C'est dur d'être aimé par des cons
Genre : Documentaire - Durée : 1H48 mn
Sortie en salles le 17 Septembre 2008 - en VOD/DVD le 19 Mars 2009
Presse
Spectateurs

Résumé du film

Quand la liberté fait peur

Pour avoir reproduit les douze caricatures danoises ayant déclenché la colère des musulmans aux quatre coins du monde, Philippe Val, le patron de Charlie Hebdo, journal satirique français, est assigné en justice. Un procès hors norme que suit en temps réel. Pour décrypter, avec les acteurs clés, les enjeux politiques internationaux, médiatiques et idéologiques. Avec, en images : avocats, témoins, médias, conférences de rédaction, manifestations de soutien. Avec aussi les prises de positions des intellectuels et des hommes politiques, les réactions de l’accusation et des pays musulmans. Une réflexion sur l’Islam, sur la presse, sur l’état de l’opinion dans la société française mais aussi une tentative de réponse aux défis lancés par l’intégrisme à toutes les démocraties.
Nationalité : France
Duree : 1H48 mn
Sortie à la Vente en VOD/DVD le 19 Mars 2009
Sortie en salles le 17 Septembre 2008
Année de production : 2008
Présenté en Sélection Officielle, Séance Spéciale au Festival de Cannes le 17 Mai 2008
Votre avis sur ce film ?
Ma note :
Exprimez-vous

Critiques

  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★

En savoir plus sur C'est dur d'être aimé par des cons

Caractéristiques du DVD

Bonus
- 4 entretiens coupés au montage : Antoine Sfeir (écrivain, journaliste : Les cahiers de l’Orient), Daniel Leconte (réalisateur et témoin au procès), Dominique Sopo (Président de SOS Racisme) et Monseigneur Gaillot
- Débat autours du film : séquence tournée après une projection du film au cinéma Le Méliès à Montreuil, avec Daniel Leconte, Philippe Val et Richard Malka
- Making-of de l’affiche
- Bandes annonces> Plus

Notes de Production

Le 25 Avril 2008 - C'est dur d'être aimé par des cons

Le Festival de Cannes baignait, il fut un temps, dans une galaxie lointaine, dans l’apologie de l’académisme, Il récompensait un cinéma ficelé, bien fait et irréprochable. Puis, après les débordements de 1968, il accepta enfin de voir sa sélect > Plus
Remonter