CommeAuCinema

Hara-Kiri : Mort d’un samouraï

    en DVD le 05 Novembre 2012
Un film de avec , et .
Titre original : ICHIMEI (Japon)
Genre : Drame - Duree : 2H5 mn
Distributeur : Rezo Films - Editeur DVD : Bodega films
Sortie à la Vente en DVD le 05 Novembre 2012
Sortie Blu-Ray le 05 Novembre 2012
Sortie en salles le 30 Novembre 2011
Année de production : 2011
Présenté en Sélection Officielle au Festival de Cannes le 19 Mai 2011
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.74/5 (66 notes)

Résumé du film Hara-Kiri : Mort d’un samouraï

Voulant mourir dignement; un samouraï sans ressources, Hanshiro, demande à commettre un suicide rituel dans la résidence du clan Li, dont l'intendant est Kageyu, un guerrier forte tête. Essayant de décourager Hanshiro, Kageyu lui conte l'histoire tragique d'un jeune ronin, Motome, venu récemment avec la même requête. Hanshiro est traumatisé par les détails horrifiants du sort qui fut réservé à Motome mais il persévère dans sa décision de mourir dans l'honneur. Au moment de commettre hara-kiri, il présente une ultime requête : il désire être assisté dans son acte par trois lieutenants de Kageyu, qui sont absents tous les trois, par une étrange coïncidence. Méfiant et furieux, Kageyu demande à Hanshiro de s'expliquer. Ce dernier révèle ses liens avec Motome et livre le récit doux-amer de leurs vies. Kageyu comprendra bientôt que Hanshiro s'est lancé dans une épreuve de force par esprit de vengeance.

Acteurs et Actrices : Hara-Kiri : Mort d’un samouraï

Bande annonce et vidéos (5 vidéos )

Galerie Photos ( 22 photos )

  • Hara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraï
  • Hara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraï
  • Hara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraï
  • Hara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraï
  • Hara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraïHara-Kiri : Mort d’un samouraï

Critiques : Hara-Kiri : Mort d’un samouraï 3 étoiles

  • Première
    Première
    3 étoiles
    " Jamais là où on l'attend, Miike met la violence en veilleuse et se concentre, avec une sensibilité inattendue, sur les aspects intimes d'un drame qui prend une dimension familiale. "
    G.D. (article entier disponible dans Première n°417, page 58.)
  • Positif
    Positif
    3 étoiles
    " Tel quel, avec ses dégradés de blanc, de rouge et de noir, ses jardins de pierres et ses forêts automnales, le film nous apparaît effectivement splendide. "
    A.Go. (article entier disponible dans Positif n°610, page 43)
  • Les Cahiers du cinéma
    Les Cahiers du cinéma
    3 étoiles
    " La manière dont les récits s'enchâssent et prennent leur temps a ici quelque chose de suranné. Cette lente maturation des événements est précisément ce qui accroît la force du mélodrame et donne au film des allures de méditation sur les travers du destin et la méchanceté des hommes. "
    Jean-Sébastien Chauvin (article entier disponible dans Les cahiers du cinéma n°673 page 32).

  • TéléCinéObs
    TéléCinéObs
    3 étoiles
    " La violence s'y déploie comme un venin infuse un corps malade. "
    G.L. (article entier disponible dans TéléCinéObs n°2456, page 30)
  • Les Inrocks
    Les Inrocks
    3 étoiles
    " (...) Miike réalise un mélodrame sobre (...) dans une mise en scène fluide, précise, coupante, l'énergie contenue une heure trente durant. "
    Jacky Goldberg (article entier disponible dans Les Inrocks n°835, page 93)

Critique Cannoise : Hara-Kiri : Mort d’un samouraï 3 étoiles

  • 20 Minutes
    20 Minutes
    3 étoiles
    "Takashi Miike a mis l'eau dans son saké (...) Un remake magnifique du film éponyme réalisé en 1962 par Masaki Kobayashi dont il retrouve la flamboyance."
    Caroline Vié (article entier disponible dans 20 Minutes du 20/05/2011)
  • Libération
    Libération
    3 étoiles
    " la technique du tournage en double caméra et la projection en relief servent ici les intérêts d’un cinéma qui ne cherche pas directement les effets de grand huit des productions hollywoodiennes, mais bien une expérimentation des ressources artistiques d’une nouvelle technologie"
    Dider Péron (article entier disponible dans Libération du 20/05/2011)
  • Le Monde
    Le Monde
    3 étoiles
    " L'une des forces d'Hara-kiri réside dans une virtuosité scénaristique qui joue de la mise en abyme et du flash-back. (…) Le propos n'est pas moins stupéfiant, qui atomise la culture traditionnelle des codes chevaleresques. "
    Jean-Luc Douin (article entier disponible dans Monde du 20/05/2011)

Notes de Prod.

Le Chambara

Dans une production japonaise qui pendant des années se répartit entre films en costumes ou historiques et sujets contemporains, le film Chambara, ou film de samouraï, est un genre roi, avant d’être victime du déclin global de la production, de l’arrivée de la télévision et d’une remise en question des valeurs qui avaient construit le genre. Dès les années 1920, le genre du Chambara, à l’intérieur du Jidai-Geki, est florissant. Il doit beaucoup à quelques metteurs en scène célébrés comme Ito Daisuke, Makino Masahiro puis son fils Shozo, Itami Mansaku, et une grande vedette, Okochi Denjiro. Dans les films de Chambara, les scènes d’action sont attendues du public. Leur dynamisme est époustouflant, filmé souvent de loin pour permettre de contempler le développement de la chorégraphie martiale. Le héros, volontiers solitaire, est assailli par une nuée de sabreurs, auquel il parvient à échapper soit par une course effrénée où tombent un à un ses adversaires, soit par une utilisation remarquable des décors où les sabreurs traversent les minces cloisons dans des corps à corps sanglants. Les films sont déjà très noirs, parfois nihilistes, comme Le Journal De Voyage De Chuji(Ito Daisuke, 1927), mais le pessimisme est souvent lié à la seule personnalité du héros quand, dans les années 1950-1960, il deviendra social et politique.

Quelques mots de Takashi Miike

CE QUI ENFLAMME LE CŒUR

Le hasard a fait qu’après 13 Assassins, j’ai décidé de refaire un film qui soit lui aussi une épopée, mais je n’ai pas l’intention de me cantonner à ce genre cinématographique. Ce qui compte, c’est la qualité plutôt que la quantité. Par qualité je veux dire ce qui enflamme le cœur ou permet de se sentir libre pendant le tournage. A l’inverse, à l’automne prochain, je réaliserai une fiction télévisée destinée à passer en deuxième partie de soirée avec un budget ultra modeste. Mais les films à petit budget procurent une excitation qu’on ne ressent que dans ces projets-là.

Les avis sur le film Hara-Kiri : Mort d’un samouraï