CommeAuCinema

Duch, Le Maître des forges de l'Enfer

    en DVD le 02 Octobre 2012
Un film de (France)
Genre : Documentaire - Duree : 1H43 mn
Distributeur : Les Acacias - Editeur DVD : Édition Montparnasse
Sortie à la Vente en DVD le 02 Octobre 2012
Sortie en salles le 18 Janvier 2012
Année de production : 2011
Présenté en Sélection Officielle, Séance Spéciale au Festival de Cannes le 15 Mai 2011
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.7/5 (60 notes)
Présenté en Séance Spéciale lors du 64ème Festival International Du Film De Cannes 2011
Nommé au César du Meilleur Documentaire à la 38e Cérémonie Des César 2013
En 2009 Kaing Guek Eav dit Duch, a été le premier responsable khmer rouge présenté devant les Chambres Extraordinaires au sein des Tribunaux Cambodgiens (CETC). A la fin de son procès, Duch a demandé la relaxe. Néanmoins, il a été condamné à 35 années d'emprisonnement. Duch a fait appel. L'arrêt final sera rendu fin juin 2011.

Résumé du film Duch, Le Maître des forges de l'Enfer

Entre 1975 et 1979, le régime Khmer rouge a causé la mort d'environ 1,8 million de personnes soit un quart de la population du Cambodge.
Kaing Guek Eav dit Duch a dirigé M13, une prison des maquis khmers rouges, durant quatre années avant d'être nommé par l'Angkar («l'Organisation», entité sans visage et omniprésente qui règne sans partage sur la destinée de tout un peuple) au centre S21 à Phnom Penh. En qualité de secrétaire du parti à
S 21, il a commandé entre 1975 et 1979 cette machine de mort khmère rouge où périrent, d'après les archives restantes, au moins 12.380 personnes. Mais combien d'autres ont disparu,
« écrasées, réduites en poussière », sans qu'on ait retrouvé leur trace.
En 2009 Kaing Guek Eav dit Duch, a été le premier dirigeant de l’organisation Khmère rouge présenté devant une cour de justice pénale internationale.

Duch dévoile ici comment il estime y avoir pleinement rempli sa mission et les raisons qui l'ont conduit à commander M13 puis S21 :
- Sa foi en l'idéologie de l'Angkar
- Son obsession du travail bien fait, le culte de la hiérarchie et le souci d’être apprécié par ses chefs.
- Sa passion du pouvoir, de la discipline et de l'organisation.
- Ses talents de pédagogue, attaché à former les parfaits ouvriers d'un crime collectif et silencieux.
- Son instinct de survie, ses regrets, sa peur de la mort.
recueille sa parole nue, sans fioritures, dans l'isolement d'un tête-à-tête. Parallèlement il la met en perspective avec des images d'archives et des témoignages de survivants. Implacablement, au fil du récit, se dessine la machine infernale d'un système de destruction de l'humain à travers la description maniaque de ses minutieux rouages.

Bande annonce et vidéos (7 vidéos )

Galerie Photos ( 11 photos )

  • Duch, Le Maître des forges de l'EnferDuch, Le Maître des forges de l'EnferDuch, Le Maître des forges de l'EnferDuch, Le Maître des forges de l'Enfer
  • Duch, Le Maître des forges de l'EnferDuch, Le Maître des forges de l'EnferDuch, Le Maître des forges de l'EnferDuch, Le Maître des forges de l'Enfer
  • Duch, Le Maître des forges de l'EnferDuch, Le Maître des forges de l'EnferDuch, Le Maître des forges de l'Enfer

Critiques : Duch, Le Maître des forges de l'Enfer 3 étoiles

  • Les Cahiers du Cinéma
    Les Cahiers du Cinéma
    4 étoiles
    " (...) Le film montre parfaitement les louvoiements pathétiques de cet homme à l'intérieur de la vérité (...). "
    Cyril Béghin (article entier disponible dans Les cahiers du cinéma n°674, page 35).
  • Télérama
    Télérama
    4 étoiles
    " Un document bouleversant. "
    N.Di. (article entier disponible dans Télérama n°3236, page 59)
  • VSD
    VSD
    4 étoiles
    " L'occasion rare de côtoyer le mal dans toute sa banalité et son horreur, incarné par Duch, (...). Sa défense pathétique face aux témoins, surveillants et torturés, glace les sangs."
    (article entier disponible dans VSD n°1795, page 60)
  • Première
    Première
    3 étoiles
    " Le mal à l’état pur. "
    P.J. (article entier disponible dans Première n°418/419, page 65.)
  • Le Nouvel Observateur
    Le Nouvel Observateur
    3 étoiles
    " La vérité d'un tortionnaire contre la vérité d'une victime. (...). "
    Pascal Mérigeau (article entier disponible dans Le Nouvel Observateur n°2463, page 112)

Caractéristiques du DVD

Bonus :
Gibier D’élevage, Un film de , d’après l’œuvre de Kenzaburô Ôé (2011 – 1h50)

Notes de Prod.

Reconstitution de la scène de crime

L’homme n’a résolument rien du monstre froid auquel on aurait pu ou voulu s’attendre. Calme, intelligent, plutôt fin mais juste un peu trop policé pour paraitre raffiné, il démultiplie les efforts pour séduire son interlocuteur avec l’espoir visible d’emporter son adhésion. Il a le temps pour lui, et la méthode surtout. Il a su mettre à profit ses qualités d’enseignant et son expérience de formateur pour aujourd’hui encore utiliser la même méthode pour à la fois nous faire comprendre comment l’on tuait à S 21 et nous imposer le rythme de ses réponses. La langue elle-même se fait complice de son désir de plaire, elle cisaille chaque terme avec la précision de l’orfèvre pour surtout ne rien édulcorer des faits. « Vous voulez savoir comment les choses se passaient à S21, qu’à cela ne tienne vous saurez tout, je n’ai rien à cacher. Je vous en dirai même plus que vous n’aimeriez savoir, je ferai de vous les témoins attentifs, et impuissants, de ce qui s’y passait, je ne vous épargnerai rien, pas même les détails comme à aucun de ceux qui sont passés ici » semble-t-il nous dire.

Film sans procès, procès sans film

Chaque jour, ou presque, est venu se mettre en première ligne dans la galerie du public, et au ras du sol. Le cinéaste s’assoit toujours à la même place : deuxième siège à gauche, au premier rang du parterre central. De là, il a la tête au niveau des chevilles des acteurs principaux du procès, mais il peut voir tout le monde, accrocher le regard de Duch, et visionner à deux mètres de lui un écran sur lequel défile le film officiel des débats judiciaires.

Les avis sur le film Duch, Le Maître des forges de l'Enfer