CommeAuCinema

L'ordre et la morale

    en DVD le 18 Avril 2012
Kassovitz appuie là où ça fait mal
Un film de et avec ainsi que , , , et (France)
Genre : Historique, Drame - Duree : 2H16 mn
Distributeur : UGC - Editeur DVD : UGC Vidéo
Sortie à la Vente en DVD le 18 Avril 2012
Sortie Blu-Ray le 18 Avril 2012
Sortie en salles le 16 Novembre 2011
Année de production : 2010
Avis spectateurs : 2 étoiles 2.49/5 (126 notes)

Résumé du film L'ordre et la morale

Avril 1988. Île d’Ouvéa, Nouvelle-Calédonie.
Un groupe d'indépendantistes Kanaks attaque la gendarmerie de Fayaoué, tue 4 gendarmes et en enlève 30 qu’ils vont retenir en otage dans une grotte isolée sur cette toute petite île. L'État français envoie l’Armée avec 300 hommes et un véritable arsenal de guerre pour rétablir l’ordre.
Entre le premier et le second tour des éléctions présidentielles, opposant François Mitterrand et son Premier ministre Jacques Chirac, le capitaine Philippe Legorjus du GIGN va passer dix jours à négocier avec les différents acteurs de ce drame, sans parvenir à éviter l’assaut final qui conduira à la mort de 19 Kanaks et de 2 militaires.

Acteurs et Actrices : L'ordre et la morale

Bande annonce et vidéos (2 vidéos )

Galerie Photos ( 14 photos )

  • L'ordre et la moraleL'ordre et la moraleL'ordre et la morale
  • L'ordre et la moraleL'ordre et la moraleL'ordre et la morale
  • L'ordre et la moraleL'ordre et la moraleL'ordre et la morale
  • L'ordre et la moraleL'ordre et la moraleL'ordre et la morale
  • L'ordre et la moraleL'ordre et la morale

Notre critique : L'ordre et la morale

    Kassovitz appuie là où ça fait mal

  • Comme Au Cinema
    Comme Au Cinema
    0 étoile
    Avril 1988. Île d’Ouvéa, Nouvelle-Calédonie.
    En protestation contre la Loi Pons et dans un contexte socio-politique tendu, un groupe d'indépendantistes Kanaks attaque la gendarmerie de Fayaoué dans une tentative d’ « occupation pacifique » qui va virer au bain de sang. Quatre gendarmes sont tués par balle et vingt-sept autres sont enlevés et retenus en otages en deux groupes (un au nord, l’autre au sud) sur cette toute petite île. Alors que les otages du sud sont rapidement libérés à l’issue de négociations, la situation au nord s’avère plus complexe, les indépendantistes s’étant retranchés dans une grotte isolée.
    Clamant que les gendarmes ont été « massacrés à l’arme blanche » (la presse évoque même des décapitations), l'État Français – en plein entre-deux tours de l’élection présidentielle opposant François Mitterrand et son Premier ministre Jacques Chirac - envoie l’Armée de Terre (des centaines d’hommes, une logistique lourde et des méthodes d’interrogatoire musclées) pour rétablir l’ordre. Lorsque la cellule de négociation du GIGN (menée par le capitaine Legorjus) arrive sur place, c’est une zone de guerre qu’elle découvre, une première sur un territoire français depuis la guerre d'Algérie.
    Surréaliste ? Peut-être, pourtant il s'agit de faits réels qui se solderont par un assaut meurtrier conduisant à la mort de dix-neuf Kanaks et de deux militaires. Une plaie toujours béante dans l’archipel.

    L


    Un sujet encore ultra sensible
    En portant sur écran une reconstitution de l’attaque de la grotte d’Ouvéa, Mathieu Kassovitz joue avec le feu : celui des versions contradictoires et des souvenirs écorchés. Fruit de plus d’une décennie de recherches (entre archives, témoignages et rencontres avec les témoins et leurs proches) L'ordre et la morale est pourtant un long-métrage d’une portée – cinématographique et historique – folle.

    Car au-delà de jouer, avec brio, la carte du film de guerre humaniste (dont les influences à l’écran sont transparentes, de Platoon à La ligne rouge), Kasso se risque à présenter un véritable plaidoyer documenté (le cinéaste cite, entre autres, le rapport de la Ligue des droits de l'Homme) sur un drame vécu de façon diamétralement opposée en fonction de la situation géographie (métropole/Nouvelle Calédonie), de la position ethnico-sociale (kanaks, caldoches ou expatriés) ou de la couleur de peau.

    A travers les yeux d’un homme (le controversé Legorjus), l'ordre et la morale se pose à la fois comme une esquisse tragique (au sens propre du terme) aux héros déchirés – l’impuissant négociateur et le révolutionnaire piégé dans la forêt - se débattant au coeur d’un engrenage fatal ; et un pamphlet politique engagé aux résonances plus qu’actuelles. Sur des images d’une beauté à couper le souffle, le spectateur est violemment confronté à un choc des cultures (celui de la « coutume » kanak face à la virulence de la métropole) encore douloureusement teinté de préjugés raciaux, un affrontement aggravé par des séries de rivalités – entre politiques, mais aussi entre gendarmes et militaires – et de manipulations qui s’avéreront létales.

    L


    Interrogeant le public comme les politiques, Kasso suit une frange de la population française oubliée aux antipodes (quiconque a posé un orteil en Nouvelle Calédonie aura ressenti un certain malaise entre les différentes communautés) et pose avec force la question des notions de « terrorisme », d’ « indépendance », de « (dés)information » ou de « citoyenneté » (le réalisateur s’applique d’ailleurs à préciser le code postal de chaque lieu montré dans le film)… en 1988 comme en 2012. A l’heure où La Haine fait un retour remarqué, il est bon de constater que Mathieu Kassovitz n’a rien perdu de sa hargne, de son savoir-faire (certaines séquences sont tout bonnement étourdissantes) et de son sens critique aigu.

    Décrié avant même son tournage (le long-métrage n’a bénéficié d’aucun soutien « officiel », bien au contraire), honteusement boudé à sa sortie dans les salles et lors de la dernière Cérémonie des César (malgré l'excellente performance de Iabe Lapakas) et même censuré en Nouvelle-Calédonie, L'ordre et la morale est pourtant un film de conflit efficace en diable doublé d’un discours citoyen et humaniste retentissant.
    Et ça, ça ne court pas les rues…

Critiques : L'ordre et la morale 3 étoiles

  • Metro
    Metro
    4 étoiles
    " L’interprétation très digne et l’intrigue, bien documentée, saisissent le spectateur comme les meilleurs thrillers politico-militaires anglo-saxons. Une réussite."
    Jérôme Vermelin (article entier disponible dans Metro du 16/11/2011)
  • Le Journal du Dimanche
    Le Journal du Dimanche
    3 étoiles
    " Mathieu Kossovitz est de retour. (...) Le cinéaste a retrouvé le meilleur de lui-même. "
    J.-P.L (article entier disponible dans le Journal du Dimanche du 13/11/2011)
  • Première
    Première
    3 étoiles
    " Tous ceux qui aiment "Kasso" seront contents de voir qu'il a toujours la niaque et un talent de metteur en scène resté intact (...). La puissance d'évocation de son cinéma en fait oublier certaines faiblesses (...), mais l'essentiel demeure : Kassovitz revient aux affaires, et c'est une bonne nouvelle pour le cinéma français. "
    C.N. (article entier disponible dans Première n°417, page 50.)
  • 20 Minutes
    20 Minutes
    3 étoiles
    " L'attention portée aux détails est l'un des atouts de ce film spectaculaire et instructif. "
    Caroline Vié (article entier disponible dans 20 Minutes du 16/11/2011)
  • Ouest France
    Ouest France
    3 étoiles
    " (...) Il contourne habilement l'absence des moyens mis à sa disposition en plongeant, caméra à l'épaule le plus souvent, au coeur d'une mise en scène bouillante et tendue. "
    (article entier disponible dans Ouest France du 16/11/2011)

Caractéristiques du DVD

Bonus Blu-Ray :
- Le dernier assaut : making of de Sylvain Pioutaz (65min environ)
- Le temps kanak : documentaire d' (57 min environ)

Notes Techniques

SonImagePackagingMenuBonus
4/54/53/53/53/5

Test DVD

Edition Blu-Ray0 étoile

Si vous avez le choix, préférez l’édition Blu-Ray à la sortie DVD puisque cette dernière est tristement dépourvue de bonus. Il serait néanmoins dommage de passer à côté de ceux-ci, tant ils s’avèrent d’une richesse ahurissante. Au programme, donc, un premier making-of d’un peu plus d’une heure retraçant le tournage de L'Ordre Et La Morale, des – très – nombreuses difficultés rencontrées par l’équipe (plateau déplacé en Polynésie pour cause de tensions, manque de moyens – hélicoptères, camions et chars en bois, logistique compliquée) à l’émotion encore très forte des douloureux témoignages directs de l’assaut (beaucoup des acteurs et figurants du film étant intimement liés aux événements de 1988), en passant par le tournage épique de la scène de l’assaut de la grotte, le reportage est passionnant.
Vient ensuite un second making-of (de 57 minutes) signé par l’acteur et présenté par : Le Temps Kanak. Sous-titré La genèse de L’Ordre et la Morale, le document suit, dès 2007, Rousset dans ses démarches auprès des différentes chefferies kanaks au sujet du film en préparation. Des nécessaires « coutumes » aux négociations, le respect et l’émotion transpirent de chaque plan et l’avant-dernière séquence, intime, conclue par un « Vous êtes venus à nous, soyez à la hauteur », résonne longtemps après le fondu au noir.
Eléonore Guerra

Notes de Prod.

Entretien avec Mathieu Kassovitz

Comment avez-vous été amené à vous intéresser aux événements d’Ouvéa et au personnage de Philippe Legorjus ?

Il y a treize ans, mon père m’a donné à lire le livre Enquête sur Ouvéa, qui racontait, minute par minute, les événements d’Ouvéa. J’avais bien sûr quelques souvenirs – j’avais 18 ans à l’époque. Je me souvenais de ce que l’on avait dit à la télé, que les Kanaks avaient massacré des gendarmes à la machette avant d’en prendre d’autres en otage, qu’il y avait eu des décapitations, des viols... Je me rappelais de ce qu’avait dit Chirac, premier ministre à l’époque, que c’étaient des êtres humains qui ne méritaient pas d’être traités comme tels...

Entretien avec Iabe Lapacas

Avant que l’on ne parle de L'ordre et la morale, que faites-vous actuellement et qu’avez-vous fait jusqu’au moment où l’on vous a contacté pour jouer Alphonse Dianou ?
Je suis étudiant en droit à Clermont-Ferrand et je travaille dans une radio associative où je réalise souvent des interviews des artistes de passage à Clermont. J’ai moi-même une émission musicale dans laquelle, comme nous sommes un média alternatif, on propose plutôt des musiques qui ne passent pas sur les autres radios ou sur les chaînes télés. J’ai 28 ans. Je suis né à Nouméa, j’ai grandi à Lifou, qui est une île voisine d’Ouvéa, jusqu’à 6 ans, après je suis venu avec ma mère à Nouméa pour l’école. Ensuite, je suis arrivé en France pour poursuivre mes études. J’ai fait une prépa Sciences politiques à l’Université Villeneuve d’Ascq Lille 3, puis je me suis rendu compte que ce n’était pas pour moi et j’ai préféré changer de voie. Je suis allé à Clermont-Ferrand où je finis mon master en droit des affaires, droit de la banque, et en parallèle je prépare aussi le barreau, histoire de me laisser le plus de chances possibles.

Entretien avec Christophe Rossignon

Quelle a été votre réaction lorsque est venu vous voir pour vous demander de l’aider à produire L'Ordre Et La Morale ?

En fait, j’étais déjà au courant du projet puisque Nord- Ouest était dans le capital de départ de MNP, la société de Mathieu, et que, parmi tous les projets qu’il voulait développer, il y avait L'Ordre Et La Morale. Entre temps, Mathieu a repris 100 % de sa société. Il avait déjà fait un premier voyage en Nouvelle-Calédonie, nous avions rencontré Philippe Legorjus et on avait pu mesurer tout le potentiel cinématographique de cette histoire. Ensuite, Mathieu a fait son chemin, tant par les projets qu’il a tournés aux Etats-Unis que par les films qu’il a produits avec ses collaborateurs de MNP, et nous, on a fait le nôtre. Puis un jour, Mathieu nous a recontactés, mon associé Philip Boëffard et moi, en nous disant : « Ce film est trop gros pour ma petite entreprise, pas uniquement dans la démarche financière, mais même pour moi. C’est difficile d’être à la fois au four et au moulin. Même sur le scénario, j’ai envie d’avoir vos regards...» Nous nous sommes donc retrouvés assez facilement, presque naturellement.

Entretien avec Philippe Legorjus

Né en 1951, Philippe Legorjus a fait des études de droit a l’Université de Caen. Passionné de théologie et de philosophie, engagé dans le mouvement de Mai 68, rien ne semblait le destiner à la carrière militaire. Et pourtant, il rejoint la Gendarmerie en 1979, puis le GIGN en 1982 dont il en prend la direction en 1985. Il a été projeté au premier plan de l’actualité par les événements dramatiques d’Ouvéa.

Notes de Tournage...

3 Septembre 2010 - Faute d'aide de l'armée, débrouille et bric-à-brac pour Kassovitz filmant Ouvéa

L'acteur et réalisateur , qui tourne depuis le 29 août en Polynésie L'Ordre Et La Morale sur les événements d'Ouvéa en 1988, dit recourir à un vrai " bric-à-brac " faute d'avoir obtenu le soutien de l'armée pour les scènes d'action.

Les avis sur le film L'ordre et la morale