort dans une nouvelle version plus violente et plus moderne, superbe, avec, en tête d’affiche, Kristen Stewart et Charlize Theron. "
      Alain Grasset (article entier disponible dans Le Parisien du 13 juin 2012)
    • Elle
      Elle
      3 étoiles
      " Costumes et effets spéciaux qui donnent envie de croquer à pleine dents dans cette adaptation. "
      E.R. (article entier disponible dans Elle n°3467, page 44)
    • Télé 7 Jours
      Télé 7 Jours
      3 étoiles
      " Plus épique et plus sombre, le spectacle à l'esthétique léchée se savoure comme une friandise. "
      U. Ceillier (article entier disponible dans Télé7Jours n°2716, page 26)
    • Ouest France
      Ouest France
      3 étoiles
      " Univers gothique qui se nourrit d’un déferlement de créations visuelles contrastées. "
      (article entier disponible dans Ouest France du 13 juin 2012)
    • 20 Minutes
      20 Minutes
      3 étoiles
      " Si les plus jeunes pourront être impressionnés par certaines scènes d'effets spéciaux, cette histoire de femmes fortes luttant pour le pouvoir séduira parents et grands enfants "
      Caroline Vié (article entier disponible dans 20 Minutes du 13 juin 2012)

    Caractéristiques du DVD

    Bonus DVD & Blu-Ray :
    - Bande hétéroclite : les nains
    - Commentaire du film par le réalisateur, le responsable des effets spéciaux et le co-monteur

    Exclusivités Blu-Ray :
    - Une nouvelle légende est née
    - Réinventer le conte de fées
    - Citoyens du royaume
    - La magie de Blanche-Neige et le Chasseur
    - Au royaume : visite à 360° du décor

    Notes Techniques

    SonImagePackagingMenuBonus
    3/53/53/52/51/5

    Test DVD

    0 étoile

    Les bonus DVD ne contiennent malheureusement que le strict minimum. Un court reportage sur les huit acteurs qui jouent les nains (dont , , , , ou ) et les techniques mises au point pour les faire apparaître petits à l'écran, ainsi que les commentaires du réalisateur et des techniciens. Décevant. Préférez donc (si vous le pouvez) l'édition Blu-Ray.
    Chloé Valmary

    Notes de Prod.

    Notes de Tournage...

    4 Juillet 2011 - Une trilogie pour Blanche-Neige et le chasseur ?

    Le producteur , qui a également produit Alice au pays des merveilles de Tim Burton, a d'ores et déjà annoncé que Blanche-neige Et Le Chasseur serait une trilogie.

    Kristen  Stewart


    Ce Blanche Neige réunira (Twilight), (Hancock), (Thor) et (Pirates Des Caraïbes : La Fontaine De Jouvence).

    D’Alice à Blanche-Neige : comment un conte classique devient une épopée

    Ancien président de 20th Century Fox et de Walt Disney Studios et producteur d’Alice Aux Pays Des Merveilles de Tim Burton (2010), a tout de suite su que son équipe avait déniché un joyau quand Palak Patel, directeur du développement chez Roth Films et producteur délégué du film, lui présenta le scénario de ce qui allait devenir Blanche Neige Et Le Chasseur.

    Le casting principal : «Seul le plus beau sang»

    Producteurs et réalisateur envisageaient un film atemporel, qui ferait écho à l’esprit, au style et au ton des frères Grimm, un peu comme si ceux-ci avaient conçu une version de leur histoire 200 ans plus tard. Le premier tour de manivelle étant prévu en Angleterre à l’automne 2011, la directrice de casting Lucy Bevan se lança à la recherche de comédiens pour peupler l’univers de Blanche Neige Et Le Chasseur et lui donner vie.

    Le casting des nains : une poignée de virtuoses anglais

    Une impressionnante sélection de comédiens britanniques a été réunie pour donner vie à la bande de nains du film, et un mélange d’effets visuels et de trucages a permis de créer l’illusion de leur taille. Le réalisateur contacta chaque comédien séparément et leur présenta des croquis de leur personnage et une description détaillée de leurs origines et de leur histoire.

    Les costumes : pèlerines et tenues de combat

    Triple-lauréate de l’Oscar des Meilleurs Costumes, pour  alice Au Pays Des Merveilles (Tim Burton, 2010), Chicago (Rob Marshall, 2002) et Mémoires D'Une Geisha (Rob Marshall, 2005), la chef costumière visionnaire Colleen Atwood fut mise au défi de présenter aux spectateurs contemporains les personnages de ce conte revisité grâce à des créations riches et hétéroclites.

    Effets visuels et effets spéciaux : des stars qui rapetissent

    se considère comme un réalisateur pratique et n’a aucun intérêt pour les effets visuels en eux-mêmes. Il préfère s’en servir pour mettre en valeur ce qui a déjà été effectivement filmé. 90% du film a été tourné de manière traditionnelle (en plateau ou en décors naturels) avec un recours très limité à l’incrustation.

    Effets visuels additionnels : homme-miroir et créatures enchantées

    Le cas des nains n’est pas le seul à avoir nécessité la collaboration de plusieurs départements. Si le réalisateur préfère les méthodes de tournage traditionnelles, l’exécution finale de nombreux personnages et scènes demandait l’assistance de génies des effets visuels. Compte tenu des délais très serrés, et la productrice déléguée Gloria Borders engagèrent les services de huit compagnies différentes qui se divisèrent le

    Les décors : sombres châteaux et chênes de 800 ans

    Le monde dans lequel évolue Blanche-Neige fut pensé et élaboré par le chef décorateur de La Mort Dans La Peau (Paul Greengrass, 2004) Dominic Watkins, aux studios de Pinewood dans le Buckinhamshire (Royaume-Uni). La possibilité de travailler en studio était très importante pour le réalisateur, et un luxe de plus en plus rare pour les équipes souvent dépendantes de l’utilisation des techniques d’incrustation.