CommeAuCinema

Cow boy

    en DVD le 11 Juin 2008
Attention, humour belge au programme !
Un film de avec , , (France)
Genre : Comedie Dramatique - Duree : 1H36 mn
Distributeur : UGC - Editeur DVD : UGC Vidéo
Sortie à la Vente en DVD le 11 Juin 2008
Sortie en salles le 05 Décembre 2007
Année de production : 2006
Avis spectateurs : 2 étoiles 2.48/5(111 notes)

Résumé du film Cow boy

Daniel Piron a le blues. Son couple est monotone, ses idéaux se sont envolés* même son travail de journaliste est une farce. La seule idée qui le galvanise encore est de retrouver et de filmer Tony Sacchi, héros révolutionnaire de sa jeunesse.
A travers cette aventure, Daniel voudrait réhabiliter le jeune homme ardent et engagé qu’il était. Mais, hélas pour lui, Sacchi est devenu un gigolo cynique.
Au bout d’une épopée tragi-comique, Daniel Piron finira-t-il par comprendre qu’il faut assumer ses désillusions pour se retrouver ?

Bande annonce et vidéos (7 vidéos )

Galerie Photos ( 17 photos )

  • Cow boy
  • Cow boy
  • Cow boy
  • Cow boy
  • Cow boy
  • Cow boy
  • Cow boy
  • Cow boy
  • Cow boy
  • Cow boy
  • Cow boy
  • Cow boy
  • Cow boy
  • Cow boy
  • Cow boy

Les avis sur le film Cow boy

 

    Notre critique : Cow boy

      Attention, humour belge au programme !

    • Comme Au Cinema
      Comme Au Cinema
      0 étoile
      Ce n’est un secret pour (presque) personne, avant de se faire remarquer par son drôlement touchant LES CONVOYEURS ATTENDENT, Benoît Mariage avait pu aiguiser sa plume et son objectif du côté de l’émission belge culte : Strip-tease.
      Pas étonnant alors que, face aux (més)aventures de Daniel Piron (journaliste raté, persuadé que son regard avisé sur le monde et la société se doit d’éclater au grand jour) nous rappelle furieusement les soirées télé-réalité old school.

      Ainsi, il n’est pas non plus surprenant de retrouver dans Cow Boy la terrible loupe grossissante qui rend les anonymes si cruellement risibles… et de revivre le même malaise que devant notre petit écran. Pourtant, à travers la quête de vérité du personnage de Poelvoorde – qui n’hésitera rapidement pas à orchestrer la réalité pour la rendre plus cinématographique et donc « plus vraie » - c’est une intéressante critique de l’intelligentsia bobo de gauche, convaincue de comprendre le petit peuple mieux qu’il ne pourrait se connaître lui-même, mais finalement à côté de la plaque.
      Et c’est d’ailleurs en réussissant le difficile équilibre entre cynisme, pessimisme et ironie que Mariage préserve l’humanité de ses personnages et, accessoirement, fait passer les longueurs de son film. Grâce à son regard acéré et aguerri, mais également plein de respect et d’empathie, il nous évite de tomber dans la moquerie gratuite et pointe intelligemment la crise de la création et de l’information. Aveuglé par son propos et son égo, Daniel Piron/Don Quichotte finit par s’exclure tristement de ses ouailles alors que son objectif premier était de capturer « fraternité » et « partage ».

      A ce propos… Un artiste qui se perd ? Filez lire l’entretien de Benoît Poelvoorde qui suit : l’honnêteté et la lucidité dont il fait preuve concernant sa carrière risquent de vous surprendre.

    Critiques : Cow boy 3 étoiles

    • CinéLive
      CinéLive
      4 étoiles
      "Une comédie magistrale et grinçante, aussi triste que la vie peut l’être parfois(…)."
      Marc Toullec (article entier disponible dans Cinélive n°118, page 48)
    • L'express
      L'express
      4 étoiles
      " (…) Benoît Mariage préfère creuser l’humanité de son personnage principal, mélange d’aigreur et de générosité, d’ambition et de désarroi. Un cadeau en or pour Poelvoorde (...)"
      C. Ca (article entier disponible dans L'express Styles n°2944, page 85)
    • Le Parisien
      Le Parisien
      3 étoiles
      "(…) bijou de comédie grinçante (…)."
      Hubert Lizé (article entier disponible dans Le Parisien du 05/12/07)
    • 20 Minutes
      20 Minutes
      3 étoiles
      " (…) cette chronique est pétrie d’une humanité qui fait aimer ses personnages jusque dans leur faiblesses "
      Caroline Vié (article entier disponible dans 20 Minutes du 05/12/2007)
    • Le Point
      Le Point
      3 étoiles
      " Benoît Mariage n’est dépourvu ne d’humour ni de talent corrosif. Malgré quelques fâcheuses baisses de rythme, il confirme ses excellentes dispositions avec cette comédie grinçante (…)"
      O.D.B. (article entier disponible dans Le Point n°1838, page 116)

    Caractéristiques du DVD

    Image : DVD 9 - 16/9 compatible 4/3
    Son : Dolby Digital 5.1 Français

    Notes de Prod.

    Notes de tournage

    18 octobre 2005 - Un Cow-boy nommé Poelvoorde.
    Pour les besoins du film Cow Boy, dont le tournage vient tout juste de débuter à Charleroi en Belgique, l'acteur s'est mis dans la peau d'un journaliste. Cow Boy n'est donc pas un western mais une comédie dramatique. Le film, réalisé par (Les Convoyeurs Attendent) et produit par K-Star pour 7,8 millions d'euros, raconte l'histoire de Daniel, journaliste en pleine crise existentielle qui anime des émissions sur la sécurité routière. C'est là qu'il rencontre Sacchi, qui avait détourné un car scolaire 25 ans auparavant... de quoi inspirer Daniel !

    Entretien avec Benoît Poelvoorde

    Qu’ est - ce que ça vous a fait de retrouver 8 ans après Les Convoyeurs Attendent ?
    Certes, nous étions loin l’un de l’autre au cinéma, mais dans la vie, on habite à côté ! À l’origine, je ne devais pas faire son troisième film, mais étant donné que son deuxième, L’autre, était très dramatique, il a voulu revenir vers un univers plus léger. Il m’a alors envoyé des extraits de la prise d’otages et m’a dit qu’il me voulait dans le rôle du journaliste. J’ai immédiatement accepté car nous nous comprenons assez vite, même si nous sommes très différents. Et puis il y avait également le plaisir de retrouver le cinéma belge.

    Entretien avec Benoît Mariage

    Le 5 décembre sortira Cow-boy, portrait doux-amer de la Belgique, du couple et d’un homme en crise. Comment est née l’idée de Cow Boy ?
    D’un fait précis : la télévision de service publique belge (R.T.B.F.) a fêté ses cinquante ans il y a quelques années et lors de la soirée de célébration, ils ont rediffusé tous les faits saillants de ce demi-siècle wallon, dont cette prise d’otage qui s’était déroulée le 14 novembre 1980 lorsque j’avais 17 ans. À l’époque, elle avait énormément marqué les esprits. C’était quand même incroyable pour la Belgique de voir ce type de 21 ans monter dans un bus scolaire en tenue d’Elvis Presley, une winchester à la main et braquer tout le monde en disant : « maintenant on va à la télévision et je vais dénoncer les injustices de ce pays ». Ses deux acolytes avaient un aquarium et prétendaient que c’était une bombe, tandis qu’il s’adressait à la foule en dénonçant les écarts de richesse. C’était une image assez forte pour une partie de la jeunesse qui s’est dit : “ok, il est un peu barge, mais il est plutôt sympathique et pertinent dans le fond”. En février 81, après un an de préventive, Michel Strée est devenu l’icône des groupuscules révolutionnaires belges et s’est fait juger durant un procès d’assises très médiatique où un brillant avocat lui a permis d’être acquitté. En revoyant ces images, je me suis dit que ce type voulait avoir la parole à la télévision et qu’il ne l’avait jamais eue, donc pourquoi ne pas le faire ressurgir des mémoires 25 ans plus tard ?

    Julie Depardieu et Gilbert Melki vus par Benoît Mariage

    Julie Depardieu (Christelle Piron) vue par Benoît Mariage
    “Je ne l’ai pas choisie en capitalisant sur le couple qu’elle formait avec Benoît dans Podium, comme certains l’ont sous-entendu. Mais je lui cherchais une femme qui lui corresponde et avec qui, il ait l’air de former un vrai couple. Comme ils sont très amis dans la vie, il y a beaucoup de naturel dans leur relation. Et puis, j’aime énormément son visage un peu lunaire. Je la trouve très douce. Dans le film, on sent qu’elle rêve du prince charmant, que ce n’est pas une fille super affirmée. Je me suis dit qu’elle avait épousé Daniel parce qu’il devait faire des manifs à la sortie de la fac et qu’elle cherchait une figure héroïque, un guide.”