La Famille Wolberg
Genre : Drame - Durée : 1H22 mn
Sortie en salles le 02 Décembre 2009
Presse
Spectateurs

Résumé du film

Il est capable de faire un discours étonnant sur la soul américaine à des écoliers éberlués, de se mêler de la vie privée de ses concitoyens, ou encore de faire jurer à sa fille de 18 ans que jamais, au grand jamais, elle ne quittera la maison familiale. C'est Simon Wolberg, maire d'une petite ville de province, amoureux fou de sa femme, père envahissant et fils provocateur ! C'est l'obsession de la famille qui porte cet homme. Qui le pousse à mettre à l'épreuve ces liens, à en vérifier la force et la fragilité...
Nationalité : France
Duree : 1H22 mn
Sortie en salles le 02 Décembre 2009
Année de production : 2009
Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes le 20 Mai 2009
Votre avis sur ce film ?
Ma note :
Exprimez-vous
Un très beau film, émouvant et excellemment joué.
0 0 Commenter
le 09 mars 2016 à 09:28

Critiques

  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★

En savoir plus sur La Famille Wolberg

François Damiens et sa famille Wolberg

Vous vous souvenez de lui incognito lors de ses caméras cachées dans un taxi, au péage ou à la friterie ??? François l'embrouille a fait du chemin et c'est au dernier Festival de Cannes que j'ai rencontré l'acteur accompli : François Damiens, pour un tête à tête drôle et touchant. Il aime se glisser dans les personnages les plus inopportuns, il n'a pas d'obstacle, se moque du politiquement correcte, déteste la perfection, et moi j'aime ça ! L'acteur incarne dans La famille Wolberg, un père de famille imbu de lui-même et perfectionniste, un personnage qui ne lui ressemble en rien donc. Quelques confidences plus tard, le grand acteur belge a prouvé qu'il était plein de générosité.

Notes de Production

Il y a quelques années, au bord d’une route de Belle-Isle, j’ai croisé un petit garçon et sa mère qui rentraient de la plage, les joues rougies et les doigts de pied encore ensablés. Le jour déclinait, mais le soleil tapait encore fort en cette fin d’août. Le petit garçon, qui marchait devant sa mère, s’est retourné et lui a lancé impatiemment : « Maman, pourquoi tu marches pas à côté de moi ? ». La mère répondit calmement : « C’est pour que mon ombre te protège du soleil, mon chéri. » Ils reprirent leur file indienne, tandis que je m’arrêtai pour les regarder. > Plus
Remonter