La France

Un magnifique dimanche de fiançailles
Un film de avec , (France)Genre : Historique, Drame - Duree : 1H42 mn
Distributeur : Shellac
Sortie en salles le 21 Novembre 2007
Année de production : 2007
Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes le 22 Mai 2007
Avis spectateurs : 2 étoiles 2.43 / 5 (105 notes)

Résumé de La France

Automne 1917. Au loin, la guerre bat son plein. A l’arrière, Camille, une jeune femme, vit au rythme des nouvelles de son mari parti au front. Mais un jour elle reçoit une courte lettre de rupture, sans autre explication. Bouleversée et prête-à-tout, elle décide de se travestir en homme pour le rejoindre. Elle se dirige vers le front, empruntant les chemins de traverse afin d’échapper à la vigilance des gendarmes. Dans une forêt, elle rencontre une petite troupe de soldats qui ne se doutent pas de sa véritable identité.
Elle va les suivre, et changer ainsi de vie, découvrant au fil des jours et des nuits ce qu’elle n’aurait pu imaginer, ce que son mari ne lui avait jamais raconté et ce que ses nouveaux compagnons se garderont de lui révéler : la France.

Trouver une séance de La France

Ce film est projeté dans 1 salle en France

Photos de La France (9)

Critiques

Moyenne : 2 étoiles (2.33 / 4)
Comme au Cinema 4 étoiles
TéléCinéObs 3 étoiles
Paris Match 3 étoiles
Libération 3 étoiles
Le Monde 3 étoiles
Les Inrocks 3 étoiles
Elle 3 étoiles
Studio Magazine 3 étoiles
Libération 3 étoiles
Les Cahiers du cinéma 3 étoiles
score 3 étoiles
L'Humanité 2 étoiles
Télérama 2 étoiles
Les Inrocks 2 étoiles
20 Minutes 2 étoiles
Ouest France 1 étoiles
CinéLive 1 étoiles
Positif 1 étoiles
Première 1 étoiles

Voir en détail

Avis des Spectateurs

Moyenne : 2 étoiles (2.43 / 5)
27 avis 4 étoiles
21 avis 3 étoiles
27 avis 2 étoiles
30 avis 1 étoiles

La France vue par son héroïne Sylvie Testud...

Sylvie Testud incarne une femme prête à se travestir pour retrouver son homme soldat parti au front. Nous avons rencontré la jeune actrice, héroïne de La France, un film sur font de guerre mais pas sur la guerre. Sylvie revient sur son rôle, son travestissement, ses peurs et ses coups de gueule sur une France à la dérive ! Un rendez-vous sincère et honnête sur un film, sur une situation, sur un pays, le notre… La France !

Notes de Prod. de La France

Note sur les chansons

Il y a des films dont on a l’impression qu’ils sont profondément français, ceux de Pagnol, Pialat, Rohmer, Grémillon, Becker, par exemple. Dans La France, les mélodies sont plutôt d’inspiration anglo-saxonne, tentative de synthèse de la popsike anglaise (nerveuse, acide, rapide, comptine victorienne pervertie par l’arrogance) et de la sunshine pop californienne (solaire, éthérée, lente, horizontale, angélisme vocal alangui par la drogue), mais une synthèse enfouie, car les instruments et les conditions d’enregistrement n’ont rien à voir avec le matériel électrique en jeu (dans les deux genres cités): ni basse, ni guitare, ni batterie, ni orgue, etc.

Entretien avec Jean Douchet et Serge Bozon

JD : Ce que l’on a envie de savoir tout de suite, c’est quelle est la genèse du film.

SB : Je me souviens plus très bien, et la scénariste non plus. Après coup, je pourrais dire : croiser le film de guerre et le film d’amour. Mais pas le film de guerre où on est du début à la fin sur le front, puisqu’il s’agit ici de 14-18. Non, le film de guerre au sens, disons, de Walsh/Fuller, où l’on suit des unités mobiles en route vers une certaine destination. Les films où la guerre n’est pas donnée d’avance, mais est un horizon, l’horizon d’un parcours dans la nature. Pas un décor d’office, mais une destination et un souvenir, car les soldats ne sont pas des bleus attendant leur baptême du feu, mais des soldats qui y retournent.

Réagir sur La France