CommeAuCinema

Control

    en DVD le 06 Mai 2008
Une descente aux enfers totalement renversante…
Un film d', avec , , ,...
Titre original : CONTROL (Grande-Bretagne)
Genre : Biopic, Musique - Duree : 1H59 mn
Distributeur : La Fabrique de Films - Editeur DVD : Seven 7
Sortie à la Vente en DVD le 06 Mai 2008
Sortie Blu-Ray le 02 Novembre 2011
Sortie en salles le 26 Septembre 2007
Année de production : 2007
Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes le 17 Mai 2007
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.92/5 (200 notes)
Film présenté en ouverture de la quinzaine des Réalisateurs 2007.
Caméra d'Or au Festival de Cannes 2007
Du 8 septembre au 6 octobre 2007 se tiendra une exposition de photos du groupe – éphémère – de rock Joy Division, prises par Pierre René-Worms.
Cette exposition se déroulera dans la boutique Agnès B. homme du 3 rue du Jour dans le premier arrondissement de la capitale. Les photographies montrent l’unique passage à Paris du groupe de rock, le 18 décembre 1979, pour leur concert aux Bains Douches.

Résumé du film Control

La vie de Ian Curtis, leader du groupe mythique de rock anglais des années 70 Joy Division. Tiraillé entre sa vie de famille, sa gloire naissante et son amour pour une autre femme, Ian Curtis s'est suicidé le 18 mai 1980 à la veille de la tournée américaine du groupe qui s’annonçait triomphale.
Ian Curtis a changé le rock sans le vouloir, sans le savoir.

Bande annonce et vidéos (4 vidéos )

Galerie Photos ( 16 photos )

  • ControlControlControl
  • ControlControlControl
  • ControlControlControl
  • ControlControlControlControl
  • ControlControlControl

Notre critique : Control

    Une descente aux enfers totalement renversante…

  • Comme Au Cinema
    Comme Au Cinema
    0 étoile
    Ces dernières années, on a vu débarquer dans les salles obscures une flopée de biopics… Plus ou moins réussis… Plus ou moins marquants.
    En 2007, Anton Corbijn, photographe et réalisateur de clips ultra reconnu (notamment pour ses collaborations avec U2 et Depeche Mode), change radicalement la donne en nous offrant Control, une œuvre captivante, renversante et d’une incroyable beauté.

    Faire un film sur Joy Division, groupe new wave anglais formé en 1977, était un pari risqué. C’est en effet s’attaquer à un groupe mythique qui a influencé nombre de formations rock.
    Tout commence en 1997 avec la publication de « Touching from a distance », bouquin écrit par Deborah Curtis, la veuve du leader. Ni une ni deux, le projet d’adaptation était plus qu’envisagé. Après moult tergiversations, le choix du réalisateur pour relever le défi s’est porté sur Corbijn… Bien qu’il n’ait jamais mis en scène de long-métrage, son nom est apparu comme une évidence. Pour l’anecdote, Corbijn a quitté les Pays-Bas pour Londres afin d’ « être plus proche de là d’où venait leur musique » !

    Control raconte la descente aux enfers de Ian Curtis, avec une justesse et une tendresse remarquables. Ce n’est pas seulement un film musical, mais une histoire touchante sur le destin d’un homme pas comme les autres… Talentueux, torturé, en proie à de nombreux démons, et souffrant de violentes crises d’épilepsie. Elles bouleverseront son quotidien, au point d’inspirer son jeu de scène si particulier, et surtout de gâcher ses concerts. Donnant tout (trop) à son public, il se mettait dans des états de transe troublants, au point de déclencher des crises. Sam Riley, jeune premier et musicien de vocation, se glisse de manière bluffante dans la peau de Curtis… Tout est impressionnant de ressemblance : le physique, le regard hypnotisant, la gestuelle…

    En seulement quelques années d’existence, Joy Division a su s’imposer en tant que groupe culte et incontournable de la scène anglaise. Ian Curtis se suicide à l’âge de 23 ans, la veille de leur tournée américaine qui s’annonçait d’emblée un énorme succès. Sa mort prématurée l’érige en légende… Presque 30 ans après, son film se devait d’être à la hauteur. Et c’est chose faite ! On sort de la salle, une boule au ventre, scotchés par leur musique entêtante, repensant à ce destin tragique merveilleusement mis en scène…

    La musique et le cinéma ont rarement fait aussi bon ménage… Espérons que le talent de Corbijn ouvre la voie.

Critiques : Control 4 étoiles

  • Le Point
    Le Point
    4 étoiles
    " Résultat : un film hypersensible, un des plus beaux de la saison… "
    Olivier De Bruyn (article entier disponible dans Le Point n°1827, page 112)
  • Métro
    Métro
    4 étoiles
    " Sam Riley crève l’écran (…) on risque d’entendre bientôt reparler de (lui). "
    Claire Cousin (article entier disponible dans Metro du 26/09/2007)
  • Télérama
    Télérama
    4 étoiles
    " (…) Un modèle de biographie musical. Pas d’effets superflus, mais un subtil sens du cadre, et du décadrage (…) "
    Laurent Rigoulet (article entier disponible dans Télérama n°3011, page 56)
  • Figaroscope
    Figaroscope
    4 étoiles
    " Anton Corbijn a réussi àmettre à nu l’âme d’un jeune homme inspiré, complexe, perdu dans la confusion des sentiments et l’angoisse des crises d’épilepsie"
    Emmanuele Frois (article entier disponible dans Figaroscope du 26/09/2007)
  • Télé7Jours
    Télé7Jours
    4 étoiles
    " Porté par les mélodies funèbres du groupe et l’interprétation bouleversante de Sam Riley, ce portrait d’une âme tourmentée envoûte, fascine et hante longtemps les mémoires."
    Philippe Ross (article entier disponible dans Télé7Jours n°2471, page 140)

Critique Cannoise : Control 2 étoiles

  • Le Monde
    Le Monde
    3 étoiles
    " Le charme ténébreux de ce premier film tourné en noir et blanc tient en grande partie à la manière dont l’acteur anglais Sam Riley s’est adjugé le personnage… "
    Jean-Luc Douin (article entier disponible dans Monde du 18/05/2007)
  • L'Humanité
    L'Humanité
    3 étoiles
    " Un noir et blanc parfait comme la tradition s’en est perdue, une composition soignée en écran large, la saisie à la volée de quelques jeunes Anglais bien mis (…) suffisent pour convaincre qu’il y a là du cinéma. Anton Corbijn (…) réalise là un saut dans le long métrage convainquant."
    Jean Roy (article entier disponible dans L'Humanité du 21/05/2007)
  • Télérama
    Télérama
    2 étoiles
    " Control est un film sobre, sur un leader charismatique (…) mais aussi très ordinaire, tiraillé entre deux femmes. "
    Jacques Morice (article entier disponible dans Télérama - 18 Mai 2007)

Caractéristiques du DVD

Bonus Blu-Ray :
- Trois performances inédites tirées du film
- Commentaires audio du réalisateur
- Interviews de et
- Galerie photos
- Bande-annonce

Notes Techniques

SonImagePackagingMenuBonus
5/55/54/54/54/5

Notes de Prod.

Notes de production4 étoiles

1997 - « Touching From A Distance »

L’aventure de Control débute en 1997 dans une librairie, quand le producteur achète le livre « Touching from a distance » de Deborah Curtis, la biographie de la courte vie de son mari, Ian Curtis, le chanteur de Joy Division. Elle débute avec l’adolescence de Ian Curtis à Macclesfield, petite ville proche de Manchester en Angleterre.

Le monde de Joy Division4 étoiles

Rob Gretton
Célèbre DJ de Manchester (à Rafters), qui devint le manager de Joy Division en mai 1978, puis celui de New Order.
Il aida Joy Division à arriver à maturité, organisant pour eux de nombreux concerts et étant toujours très attentif à préserver leur indépendance artistique. Protégé par le « gentil géant », le groupe atteignit un statut culte, puis réussit à survivre à la mort de Ian, en tant que New Order. Rob était partenaire dans Factory et l’homme derrière l’Hacienda, le Club le plus connu de Manchester.

Notes d’intention du réalisateur Anton Corbijn3 étoiles

« Control est un film personnel. Ce n’est pas un film musical, du moins pas pour moi. J’ai tout d’abord refusé le projet de peur d’en faire un film musical. Au fil des ans, j’ai photographié de nombreux musiciens, et on m’a collé l’étiquette « photographe de rock ». Je savais donc comment le film pourrait être perçu.

A Propos du film2 étoiles

, photographe mondialement reconnu est aussi réalisateur de vidéo-clips pour entre autre U2, Depeche Mode, New Order, Nirvana, Coldplay, Red Hot Chili Peppers...
« Control » est une fiction tournée entièrement en noir et blanc retraçant le parcours de Ian Curtis, leader mythique du groupe Joy Division, qui deviendra par la suite, à la mort de celui-ci, New Order.

Control : une bande-originale à écouter absolument…1 étoile

Décidément, Control, l’excellent « biopic » d’ sur le leader de Joy Division, n’a pas fini de faire parler de lui… Pour sa sortie, le film s’offre une petite expo assez touchante dans une boutique Agnès B. de Paris et mise sur une bande-originale des plus réussies. On ne vous le dira jamais assez : il FAUT aller voir Control, au risque de passer à côté d’un des meilleurs films de cette rentrée… Et si vous ne voulez pas vous sentir couillon quand tous vos collègues, amis, cousins vous en parleront…

Les avis sur le film Control