La Pluie et le beau temps
Genre : Documentaire - Durée : 1H14 mn
Sortie en salles le 02 Novembre 2011
Presse
Spectateurs

Résumé du film

Les cultivateurs de lin normands seront-ils sauvés par les Chinois ?
La pluie ou le beau temps ont depuis toujours décidé des récoltes. Sauf que le monde change et qu’une nouvelle météorologie s’impose, faite de spéculation, de gestion de stocks et d’échanges internationaux. La Normandie produit à elle seule près de la moitié du lin mondial. Pour conserver cette culture millénaire, les agriculteurs du Pays de Caux se sont tournés vers un nouveau et presque unique client : la Chine.

10 ans après Les Terriens, filme des paysans qui tentent de s’adapter et troquent leur pluviomètre pour une connexion internet. Elle suit des négociations âpres et burlesques entre filateurs chinois et cultivateurs normands, raconte le destin d’une petite coopérative entre Fécamp et Dieppe et s’intéresse au quotidien d’un groupe d’ouvrières chinoises. La pluie et le beau temps dresse ainsi le portrait paradoxal d’une mondialisation à l’envers.
Nationalité : France
Duree : 1H14 mn
Sortie en salles le 02 Novembre 2011
Année de production : 2011
Votre avis sur ce film ?
Ma note :
Exprimez-vous

Critiques

  • ★★★
  • ★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★★
  • ★★★

En savoir plus sur La Pluie et le beau temps

Entretien avec la réalisatrice

Comment est né le film ?
Je tourne souvent au Pays de Caux. Un jour, j’ai vu passer un container « China Shipping » sur une toute petite route de campagne. Ça m’a interpellée. J’ai parlé avec des agriculteurs qui m’ont dit : “mais c’est certainement du lin, on l’exporte vers la Chine”. En creusant un peu, j’ai découvert que c’était la plus grosse production mondiale et que depuis déjà quelques années, les Chinois avaient commencé à venir acheter. Ça m’a tout de suite intéressée. Je pars souvent de ce petit coin de terre pour élargir sur des questions plus générales. Finalement, le film a ce même mouvement.

Notes de Production

Voici un film où deux regards se croisent, celui d’Ariane Doublet, réalisatrice du film, et celle de son correspondant chinois, le cinéaste Wen Hai.

Le dispositif de narration fait ainsi écho au propos lui-même, comme > Plus
Remonter