CommeAuCinema

J. Edgar

    en DVD le 11 Mai 2012
Un film de avec .
Titre original : J. EDGAR (Etats-Unis)
Genre : Biopic - Duree : 2H15 mn
Distributeur : Warner Bros - Editeur DVD : Warner Home Vidéo
Sortie à la Vente en DVD le 11 Mai 2012
Sortie Blu-Ray le 11 Mai 2012
Sortie en salles le 11 Janvier 2012
Année de production : 2012
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.55/5 (120 notes)

Résumé du film J. Edgar

J. Edgar Hoover s'est imposé comme l'homme le plus puissant des États-Unis. Directeur du FBI pendant près d'un demi-siècle, il était prêt à tout pour protéger son pays. Alors qu'il a côtoyé huit présidents et traversé trois guerres, Hoover s'est insurgé contre toutes sortes de menaces, qu'elles soient réelles ou fantasmées, et n'a pas hésité à contourner les lois dans l'intérêt de ses compatriotes. Ses méthodes, à la fois brutales et héroïques, lui ont valu l'admiration du monde entier qu'il convoitait par-dessus tout.

Hoover avait le culte du secret, particulièrement ceux des autres, et ne craignait pas d'utiliser ces informations confidentielles pour infléchir en sa faveur les rapports de force avec les dirigeants du pays. Conscient que les êtres de pouvoir maîtrisent le savoir et jouent avec la peur, il se servait des deux pour étendre son influence et se bâtir une réputation d'homme redoutable et infaillible.

Il était aussi discret sur sa vie privée qu'il l'était en public et n'accordait sa confiance qu'à un petit cercle de privilégiés. Son plus proche collègue, Clyde Tolson, était aussi celui qui passait le plus de temps à ses côtés. Sa secrétaire, Helen Gandy, sans doute la personne la mieux informée des stratégies de Hoover, lui est restée loyale jusqu'au bout … et même au-delà. Seule sa mère, qui était à la fois sa source d'inspiration et sa conscience, l'a abandonné : sa disparition a anéanti le grand homme qui a passé sa vie à rechercher son amour et son approbation.

J. Edgar explore le parcours et la vie privée d'un homme, capable de déformer la vérité comme de l'ériger en principe intangible, un homme qui s'est employé à défendre sa conception bien particulière de la justice, mais qui s'est aussi laissé contaminer par la part d'ombre du pouvoir…

Acteurs et Actrices : J. Edgar

Galerie Photos ( 75 photos )

  • J. EdgarJ. EdgarJ. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. EdgarJ. Edgar
  • J. EdgarJ. EdgarJ. Edgar

Critiques : J. Edgar 3 étoiles

  • Le Monde
    Le Monde
    3 étoiles
    " J. Edgar est une réussite, un film tourmenté et fascinant surgi des replis les plus ténébreux de l'histoire et de la psyché américaines. "
    Thomas Sotinel (article entier disponible dans Le Monde du 11/01/2012)
  • Libération
    Libération
    3 étoiles
    " Avec J. Edgar, il réalise sans doute un de ses films les plus ambitieux, bien aidé par un Leonardo DiCaprio magistral dans un registre mêlant l’antipathique au vulnérable qu’il maîtrise sur le bout des doigts. "
    Bruno Icher (article entier disponible dans Libération du 11/01/2012)
  • Télérama
    Télérama
    3 étoiles
    Pour : " Etrangement, J. Edgar restera comme l'un de ses rares films d'amour. Et l'une de ses oeuvres les plus ténébreuses sur le thème du déclin. "
    Louis Guichard (article entier disponible dans Télérama n°3235, page 46)
  • Studio CinéLive
    Studio CinéLive
    3 étoiles
    " Un biopic classique, de bonne facture, et un DiCaprio magistral. "
    Iris Mazzacurati (article entier disponible dans Studio CinéLive n°33, page 36)
  • Les Cahiers du Cinéma
    Les Cahiers du Cinéma
    3 étoiles
    " Eastwood explore ce qu'il connaît dans cet homme ambitieux, fonctionnant à l'intuition, entouré de quelques fidèles et voyant plus grand que lui pour construire à lui seul une institution et perdurer. "
    Stéphan Delorme (article entier disponible dans Les cahiers du cinéma n°674, page 6).

Caractéristiques du DVD

Bonus :
- J. Edgar : un homme compliqué
- Les coulisses du film

Exclusivité Blu-Ray :
- J.Edgar : l'homme le plus puissant du monde

Notes de Prod.

Sur le tournage de Hoover

10 Décembre 2010 - Charlize Theron courtisée par

Charlize Theron (La Route) pourrait donner la réplique à (Inception) dans le prochain film de , qui sera consacré à la personnalité de John Edgar Hoover, révèle le blog spécialisé Vulture du New York Magazine.

Note de production : Hoover âgé

Alors vous savez que ce qui détermine votre postérité, c'est souvent ce qui est caché.

J. Edgar Hoover était un personnage complexe et charismatique qui a fasciné l’Amérique et dont la présence flotte encore aujourd’hui dans les bâtiments du FBI qui portent son nom. Il a été l’instigateur des méthodes modernes d’expertise médico-légales et a mis en place tout un arsenal de lois fédérales dont l’influence se fait toujours sentir aux États-Unis de nos jours. À la fois craint et admiré, l’homme était une énigme dont la vie publique et privée suscitait rumeurs et calomnies, mais qui a su préserver sa véritable identité grâce à son culte du secret. , qui a grandi sous son règne, avait envie d’explorer son parcours à travers le cinéma : «Hoover était un grand flic, ou un «super agent» comme on disait à l’époque, mais je ne savais pas grand-chose de lui», confie-t-il. «C’était un homme qui s’affichait souvent en public, avec des stars hollywoodiennes et des écrivains célèbres, mais qui est resté énigmatique à bien des égards».

Notes de production : Hoover âgé

Ce qui compte ici, c'est de clarifier la différence entre méchant et héros.

J. Edgar Hoover s’est consacré entièrement à servir l’État, écartant toutes relations personnelles qu’il aurait pu nouer, dans le souci constant de l’intérêt général. Uniquement soucieux d’affermir son autorité et de gagner la vénération du public, il y est parvenu en s’imposant comme la figure emblématique de la lutte contre la criminalité, et en devenant un héros du peuple.

Notes de production : Hoover Jeune

Imaginez que chaque citoyen soit identifiable par sa carte, son code, les empreintes de ses doigts... Imaginez à quelle vitesse nous retrouverions les criminels.

J. Edgar Hoover a vécu toute sa vie à Washington. Mais lorsque la production a entamé les repérages pour le film, elle a constaté que l'essentiel pouvait être tourné en Californie. «ll n'y a qu'un seul décor qui nous obligeait à venir filmer à Washington : la Library of Congress», souligne Lorenz. «Je la connaissais, mais je ne l'avais jamais détaillée de près. Du coup, quand j'ai vu qu'elle figurait dans le scénario, et que je me suis un peu documenté, j'ai compris pourquoi Lance Black avait choisi de situer la scène où Hoover tente d'impressionner Helen Gandy dans cet endroit précis. C'est un bâtiment magnifique». «C'est tellement beau qu'on a envie de le photographier», ajoute Eastwood. «Dès qu'on y est entrés, on s'est dit qu'il fallait essayer d'y tourner, même si on ne nous autorisait pas l'accès à l'ensemble du bâtiment».

Notes de production : Evolution du personnage de Hoover

De l’autre côté de la pièce, derrière un bureau en acajou, on découvre un vieil homme corpulent au nez épaté portant un costume trois-pièces. C’est Hoover, près de quarante ans plus tard, désormais connu sous le nom de J. EDGAR HOOVER.

J. Edgar se déroule sur plus de soixante ans, du début du XXème siècle à 1972. La chef costumière Deborah Hopper a donc dû imaginer des costumes qui reflètent l’évolution du style vestimentaire. avait ainsi environ 80 tenues différentes, ce qui représentait un défi exaltant à relever pour Deborah Hopper. «Hoover était tiré à quatre épingles», déclare la chef costumière. «Même s’il n’avait pas énormément de vêtements au début de sa carrière, il était déjà très soigné et il tenait à ce que ses agents en fassent de même. Il était très attaché à l’image du FBI». La création de costumes pour les nombreux comédiens du film et les différentes époques a nécessité un grand sens de l’organisation. «Il y a des scènes qui se déroulent à peu près à chaque décennie, mais le film n’est pas construit de manière chronologique», note Hopper. «Du coup, il fallait non seulement concevoir des costumes adaptés à chaque époque, mais donner des repères au spectateur pour qu’il sache à quel moment de la vie de Hoover telle ou telle scène se situe». La chef costumière a ainsi mis au point un nuancier précis pour fourni de subtiles indications sur les époques évoquées. «Je me suis dit que ce serait plus simple d’avoir une palette de couleurs propre à chaque période», ajoute-t-elle. «Des matières rugueuses dans les bruns pour les années 20, des tons de gris et de bleu marine et des rayures pour les années 30, et puis, des tissus doux et robustes dans les bleus marine, gris et marron foncé pour les années 60. Les tenues nous ont donc permis de contribuer à raconter l’histoire».

Les avis sur le film J. Edgar