La Grande Bellezza
Genre : Comedie Dramatique - Durée : 2H22 mn
Sortie en salles le 22 Mai 2013 - en VOD/DVD le 06 Novembre 2013
Presse
Spectateurs

Résumé du film

Rome dans la splendeur de l’été. Les touristes se pressent sur le Janicule : un Japonais s’effondre foudroyé par tant de beauté.

Jep Gambardella – un bel homme au charme irrésistible malgré les premiers signes de la vieillesse – jouit des mondanités de la ville. Il est de toutes les soirées et de toutes les fêtes, son esprit fait merveille et sa compagnie recherchée.

Journaliste à succès, séducteur impénitent, il a écrit dans sa jeunesse un roman qui lui a valu un prix littéraire et une réputation d’écrivain frustré : il cache son désarroi derrière une attitude cynique et désabusée qui l’amène à poser sur le monde un regard d’une amère lucidité. Sur la terrasse de son appartement romain qui domine le Colisée, il donne des fêtes où se met à nu « l’appareil humain » – c’est le titre de son roman – et se joue la comédie du néant.

Revenu de tout, Jep rêve parfois de se remettre à écrire, traversé par les souvenirs d’un amour de jeunesse auquel il se raccroche, mais y parviendra-t-il ? Surmontera-t-il son profond dégoût de lui-même et des autres dans une ville dont l’aveuglante beauté a quelque chose de paralysant.

Présenté en Compétition du 66ème Festival International Du Film De Cannes 2013

Meilleur Film, Meilleur réalisateur pour , Meilleur Acteur pour et Meilleur Monteur pour Cristiano Travaglioli aux European Film Awards 2013

Prix du Meilleur film non anglophone aux Golden Globes 2014.

Oscar 2014 du meilleur film étranger
Nationalité : Italie
Duree : 2H22 mn
Sortie à la Vente en VOD/DVD le 06 Novembre 2013
Sortie en salles le 22 Mai 2013
Année de production : 2013
Présenté en Sélection Officielle au Festival de Cannes le 21 Mai 2013
Votre avis sur ce film ?
Ma note :
Exprimez-vous

Critiques

  • ★★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★
  • ★★★

Actu à propos de La Grande Bellezza

Paolo Sorrentino dirigera Michael Caine In the Future

Paolo Sorrentino dirigera Michael Caine In the Future

Fier de son oscar du Meilleur Film Etranger pour La Grande Bellezza, Paolo Sorrentino vient d'engager la star octogénaire, hyperactive et ultra talentueuse, Michael Caine pour son prochain drame In the Future. (06/03/2014) > Suite
Oscars 2014 : 9 présélectionnés (et pas de Français) à l'Oscar du Meilleur Film Étranger

Oscars 2014 : 9 présélectionnés (et pas de Français) à l'Oscar du Meilleur Film Étranger

La Chasse de Thomas Vinterberg, The Grandmaster de Wong Kar-wai et La Grande Bellezza de Paolo Sorrentino sont parmi les films pré-sélectionnés pour concourir à l'Oscar du meilleur film étranger en mars prochain. (20/12/2013) > Suite
Les European Film Awards sacrent La Grande Bellezza (Palmarès)

Les European Film Awards sacrent La Grande Bellezza (Palmarès)

La Grande Bellezza de Paolo Sorrentino a été désigné meilleur film européen de l'année, lors de la 26ème cérémonie de remise des prix du cinéma européen, les European Film Awards 2013, organisée samedi soir à Berlin. (07/12/2013) > Suite

En savoir plus sur La Grande Bellezza

Entretien avec Paolo Sorrentino

Comment naît un film aussi profondément plongé dans l’humus romain après l’expérience d’une œuvre réalisée en Irlande et aux États-Unis ?

J'ai toujours pensé à un film qui sonde les contradictions, les beautés, les scènes auxquelles j'ai assisté, les gens que j'ai rencontrés à Rome. C'est une ville merveilleuse, apaisante et en même temps pleine de dangers impalpables. Par dangers, j'entends les aventures mentales qui ne mènent nulle part. Au début, il s'agissait d'un projet ambitieux et sans limites, que j'ai reporté jusqu'à trouver le ciment qui puisse faire exister tout cet univers romain. Et ce ciment a été le personnage de Jep Gambardella qui est arrivé en dernier, et qui a rendu possible et moins confuse l'idée du film. J'ai pensé que le moment était venu pour moi de donner vie à un film indéniablement ambitieux. Après deux merveilleuses années d'errance entre l'Europe et les États-Unis pour réaliser This Must Be The Place, j’ai vraiment ressenti la nécessité de ne plus bouger. J’ai voulu entretenir ma paresse avec un travail qui me permettrait de rentrer chez moi tous les soirs ; mais, en réalité, La Grande Bellezza a été un film épuisant, bien que passionnant à faire.

Entretien avec Toni Servillo

Vous avez travaillé avec depuis son premier film, L'Uomo In Piu. Comment s’est produite votre rencontre ?

La rencontre avec a eu lieu à Naples dans le milieu théâtral, celui des «Teatri uniti» nés en 1987 de l’union de trois compagnies : Falso Movimento de Mario Martone, le Teatro dei Mutamenti d’Antonio Neiwiller et le Teatro Studio de Caserta que je dirigeais. «Teatri Uniti» a produit les premiers films de Martone et a contribué également à la production des premiers films de Sorrentino. Sorrentino était un tout jeune scénariste qui était entré dans le milieu de «Teatri Uniti», une entreprise qui avait relancé le théâtre et le cinéma à Naples en créant une sorte de «Factory» où l’on pratiquait aussi bien l’un que l’autre. Après divers travaux, il nous a finalement proposé le scénario de son premier long métrage. Angelo Curti, qui était plus particulièrement chargé de la production, s’est occupé de lui. Je me rappelle qu’à cette époque, je préparais une mise en scène du Misanthrope de Molière. Lorsque j’ai lu ce scénario, je l’ai trouvé magnifique, et c’est comme cela qu’a commencé cette relation qui nous a amenés jusqu’à ce quatrième film ensemble, sur les six que Paolo a réalisés. Nous avons vraiment un rapport privilégié qui devient même assez singulier dans le cinéma italien, car cela me paraît relativement rare qu’un auteur et un acteur travaillent aussi longtemps ensemble.

Notes de Production

22 Mai 2012 - Paolo Sorrentino retrouvera son acteur fétiche > Plus
Remonter