La Planète des Singes : les origines

    en DVD le 10 Décembre 2011
Un film de avec et
Titre original : RISE OF THE PLANET OF THE APES (Grande-Bretagne)
Genre : Action, Aventure - Duree : 1H40 mn
Distributeur : 20th Century Fox - Editeur DVD : Fox Pathé Europa (FPE)
Sortie à la Vente en DVD le 10 Décembre 2011
Sortie Blu-Ray le 10 Décembre 2011
Sortie en salles le 10 Août 2011
Année de production : 2011
Avis spectateurs : 3 étoiles 2.82 / 5 (192 notes)

Résumé de La Planète des Singes : les origines

Dans un laboratoire, des scientifiques expérimentent un traitement sur des singes pour vaincre la maladie d’Alzheimer. Mais leurs essais ont des effets secondaires inattendus : ils découvrent que la substance utilisée permet d’augmenter radicalement l’activité cérébrale de leurs sujets.

César, est alors le premier jeune chimpanzé faisant preuve d’une intelligence remarquable. Mais trahi par les humains qui l’entourent et en qui il avait confiance, il va mener le soulèvement de toute son espèce contre l’Homme dans un combat spectaculaire.

Weta Digital - le studio d’effets visuels oscarisé pour Avatar - a conçu des singes en images de synthèse extrêmement réalistes, en y intégrant la technologie de performance capture. L’intelligence et l’émotion ainsi créées sont d’une intensité troublante, sans précédent.

Acteurs et Actrices de La Planète des Singes : les origines

Photos de La Planète des Singes : les origines (34)

Critiques

Moyenne : 2 étoiles (2.31 / 4)
20minutes 3 étoiles
Télé 7 jours 3 étoiles
Studio CinéLive 3 étoiles
Le Journal du Dimanche 3 étoiles
Le Figaro 3 étoiles
Le Journal du Dimanche 3 étoiles
Télérama 2 étoiles
TéléCinéObs 2 étoiles
Métro 2 étoiles
Le Point 2 étoiles
Mad Movies 2 étoiles
l'express 1 étoiles
Les Cahiers du cinéma 1 étoiles

Voir en détail

Avis des Spectateurs

Moyenne : 3 étoiles (2.82 / 5)
80 avis 4 étoiles
34 avis 3 étoiles
42 avis 2 étoiles
36 avis 1 étoiles

Caractéristiques du DVD

Bonus DVD :
- 2 scènes coupées
- La mythologie de la saga "Planète des Singes" (8 min)
- Le génie d' (8 min)

Bonus Blu-Ray :
- 11 scènes coupées (11 min)
- La mythologie de la saga (8 min)
- Le génie d’ (8 min)
- Une nouvelle génération de singes (12 min)
- Déconstruction d’une scène (5 min)
- Dépasser les limites de la Motion Capture (10 min)
- Les grands singes (3 min)
- Commentaire audio du réalisateur
- Commentaire audio des scénaristes et

Notes de Prod. de La Planète des Singes : les origines

Notes de Tournage...

19 Juillet 2010 - dans la Planète des Singes

L'acteur anglais a intégré la distribution du préquel du film de science-fiction La Planète des singes lancé par les studios Fox, rapporte le quotidien spécialisé Variety.

Tom Felton s'ajoute au casting du préquel de "La Planète des singes"


L'interprète de Drago Malfoy dans la saga Harry Potter incarnera le fils du dirigeant d'une réserve de singes. rejoint (Zodiac) et (Dexter) parmi les seconds rôles du long métrage.

Notes de production

Dans La Planète des singes : les origines, un acte empreint d’arrogance et de compassion va déclencher une guerre sans précédent qui conduira au soulèvement des grands singes.

L’équipe oscarisée des créateurs d’effets visuels qui a donné vie aux mondes d’Avatar et de la trilogie du Seigneur des Anneaux a une fois de plus innové en créant un singe en images de synthèse stupéfiant d’émotion et d’intelligence, et des batailles épiques qui vont décider du destin des hommes et des primates.

Gen-Sys : à l'origine de la catastrophe

Will Rodman () est un scientifique travaillant pour un grand laboratoire pharmaceutique, Gen-Sys, qui fait de la recherche génétique pour développer un procédé de restauration des tissus endommagés du cerveau humain. Il consacre tout son temps à chercher un remède contre la maladie d’Alzheimer, une maladie dont souffre son père, Charles ().

La révolution en marche

Will élève en secret le jeune César chez lui tout en s’occupant de son père malade.
raconte : « Will doit maintenant veiller sur son père et sur un bébé chimpanzé. À mesure que l’histoire avance, Will se comporte davantage comme une personne et moins comme un scientifique, et il commence à accorder plus d’importance à César qu’au médicament. »

César prend vie

En créant César et le monde dans lequel il vit, l’objectif de Weta Digital était - comme avec et la trilogie du Seigneur des anneaux - de montrer au public un monde qu’il n’avait encore jamais vu.
Joe Letteri, le superviseur senior des effets visuels aux quatre Oscars, explique : « Pour Avatar, James Cameron a créé un monde imaginaire complètement inédit. Avec La Planète des singes : les origines, le défi était différent, et dans un sens, beaucoup plus difficile. Nous avons utilisé certaines des technologies que nous avons développées pour Avatar pour créer un monde réaliste et reconnaissable - la ville de San Francisco, telle qu’elle est aujourd’hui. Tout, depuis les singes jusqu’aux décors, devait avoir l’air vrai parce que bien que ce soit un film de science-fiction, l’histoire est ancrée dans notre réalité. »
Joe Letteri déclare : « a insisté sur la notion d’histoire et d’effets basés sur le monde réel, et sur l’idée de créer des singes extrêmement réalistes en images de synthèse. Nous sommes donc partis de zéro. C’est une approche complètement nouvelle pour la saga La Planète Des Singes. Nous avons montré ces primates tels que nous les connaissons, mais nous leur avons donné un degré d’intelligence supérieur et des attitudes humaines très subtiles. »

Pour Joe Letteri, La Planète des singes : les origines est d’une certaine façon le Saint Graal des artistes des effets visuels, le film de 1968 étant un monument du cinéma, à la fois visuellement et par ses thèmes.
Joe Letteri commente : « La Planète Des Singes est un classique du cinéma. J’ai tellement de respect et d’admiration pour ce film que l’idée de travailler sur une histoire d’origine - celle qui raconte comment tout cela est arrivé - me passionnait, et cela d’autant plus qu’elle est racontée depuis le point de vue de César. »

Alors que Weta Digital a utilisé ses technologies les plus modernes pour créer des singes photo-réalistes, le plus célèbre acteur de performance capture du monde, , a rejoint le projet pour insuffler à César la subtilité, l’émotion, l’âme et l’intelligence dont les cinéastes avaient besoin.
raconte : « a beaucoup apporté au film. C’est le Charlie Chaplin de notre génération. J’entends par là qu’il est un des seuls acteurs qui exploite pleinement la technologie de la performance capture parce qu’il a parfaitement compris son potentiel et ce qu’elle permet de créer. Certains acteurs ont un peu peur de cette technique parce qu’ils pensent que cela les prive d’une véritable interprétation, alors que c’est tout le contraire. Andy a compris que chaque nuance, chaque inspiration et chaque petit mouvement musculaire qu’il donne à la caméra se retrouve chez le personnage virtuel et sert une interprétation avant tout visuelle. Le cinéma est un support visuel, et si avec votre personnage, vous êtes capable de raconter une histoire avec un minimum de mots, c’est l’idéal. »

Le film suit César depuis sa naissance jusqu’à ce qu’il devienne un adulte et le leader de la révolution.
, dont les performances dans les rôles de Gollum et King Kong ont été acclamées par le public et la critique, note : « César est un des rôles les plus formidables que j’ai joués, à la fois physiquement et émotionnellement. C’est une chose de jouer un chimpanzé, mais le jouer depuis l’enfance jusqu’à l’âge adulte - et quand il devient un leader révolutionnaire - en est une autre. Mais c’était un rôle que je ne pouvais vraiment pas refuser. »
poursuit : « Une partie du défi était de le jouer quand il est un enfant qui découvre le monde, puis un jeune qui prend conscience de l’étendue de son intelligence. En apprenant des humains qui sont autour de lui, il comprend qu’il est un être extrêmement doué, puis il réalise que le monde peut être un endroit très brutal. César naît avec cette intelligence, il ne l’a pas recherchée, et sans rien avoir demandé il se retrouve avec de lourdes responsabilités sur les épaules. »
ajoute : « Dans la deuxième partie, César devient un prisonnier. Il est arraché à un environnement aimant, emmené loin de chez lui, et il se sent rejeté. Il se retrouve enfermé dans une cage au San Bruno Primate Sanctuary, entouré de créatures sauvages et traumatisées, après avoir éte rejeté par les êtres humains qui ont été ses parents et ses proches. Il se demande qui il est, puis il trouve la force de mener et d’unir les autres singes, et quand il arrive à cet instant, c’est le début d’un troisième stade pour lui, celui de la révolte... et de la révolution. Il utilise son intelligence pour galvaniser les singes puis sa force et son pouvoir pour les guider. Pour un acteur, c’est un parcours extraordinaire. »

Les aspects physiques du rôle ont été un autre genre de défi. La précision, l’entraînement et la concentration étaient capitaux pour saisir de façon réaliste les mouvements des singes. Le coordinateur des cascades Terry Notary, un ancien artiste du Cirque du Soleil, a aidé les acteurs de performance capture à incarner leurs rôles, et a joué lui-même plusieurs personnages singes importants du film.
Si les acteurs de performance capture ont découvert de nouvelles possibilités en jouant les émotions, la gestuelle et la dimension physique de leurs personnages, Weta Digital a aussi innové en améliorant les techniques utilisées sur Avatar. Pour la toute première fois, le studio a filmé les effets visuels dans de vrais décors, en dehors de l’environnement clos et contrôlé d’un studio de cinéma - aussi appelé « Volume ».

Joe Letteri explique : « Comme pour Avatar, nous avons utilisé des combinaisons de performance capture et des casques pour filmer les expressions faciales des acteurs et enregistrer la totalité de leur jeu d’acteur physique. Mais pour la première fois, les acteurs de performance capture ont été filmés dans de vrais décors en même temps que les autres acteurs comme et , ce qui a fait disparaître la barrière entre les effets visuels et les prises de vues réelles. Le tournage de La Planète des singes : les origines ressemblait donc à celui d’un film traditionnel. Les acteurs jouaient vraiment les uns avec les autres, et nous nous sommes occupés des effets visuels plus tard. »

Weta Digital a conçu un nouveau support portable de performance capture capable de fonctionner dans plusieurs types de lieux.
Le superviseur des effets visuels Dan Lemmon note : « Pour la première fois, nous avons pu filmer les acteurs de capture de mouvements à la lumière du jour. »

La principale difficulté pour Weta Digital - et pour toute l’équipe - a été le tournage du climax du film qui se déroule sur, autour, au-dessus et en dessous du Golden Gate Bridge. Le décor gigantesque a été construit près de Vancouver. Durant cette séquence se déroule une bataille épique entre les hommes et les singes - avec des cascades compliquées, des incendies, des explosions, des hélicoptères, des centaines de voitures et de figurants, et le brouillard de San Francisco - qui est aussi le point culminant de l’intensité narrative et émotionnelle et du parcours des personnages.
Cette séquence et toutes les autres grosses scènes du film sont toujours au service de ses thèmes et de son cœur émotionnel.
note : « La Planète des singes : les origines n’est pas un film centré sur les effets visuels. C’est un film fort et très émouvant avec un vrai propos et des scènes d’action qui s’intègrent parfaitement à l’histoire et la servent sans jamais la dépasser. C’est pour cela que c’est un film fort, parce que vous en prenez plein les yeux mais surtout plein le cœur. Tout semble parfaitement vrai, et cela rend l’histoire d’autant plus poignante et surprenante. »
conclut : « Le film s’inspire de notre peur de voir notre suprématie sur le monde nous échapper - en l’occurrence au profit d’une autre espèce - et montre ce qui pourrait arriver. »

Dernières news à propos de La Planète des Singes : les origines

Réagir sur La Planète des Singes : les origines