CommeAuCinema

Doomsday

    en DVD le 22 Octobre 2008
Un film de avec , , , ,
Titre original : DOOMSDAY (Etats-Unis)
Genre : Thriller, Action - Duree : 1H50 mn
Distributeur : SND - Editeur DVD : M6 Vidéo
Sortie à la Vente en DVD le 22 Octobre 2008
Sortie Blu-Ray le 22 Octobre 2008
Sortie en salles le 02 Avril 2008
Année de production : 2008
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.75/5 (134 notes)

Résumé du film Doomsday

Un terrible virus annihile 90% des habitants en Ecosse. Pour endiguer l'épidémie, le gouvernement anglais construit un mur infranchissable. L'Ecosse est désormais un no man's land barbare et violent où les survivants sont coupés du monde.
Lorsque 30 ans après le même virus réapparaît au coeur de Londres, un commando de choc part en mission suicide rechercher un éventuel vaccin au coeur d'une Ecosse contrôlée par des gangs rivaux.

Bande annonce et vidéos (8 vidéos )

Galerie Photos ( 48 photos )

  • DoomsdayDoomsdayDoomsdayDoomsday
  • DoomsdayDoomsdayDoomsday
  • DoomsdayDoomsdayDoomsday
  • DoomsdayDoomsdayDoomsday
  • DoomsdayDoomsdayDoomsdayDoomsday
  • DoomsdayDoomsdayDoomsday
  • DoomsdayDoomsdayDoomsday
  • DoomsdayDoomsdayDoomsdayDoomsday
  • DoomsdayDoomsdayDoomsday
  • DoomsdayDoomsdayDoomsdayDoomsday
  • DoomsdayDoomsdayDoomsdayDoomsday
  • DoomsdayDoomsdayDoomsdayDoomsday
  • DoomsdayDoomsdayDoomsdayDoomsdayDoomsdayDoomsday

Critiques : Doomsday 1 étoile

  • L'écran fantastique
    L'écran fantastique
    3 étoiles
    " Mise en scène inventive et dynamique. "
    Yves Rivard (article entier disponible dans L'écran fantastique n°286, page 17)
  • Mad Movies
    Mad Movies
    3 étoiles
    " Le fanboy amoureux de spectacle destroy ne pourra décemment ignorer le plaisir purement bis procuré par un barbecue humain sur fond de Fine Young Cannibals et de Siouxsie And The Banshees. "
    Laurent Duroche (article entier disponible dans Mad Movies n°208, page 30)
  • Télérama
    Télérama
    1 étoile
    " Neil Marshall (…) perd tout crédibilité… "
    (article entier disponible dans Télérama n°3040, page 58)
  • CinéLive
    CinéLive
    1 étoile
    " Marshall s’adonne avec voracité à la baston et aux effets spéciaux. Du cinéma amusant mais périmé. "
    M.T. (article entier disponible dans Cinélive n°123, page 50)

Caractéristiques du DVD

Image : DVD 9 - 16/9 compatible 4/3 – Format 1.85
Son : Dolby Digital 5.1 et Stéréo Anglais, Français
Sous-titres : Français

Bonus :
- Commentaire audio de
- Making of des effets visuels (8 min)
- Armes, gadgets et véhicules : un véritable arsenal (20 min)
- Autopsie du film: making of (17 min)

Notes Techniques

SonImagePackagingMenuBonus
4/54/53/53/53/5

Notes de Prod.

Notes de production

Après Dog Soldiers et The Descent, signe son projet le plus ambitieux à ce jour, mêlant séquences d’actions spectaculaires, intrigue futuriste et décors apocalyptiques. Mais contrairement à la plupart des cinéastes du genre qui font massivement appel aux effets infographiques, Marshall tenait à réaliser son film « à l’ancienne. »

Visions de l’avenir

« Dans mes deux premiers films, j’ai été amené à travailler avec une équipe réduite, » reprend le réalisateur. « Au maximum, je me suis retrouvé à diriger une vingtaine de figurants, alors que sur Doomsday, j’ai eu recours à une cinquantaine de figurants dès le premier jour et près d’un millier plus tard. Nous avons tourné dans plusieurs décors différents, de la rue à la forêt, en passant par la montagne, un château et un bateau. J’allais donc considérablement changer d’échelle. Cela m’a semblé intimidant au départ, mais je savais que cela serait une aventure formidable. » Marshall décide alors de faire appel à plusieurs de ses collaborateurs fidèles, comme le directeur de la photo Sam Mccurdy, le chef-décorateur Simon Bowles et le superviseur maquillage prosthétique Paul Hyett. « J’aime bien travailler avec mes copains et ils se renouvellent à chaque film. Nous avons une vraie complicité sur le tournage qui rejaillit sur l’ensemble des comédiens et des techniciens. C’était un vrai défi pour nous tous. »

Des comédiens d’aujourd’hui pour un monde de demain

Lorsque Marshall a achevé un premier traitement il y a cinq ans, celui-ci s’attachait au personnage du commandant Eden Sinclair. « Cette femme est un soldat qui ne fait pas de sentiment, une tueuse impitoyable qui vit dans un avenir proche et qui a perdu son âme, » observe le réalisateur. « Elle est un produit du système dans lequel elle a grandi, mais elle a un passé à part et elle intervient dans l’histoire par un biais émotionnel. Sa mission – trouver le vaccin contre le virus mortel – va lui permettre de se racheter. Il faut qu’elle retrouve son humanité et ce qu’elle a perdu quand elle était petite fille. Sa vie a pris un tournant inattendu à cause du virus et de ses conséquences sur le pays. Du coup, elle est devenue très indépendante puisqu’elle n’avait personne pour s’occuper d’elle. Elle a appris à se battre dans la rue et à se mesurer à des hommes. »

Un virus des plus répugnants

De toute évidence, l’agonie due au virus n’a rien de poétique. Marshall a de nouveau sollicité Paul Hyett, maquilleur prosthétique sur The Descent, pour imaginer le virus.
C’est ainsi qu’il a collaboré à l’ensemble des effets prosthétiques de Doomsday qui ont nécessité des dizaines de litres de sang. Les séances de maquillage du virus, baptisé « la Faucheuse », ont débuté dès le premier jour de tournage : un patient qui présente des symptômes est transporté dans un hôpital londonien, ce qui laisse craindre aux pouvoirs publics que le virus est réapparu. « Neil souhaitait que ça ait l’air aussi répugnant que possible, » se souvient Hyett. « On voulait donner le sentiment que si un malade vous toussait dessus, vous pouviez en mourir ! J’ai étudié les symptômes de plusieurs maladies, notamment de mycoses et de maladies vénériennes. On trouve toutes sortes de maladies de peau peu ragoûtantes sur Internet... » Hyett a ensuite effectué plusieurs essais caméra afin que Marshall puisse choisir l’aspect lui semblant le plus repoussant à l’image. Après réflexion, il les sélectionna tous, en demandant à Hyett de croiser les différents pustules, rougeurs, furoncles et plaies pour concocter le « style » de la Faucheuse. L’équipe n’a pas ménagé ses efforts pour qu’aucun détail répugnant ne soit épargné, s’attachant particulièrement à l’apparence des yeux (souvent négligés, selon Hyett). Les yeux ont ainsi été creusés, si bien qu’on a le sentiment que l’infection ronge la paupière. Des lentilles de contact ont également été utilisées pour en renforcer l’aspect jaunâtre.

Les avis sur le film Doomsday