CommeAuCinema

Inside Llewyn Davis

    en DVD le 11 Mars 2014
De la folk sauce Coen
Un film de et avec , , , , (Etats-Unis)
Genre : Drame - Duree : 1H45 mn
Distributeur : Studio Canal - Editeur DVD : Studio Canal
Sortie à la Vente en DVD le 11 Mars 2014
Sortie Blu-Ray le 11 Mars 2014
Sortie en salles le 06 Novembre 2013
Année de production : 2013
Présenté en Sélection Officielle au Festival de Cannes le 19 Mai 2013
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.55/5 (51 notes)
- Grand Prix du 66ème Festival International Du Film De Cannes 2013

- Meilleur Film au Gotham Independent Film Awards 2013

- Meilleur scénario original au National Board Of Review Awards 2013

- Deux nominations à la 86ème Cérémonie Des Oscars 2014 : Meilleure Photographie, Meilleur Mixage sonore

Résumé du film Inside Llewyn Davis

Inside Llewyn Davis raconte une semaine de la vie d'un jeune chanteur de folk dans l'univers musical de Greenwich Village en 1961.
Llewyn Davis () est à la croisée des chemins. Alors qu'un hiver rigoureux sévit sur New York, le jeune homme, sa guitare à la main, lutte pour gagner sa vie comme musicien, et affronte des obstacles qui semblent insurmontables -- à commencer par ceux qu'il se crée lui-même. Il ne survit que grâce à l'aide que lui apportent des amis ou des inconnus, en acceptant n'importe quel petit boulot. Des cafés du Village à un club désert de Chicago, ses mésaventures le conduisent jusqu'à une audition pour le géant de la musique Bud Grossman -- avant de retourner là d'où il vient...

Rechercher les séances : Inside Llewyn Davis

Ce film est projeté dans 1 salle en France

Bande annonce et vidéos (3 vidéos )

Galerie Photos ( 40 photos )

  • Inside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn Davis
  • Inside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn Davis
  • Inside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn Davis
  • Inside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn Davis
  • Inside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn Davis
  • Inside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn Davis
  • Inside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn Davis
  • Inside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn Davis
  • Inside Llewyn DavisInside Llewyn DavisInside Llewyn Davis
  • Inside Llewyn Davis

Notre critique : Inside Llewyn Davis

    De la folk sauce Coen

  • Comme Au Cinema
    Comme Au Cinema
    0 étoile
    Le grand oublié des récentes cérémonies des Golden Globes et des Oscars, le dernier long métrage des frères Coen trouvera son réconfort dans les bacs.

    Comme pour chaque film, Joel et Ethan Coen créent l'événement et une fois de plus c'est une réussite totale ! Fans de country, folk songs et de l'univers musical des années 60, les Coen nous embarquent dans une épopée délicieuse au coeur du Greenwich Village de 1961. Nostalgie et mélancolie prennent tout leur sens dans ce New York grisâtre, chargé du blues des jeunes artistes qui veulent encore croire à leurs chances de percer. Grâce à l'image du français Bruno Delbonnel, Inside Llewyn Davis fait la part belle à tout l'aspect technique du long métrage.

    Mais ce n'est pas tout, en plus de se plonger dans un univers musical plus ou moins connu, c'est dans un univers de précarité que les frères Coen nous transportent. A travers Llewyn Davis, le message est fort : la musique ne fait pas tout, en dépit de la passion. Mais pas de film coup de gueule, c'est avec leur plume acérée que les réalisateurs ont mis sur pied un personnage mémorable du looser, malchanceux qui enchaîne les tuiles, formidablement interprétée par Oscar Isaac, véritable révélation. Le scénario oscillant toujours entre humour et décrépitude, il réussit une performance tantôt hilarante, tantôt intense et sobre, sans parler des morceaux musicaux enregistrés en live. Une prouesse à l'unisson renforcée par l'escouade Justin Timberlake, Adam Driver, Carey Mulligan qui groovent avec un naturel déconcertant.

    D'ailleurs, dans les bonus disponibles sur le DVD, c'est principalement la place que prend la musique qui est le plus développée. De par la collaboration de Marcus Mumford et Justin Timberlake, jusqu'au choix d'Oscar Isaac dans la peau du protagoniste. L'équipe du film raconte le cheminement artistique et musical grâce auquel découle cette ode au genre musical, qui nous donne le blues et l'envie de se replonger dans les premiers albums de Bob Dylan et consorts.
    Et comme pour tout bijou signé Coen, les seconds rôles sont tout aussi travaillés que les principaux : John Goodman, Garrett Hedlund... apportent chacun leur pierre à l'édifice, dans ce chemin de galérien qu'arpente le personnage d'Oscar Isaac. C'est définitivement la finesse du scénario qui exploite tous les atouts de l'intrigue et de ses acteurs qui fait de Inside Llewyn Davis une vraie réussite dans le domaine "musical". Une rencontre de blues qui nous fait sourire, qui nous émeut et qui nous prend aux tripes à la moindre vocalise d'Oscar Isaac, émissaire de la folk song.

    Une nouvelle performance pour les frères Coen, qui ne sont pas près de nous décevoir. Avec cette déclaration d'amour 100% américaine, ils nous séduisent, nous ensorcèlent, nous font rire et réfléchir, et tout cela en musique, s'il vous plaît.

Critiques : Inside Llewyn Davis 4 étoiles

  • Le Monde
    Le Monde
    4 étoiles
    "L'un des films musicaux les plus touchants de l'histoire du cinéma"
    Jacques Mandelbaum (Article entier disponible dans Le Monde du 06/11/2013)
  • Metro
    Metro
    4 étoiles
    "La révélation masculine de l'année (dans) le nouveau bijou des frères Coen"
    Medhi Omaïs (Article entier disponible dans le Metronews du 06/11/2013)
  • 20 Minutes
    20 Minutes
    4 étoiles
    "Jamais déçu, toujours surpris pourrait être la devise du fan des Frères Coen"
    Caroline Vié (Article entier disponible dans 20 Minutes du 05/11/2013)
  • Télérama
    Télérama
    4 étoiles
    "Avec Llewyn Davis, chanteur folk imaginaire du début des années 60, les Frères Coen ont trouvé leur champion de l'échec. (...) Oscar Isaac, bouleversant en créateur sincère, victime de son intégrité radicale."
    S.Douhaire (Article entier disponible dans Télérame n°3330, p54-55.)
  • Première
    Première
    4 étoiles
    "Suprêmement mis en scène, incroyablement ryhtmé, dialogué et interprété, le film se regarde à la fois comme la chronique affutée d'un changement d'époque et comme la meilleure enquête métaphysique menée par les Coen depuis No Country for Old Men"
    Frédéric Foubert (Article entier disponible dans Première n°441 p.30)

Critique Cannoise : Inside Llewyn Davis 2 étoiles

  • Le Monde
    Le Monde
    3 étoiles
    "Les Coen ont porté à la perfection l'art de faire rire les uns des malheurs des autres et Inside Llewyn Davis est une comédie, vive et noire. "
    Thomas Sotinel le 20/05/2013 (article entier disponible sur le site Le Monde)
  • Télérama
    Télérama
    3 étoiles
    " Avec leur ton incisif et allusif, leur formidable sens du croquis (...), leur méticulosité visuelle (...), leur humour vache : les déambulations de Llewyn Davis (...) ressemblent à un défilé cocasse de contraintes répétitives. "
    Aurélien Ferenczi le 19/05/2013 (article entier disponible sur le site Télérama)

  • Les Inrocks
    Les Inrocks
    3 étoiles
    " Où situer Inside Llewyn Davis dans l’œuvre des frères Coen ? Sur le versant tendre, celui de A serious man. Tendre et évidemment cruel. Les dialogues sont somptueux, violents, claquent comme des coups de fouet. "
    Jean-Baptiste Morain le 19/05/2013 (article entier disponible sur le site Les Inrocks)
  • Le Point
    Le Point
    3 étoiles
    " Cette chronique de la dèche s'accompagne de dialogues virtuoses, d'improbables séquences musicales, de numéros d'acteur déjà cultes (...) dans une édition cannoise marquée par une météo dépressive et des sujets sinistres "Inside Llewyn Davis" fut un rayon de soleil scintillant. "
    Thomas Mahler (article entier disponible dans Le Point n°2123, page 132)
  • Libération
    Libération
    2 étoiles
    "(…) rien n’échappe à une sorte de super-professionnalisme de bon goût."
    D.P. (article entier disponible dans Libération du 19 mai 2013)

Notes Techniques

SonImagePackagingMenuBonus
4/54/54/54/54/5

Test DVD

DVD0 étoile

D'ailleurs, dans les bonus disponibles sur le DVD, c'est principalement la place que prend la musique qui est le plus développée. De par la collaboration de Marcus Mumford et , jusqu'au choix d' dans la peau du protagoniste. L'équipe du film raconte le cheminement artistique et musical grâce auquel découle cette ode au genre musical, qui nous donne le blues et l'envie de se replonger dans les premiers albums de Bob Dylan et consorts.
Lysiane Tréguier

Notes de Prod.

Notes de Tournage...

10 Janvier 2012 - Les choisissent

Nouveau visage phare d'Hollywood, rejoint et dans le prochain film de Joel et , annonce le quotidien spécialisé Variety. Dédié à la contre-culture musicale des années 60, il aura pour titre Inside Llewyn Davis.

L'univers de Llewyn Davis par Elijah Wald

Le Greenwich Village dans lequel évolue Llewyn Davis n’a rien de commun avec la scène folk florissante qui a vu naître le groupe Peter, Paul and Mary et révolutionné le monde de la musique lors du passage de Bob Dylan à l’électrique. C’est la scène folk des années sombres qui ont précédé les disques à succès et l’arrivée des gros capitaux, une époque où une petite bande de passionnés s’échangeait de vieilles chansons comme s’il s’agissait d’un langage secret. La plupart d’entre eux avaient grandi dans les rues de New York, ou dans les préfabriqués des banlieues de Long Island et du New Jersey, et tentaient d’échapper à l’ennui et au conformisme ambiant de l’Amérique des années 1950 sous la présidence Eisenhower. Certains étaient étudiants à l’université et habitaient toujours chez leurs parents, d’autres vivaient en colocation dans ce qui était encore le vieux New York des immigrants, dans les quartiers de Little Italy et du Lower East Side, où le loyer d’un deux-pièces miteux ne dépassait pas 25 ou 30 dollars par mois.

Les avis sur le film Inside Llewyn Davis