Jalla ! jalla !

Jalla ! jalla !

Un film de Josef Fares, avec Fares Fares, Torkel Petersson, Tuva Novotny, Laleh Pourkarim
Genre : Comedie - Durée : 1H28 mn
Sortie en salles le 17 Avril 2002 - en VOD/DVD le 08 Juillet 2003
Spectateurs

Résumé du film

Un film de Josef Fares, avec Fares Fares, Torkel Petersson, Tuva Novotny, Laleh Pourkarim


SYNOPSIS

Roro et Mans sont éboueurs. Leur amitié est sans limites. Inséparables, ils sont prêts à se venir en aide en toutes circonstances.
Aussi, lorsque Roro voit débarquer sa famille chez lui, rien ne va plus. Ses proches décident de le marier à Jasmine, une jeune immigrée Libanaise qui risque le retour forcé au pays.
De son côté, Mans subit la pire atteinte à sa virilité : la perte de la libido et le présage de l'impuissance sexuelle.
Ensemble, Roro et Mans vont tenter de combattre les traditions familiales et de retrouver le désir amoureurx..


L'AVIS DE LA REDACTION

JALLA! JALLA! est un film de famille. Il n'y a qu'à regarder la distribution des rôles pour s'en convaincre : six membres de la famille du réalisateur figurent au générique. Parmi eux, le frère (en tête d'affiche), le père, la grand-mère et de nombreux amis de Joseph Fares. Bien que ce microcosme assure une réelle authenticité devant l'objectif, force est de constater que la spontanéité n'est pas toujours de mise derrière la caméra. Le film de Fares reprend des thèmes qu'il a déjà traités (l'impuissance sexuelle notamment) et accumule les private jokes, qui restent souvent hermétiques. JALLA! JALLA! est une comédie, certes plaisante, mais qui semble avoir été créée plus pour le plaisir personnel du réalisateur que pour celui du spectateur. D'où l'impression de regarder un film de famille auquel on n'aurait pas été convié.
Pour son premier long-métrage, l'immigré Libanais Joseph Fares, a choisi de tourner en caméra numérique. Ne cherchez pas à déceler un quelconque héritage du dogme, ou la moindre influence danoise. Fares opte (Ô sacrilège!) pour une esthétique qui relève plus de la publicité ou du clip vidéo. Travellings ultra rapides, mouvements de caméra survoltés, le tout calqué sur des tubes technos suédois... Un seul mot d'ordre paraît régir le rythme du film: "jalla!" ("vite!" en libanais). Le jeune réalisateur ne cache pas ses références. On le sent envieux de la virtuosité technique de Luc Besson ou encore Danny Boyle. Le film est parsemé de coups d'éclats visuels qui apparaissent hélas bien vains -sans réelle motivation ni véritable dextérité- et semblent n'avoir pour fin que de conforter le réalisateur dans son art.
Si à la longue, ces tics de mise en scène peuvent agacer, il serait tout de même dommage de bouder son plaisir. L'interprétation se révèle en effet excellente. Parce qu'il fait jouer ses proches, Joseph Fares a su capter avec justesse les émotions de ses personnages. La grand-mère du héros (qui est aussi la sienne) est à ce titre surprenante, surtout quand l'on apprend qu'elle n'a jamais su qu'elle jouait dans ce film!
JALLA! JALLA! est donc une véritable comédie de famille. Certes on aurait aimé faire partie de l'expérience, mais le film a au moins le mérite de respirer l'insouciance et la joie...

SABRI AMMAR


LE DVD :

Image : DVD 9 - 16/9 compatible 4/3 – Format 1.85
Son : VO Stéréo et VF Dolby Digital 5.1 et Stéréo.
Sous-titres : Français


JALLA! JALLA! HISTOIRE D'UNE REUSSITE

JALLA! JALLA! est sorti en salles en Suède le 22 décembre 2000. Il a été aussitôt acclamé par la critique et est devenu numéro un au box-office avec plus de 790 000 entrées. le film a été également nominé au Golden Bugs (équivalent suédois des Oscar) comme meilleur film.
JALLA! JALLA! sortira en salles dans plus de vingt-cinq pays dans le monde en 2001 et 2002.


INSPIRATION

"Certains aspects du film sont des choses qui sont arrivées à ma famille, mes amis ou parfois à moi, d'une façon ou d'une autre. Au final, c'est un bon mélange de faits réels et de fiction. Je dois souligner (puisque apparemment c'est toujours la question qui revient) que même si le film est d'une certaine façon inspiré de faits réels, je ne suis pas impuissant et je ne l'ai jamais été. (...)
On me demande souvent d'où je tire mon inspiration quand je réalise mes films. En terme de contenu, ça vient en général de ma famille, de mes amis et de la vie quotidienne. Pour ce qui est de mon style '(visuel ou autre), je peux citer un certain nombre de réalisateurs qui m'ont influencé, dont John Woo, Martin Scorcsese, Luc Besson, Stanley Kubrick, et Peter Hyams."

JOSEPH FARES


L’AVIS DE LA PRESSE :

Libération :
« Entre virées beurrées et traditions nordico-libanaises : exotisme garanti.»
Libération (article entier disponible sur le site de Libération)

CinéLive:
« Diverses intrigues secondaires censées redonner un coup de démarreur à cette intrigue mollassonne achèvent de noyer le moteur. Reste une interprétation assez dynamique pour arracher sporadiquement un sourire. »
Xavier Leherpeur (article entier disponible dans Cinélive n°56, page 55)

Studio Magazine :
« Blagues potaches et mise en scène peu originale donnent une impression de déjà-vu. »
L.C. (article entier disponible dans Studio Magazine n°177, page 37)

Première :
« S’il débande un peu au milieu de parcours, Jalla ! Jalla ! parvient à garder tout au long un ton frais et une modestie bienvenue »
N.S. (article entier disponible dans Première n°302, page 58.)
Duree : 1H28 mn
Sortie à la Vente en VOD/DVD le 08 Juillet 2003
Sortie en salles le 17 Avril 2002
Votre avis sur ce film ?
Ma note :
Exprimez-vous
Remonter