CommeAuCinema

Casablanca Driver

    en DVD le 07 Février 2005
Yo avo much honneur di parler d’ac film parché..
Un film de , avec , , , (France)
Genre : Comedie - Duree : 1H30 mn
Distributeur : Mars Distribution - Editeur DVD : Le Studio Canal +
Sortie à la Vente en DVD le 07 Février 2005
Sortie à la Location en DVD le 03 Janvier 2005
Sortie en salles le 30 Juin 2004
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.94/5(154 notes)

Résumé du film Casablanca Driver

"Todo Mach, m'en fou la mied' !"
Personne ne le comprend.
Personne ne sait d'où il vient.
Personne ne le prend au sérieux.
Casablanca Driver est le plus mauvais boxeur de tous les temps ou du moins de cette année 1969.
Suite à un malheureux concours de circonstances " Casa " se retrouve face au champion de l'époque : Jimmy LA RENTA.
Un combat totalement inégal à l'issue évidente et pourtant... Le miracle va peut-être avoir lieu.
Traité sous la forme d'un " Hollywood stories " (documentaire biographique américain), mêlant la fiction à de fausses interviews et archives, Casablanca Driver est un " Fake documentary " burlesque qui rend hommage à la bêtise.

Bande annonce et vidéos (6 vidéos )

Galerie Photos ( 8 photos )

  • Casablanca Driver
  • Casablanca Driver
  • Casablanca Driver
  • Casablanca Driver
  • Casablanca Driver
  • Casablanca Driver
  • Casablanca Driver
  • Casablanca Driver

Les avis sur le film Casablanca Driver

 

    Notre critique : Casablanca Driver

      Yo avo much honneur di parler d’ac film parché..

    • Comme Au Cinema
      Comme Au Cinema
      0 étoile
      Oups ! Dur de reprendre un langage normal après la vision de CASABLANCA DRIVER... La tentation est forte de parler comme le personnage principal pour aborder ce film. On ne saura jamais vraiment si cet analphabète déconnecté de la réalité, avec son propre langage et une case en moins, est malade, fou furieux, ou tout simplement bête. On sait simplement qu'il est né pour se battre, et qu'il le fait... mal.
      Traité sous la forme d’un "Hollywood stories" mêlant fiction, fausses interviews et images d'archives, CASABLANCA DRIVER rend hommage à la bêtise et cultive l'humour made in France actuel. Le sujet peut paraître idiot, mais il choque moins lorsque l'on sait que c'est Maurice Barthélemy, membre des Robins des Bois, qui est derrière la caméra. Devant aussi. Et au scénario. Comme il est fort, ce Maurice. Mais à trop vouloir en faire, on se met vite le doigt dans l'œil...
      L'idée de base était plutôt bonne : un faux documentaire qui retrace la vie du pire boxeur de tout les temps, contre pied de reportages comme WHEN WE WERE KINGS, ou de films comme ALI ou RAGING BULL. Dieudonné en Don King miteux, pantalon pattes d'eph' et coupe à la Jackson Five, faux attentat à la JFK à coup de vélo d'appartement, clin d'œil aux casinos, strass et paillettes de Las Vegas, CASABLANCA DRIVER enchaîne les quiproquos malheureux, les situations décalées, les décors ultra kistch et les couleurs rétro.
      Le hic est que l'ensemble manque de rythme, et surtout, cri au déjà vu : cet hymne à Maurice pioche l'absurdité du côté des Nuls et de leur CITE DE LA PEUR, les cascades et la "poétrie" des Robins des Bois, les faux documentaires et la voix off du Groland et Jules Edouard Moustic. Aspect d'ailleurs renforcé par le passage des copains des Bois, des Nuls ou d'ailleurs.
      Un film drôle certes, mais lent et sans âme, malgré quelques détails plus subtils comme l'inscription "je télécharge sur Kazaa" au milieu des panneaux de soutien au boxeur. Peut-être parce que l'on ne peut s'empêcher de penser que Maurice Barthélemy aurait aussi bien pu faire un film sur un footballeur, un cuisiner ou un dentiste, ça n’aurait rien changé pour lui...
      Todo match, todo match. C’est finalement les seuls mots qu’il en reste.

    Critiques : Casablanca Driver 0 étoile

    • Studio Magazine
      Studio Magazine
      3 étoiles
      " (…) Un premier film écrit, réalisé et interprété par ce membre des robins des Bois, qui a pris le risque de ne pas plaire à tout le monde. Car son sens de l’humour « non-sensique » décalé est désarçonnant pour quelques-uns, hilarant pour beaucoup d’autres. (…)"
      P.F. (article entier disponible dans Studio Magazine n°203, page 29)
    • Première
      Première
      1 étoile
      " (…) L’acteur réalisateur a, semble-t-il, concentré ses efforts sur la forme (image, son et musique) au détriment des gags et de la direction d’acteurs. (…)"
      Gérard Delorme (article entier disponible dans Première n°328, page 62)
    • Télérama
      Télérama
      1 étoile
      " ( …) Le plus réussi : cet antihéros que le cinéaste interprète lui-même, Forrest Gump à l’incompréhensible devise : « Todo Match. » Un personnage fait-il un film ?."
      P.M. (article entier disponible sur le site de Télérama)
    • Le Monde
      Le Monde
      1 étoile
      " Un film de boxe sans combat, c'est absurde. Et c'est dans cette absurdité, ainsi que dans la sympathie qu'éveille ce personnage de petit homme qui veut forcer son destin, que l'on trouvera un peu de charme à Casablanca Driver. "
      Thomas Sotinel (article entier disponible sur le site du Monde)
    • Les Cahiers du cinéma
      Les Cahiers du cinéma
       
      " CASABLANCA DRIVER ne fait pas rire. Gags glacés et images de formats, laconisme dans le désastre et feuilleté de citations font une espèce de gâchis sophistiqué. ( …) "
      Emmanuel Burdeau (article entier disponible dans Les cahiers du cinéma n°591, page 40).

    Notes de Prod.

    Comment Maurice Barthélemy ?

    Comment j'ai trouvé le titre...

    Sans aucune raison. Le titre est venu comme ça, avant même l'idée du film. Un ou deux ans avant que je commence à écrire ! Je me suis dit que Casablanca Driver serait un bon nom pour un catcheur, un lutteur, un boxeur, en tout cas un personnage qu'on pourrait utiliser avec les Robins, dans nos sketches. Et puis ça ne s'est pas fait. Je l'ai mis en banque, en jachère dans un coin de ma tête, sans jamais le ressortir. Jusqu'à ce que je pense au film.