CommeAuCinema

Essential Killing

    en DVD le 20 Septembre 2011
Un film de avec et (Pologne)
Genre : Thriller, Guerre - Duree : 1H23 mn
Distributeur : Surreal Films - Editeur DVD : Studio Canal Video
Sortie à la Vente en DVD le 20 Septembre 2011
Sortie Blu-Ray le 20 Septembre 2011
Sortie en salles le 06 Avril 2011
Année de production : 2010
Avis spectateurs : 2 étoiles 2.4/5 (113 notes)
Prix Spécial du Jury et Prix de la Meilleure Interprétation Masculine pour au 67ème Festival International Du Cinéma De Venise 2010

Résumé du film Essential Killing

Capturé par les forces américaines en Afghanistan, Mohammed est envoyé dans un centre de détention tenu secret.
Lors d’un transfert, il réchappe d’un accident et se retrouve en fuite dans une forêt inconnue.
Traqué sans relâche par une armée sans existence officielle, Mohammed fera tout pour assurer sa survie.

Bande annonce

Galerie Photos ( 5 photos )

  • Essential KillingEssential KillingEssential Killing
  • Essential KillingEssential Killing

Notre critique : Essential Killing

  • Comme Au Cinema
    Comme Au Cinema
    0 étoile
    Hélicoptères, vues aériennes, panorama désert de l'Afghanistan. Des troupes américaines contrôlent le territoire. Terré dans un canyon, fébrile, il dégomme trois G.I qui se grillaient tranquillement un pétard.
    Errant dans un immense paysage ensablé, il est mis à terre par un lance roquette et emmené dans ce que l'on suppose être une base secrète américaine. Interrogé et torturé, ni les autorités, ni nous spectateur, ne saurons qui est ce barbu mutique désorienté. Un terroriste ? Un taliban ?

    Cet afghan (on imagine) au regard perdu, parfois illuminé, parvient à s'échapper lors d'un transfert qui tourne mal. Adieu la chaude terre ocre afghane, bonsoir le paysage enneigé et glacial de l'Europe centrale (encore une fois on suppose). Une véritable chasse commence alors, notre fugitif se retrouve en lutte face à la nature, à autrui, et à lui-même ; désormais réduit à un état primitif, telle une bête sauvage se battant pour sa survie.
    Du piège à loup, aux baies toxiques, en passant par un lac gelé, cette forêt hostile (exaltée à l'écran) est un réel piège. Traqué par les forces américaines, prisonnier d'une nature féroce et d'un cadre maîtrisé, sa fuite prend vite les airs d'un chemin de croix, une sorte de quête de rédemption.

    "La guerre est décrétée pour toi bien qu'elle te soit odieuse. Mais il arrive que tu haïsses une chose qui t'es bonne et il arrive que tu aimes une chose qui t'es mauvaise."

    A chaque moment où ce "survivor" semble faiblir, apparaissent des flash back mystiques, voire oniriques. Des leçons de l'école coranique à celle qui semble être sa femme, ces "revival" l'arrachent à son instinct primitif et le ramènent, l'espace d'un instant, à sa condition d'homme. Ces moments humains sont de courte durée dans cette chasse à l'homme qui ne lui laisse aucun répits. Jusqu'à son arrivée ou plutôt son intrusion, dans une maison au fond des bois chez une inconnue (Emmanuelle Seigner) qui, le temps d'une jolie scène, apportera un certain réconfort à cet homme aux abois et de la chaleur au film. On aurait espéré que cette femme sourde et muette puisse lui inspirer quelques mots mais rien, et c'est mieux ainsi, c'eut été trop facile.
    Comme si sa vie n'avait à présent de sens que dans ce perpétuel combat, c'est naturellement que ce guerrier (dont on apprendra le nom au générique de fin seulement) reprendra sa route jusqu'à ce que la nature, que Dieu ait raison de lui.


    Radical, Vincent Gallo s'empare du rôle de façon bluffante, mettant en avant son côté animal et délaissant sa pudeur pour ainsi mieux servir son personnage. Prix d'interprétation masculine à la Mostra de Venise 2010 pour ce film, Gallo fait corps avec la nature et la caméra, parfois subjective, de Jerzy Skolimowski.
    Chez Skolimowski tout est beau, tout est magnifié. De l'insignifiante fourmis à une neige pure et scintillante. Instinctif, Essential Killing prouve que le film d'action n'est pas inaccessible pour le cinéma d'auteur.

Critiques : Essential Killing 4 étoiles

  • Télérama
    Télérama
    4 étoiles
    " Jerzy Skolimowski orchestre un thriller cosmique, hanté de bout en bout par Vincent Gallo. "
    Jacques Morice (article entier disponible dans Télérama n°3195, page 42)
  • Brazil
    Brazil
    4 étoiles
    "La réalisation est magnifique et hypnotique (…) Le film est une pure expérience sensorielle, jouant tour à tour sur des sons stridents et une musique lancinante, quasi muet, soulignant de fait le sentiment d’aliénation du personnage (…) Vincent Gallo est exceptionnel, sa prise de risques pour le film est évidente. (…) Une œuvre majeure et indispensable."
    Sylvain Blanchard (article entier disponible dans Brazil n°39, page 16)
  • Technikart
    Technikart
    4 étoiles
    " Au-delà d'évidentes hypothèses théoriques parfaitement disséminées, le film subjugue surtout par sa façon de faire s'entrechoquer action et contemplation. Régi par cet harmonie singulière, Essential Killing touche à une forme de poésie minimaliste qui a la profondeur et l'économie du haïku. "
    François Grelet (article entier disponible dans Technikart n°151, page 111)
  • Première (pour)
    Première (pour)
    4 étoiles
    " Essential Killing est un film de survie pourvu d’une sensibilité européenne, c’est-à-dire contenant une touche de sophistication proche du sarcasme. "
    Gérard Delorme (article entier disponible dans Première n°410, page 30.)
  • 20 Minutes
    20 Minutes
    4 étoiles
    " Expérience sensorielle intense brièvement éclairée par une apparition d'Emmanuelle Seigner, Essential Killing prouve que le réalisateur polonais de Travail au noir (1980) comme son acteur ont été vraiment habités par leur sujet. Magistral. "
    Caroline Vié (article entier disponible dans 20 Minutes du 06/04/2011)

Notes Techniques

SonImagePackagingMenuBonus
5/55/53/53/51/5

Test DVD

0 étoile

Si l'identité du personnage et ce qui l'a mené a tuer ces soldats américains n'est pas explicité c'est que ce n'est pas nécessaire. La preuve, ça n'entache rien à la qualité supérieure du film et ainsi nous pousse à l'abstraction pendant près de 1h20.
Alors pas de bonus, soit. Comme si le film se suffisait à lui-même. Et pourquoi pas ?

Notes de Prod.

Commentaires de Jerzy Skolimowski

Un drame imaginaire
J’aime me dire que je vis une existence paisible, loin du fracas de la frénésie de la ville, une vie de discrétion discrète, savourant un quasi-isolement très anglais. Après Quatre Nuits Avec Anna, je me suis amusé à imaginer un autre petit film qui se tiendrait dans les bois entourant ma maison, en Pologne. Et puis, un beau jour, une opération secrète de la CIA s’est soldée par un atterrissage fort remarqué dans les environs. Cet événement ne pouvait que m’inspirer le drame qui allait devenir Essential Killing. A l’évidence, ce film ne relate pas une histoire véridique, sans quoi celle-ci aurait fait la une de la presse mondiale, si toutefois ses détails avaient filtré des placards secret-défense du département des opérations spéciales. Cela étant dit, les appareils de l’armée américaine ayant atterri à moins de 20 kilomètres de l’endroit où je vis, la vraisemblance de la situation décrite dans le film m’a semblé passionnante lorsque j’ai commencé à en imaginer le déroulement.

un souvenir agréable- Jeremy Thomas (producteur)

Pour mon deuxième film en tant que producteur, j’ai retrouvé le héros des rings de Varsovie, le réalisateur si apprécié . J’avais en main une nouvelle de Robert Graves et un scénario de Michael Austin. Je connaissais le film Deep End (1970) et j’avais le sentiment que le regard que Jerzy portait sur l’Angleterre et tout ce qui l’incarnait ferait des merveilles sur Le Cri Du Sorcier. Après en avoir lu le scénario, il s’est écrié : « Je veux le faire, et je veux filmer ce match de cricket ! » Je découvrirais plus tard que le cricket était un sport auquel il ne connaissait rien. L’histoire m’évoquait des vacances d’été dans les paysages magnifiques du North Devon. Avec l’aide de grands acteurs et d’excellents collaborateurs, Jerzy en a fait un film formidable qui a obtenu le Grand prix du Jury au Festival de Cannes. Je suis très enthousiaste à l’idée de travailler à nouveau avec Jerzy, tant d’années plus tard, sur un projet aussi audacieux qu’Essential Killing.

Les avis sur le film Essential Killing